Google+
Accueil | Blogs | Jean Robert Noel | King Kino a célébré son anniversaire de naissance avec classe à Adria Hôtel

King Kino a célébré son anniversaire de naissance avec classe à Adria Hôtel

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Le vendredi 23 décembre 2011, Adria Hôtel situé à Northern Boulevard, Bayside, New York, a été le lieu où King Kino a célébré son anniversaire dans une ambiance familiale. Il l’a fait avec la classe qui le caractérise.  King Kino, de son vrai nom Pierre Raymond Divers, a présenté une diversité au programme. L’artiste jouit d’une certaine liberté qui le différencie de l’homme ordinaire. Comme nous le savons tous,  P. R Divers utilise divers noms. Il est aussi connu sous le nom de Lord Kinomorsa, qui peut bien être son nom spirituel ou son autre nom d’artiste. Les ésotéristes diraient de lui qu’il est un seul homme en trois personnes. Il s’agit bien de la même personne : l’artiste, l’activiste et le sympathique homme du peuple. Pour faciliter l’écriture à travers cet article, je choisis le nom King Kino, le plus connu de tous.  

L’innovation musicale sous un beau décor riche et varié  

King Kino est non seulement un artiste mais aussi un promoteur très doué. Il comprend bien le côté business de la musique. Il a fait une excellente promotion autour de cette soirée en question. C’est ce qui lui a valu ce grand succès. Un autre facteur a aussi joué en sa faveur. Il est l’ami de tout le monde. Il ne se soucie guère de  l’appartenance politique ou religieuse de ses invités. Il a réussi là où bien d’autres ont échoué. Kino  a su réunir sous un même toit des gens de toutes couches sociales et de différentes tendances politiques ou croyances religieuses. C’est comme s’il prônait l’unité dans la diversité. On eut l’impression que tous les invités se connaissaient déjà.  

King Kino a pu faire déplacer vers le Big Apple des compatriotes et même des étrangers de Floride, de Boston, de Washington D.C / Maryland, de Philadelphie, de Chicago, de Connecticut, du Canada, de la Martinique, de la Guadeloupe et même d’Haïti, d’après une source digne de foi. La fine crème de la communauté haïtienne avait fait le déplacement.  Je ne savais pas que Kino était doté d’un si fort pouvoir lui permettant de rallier tant de gens. On dirait un candidat à un poste électif, en pleine campagne. Pourtant, il n’en est pas un. Cette réalisation de King Kino ne fut pas un coup d’essai puisqu’il a déjà réalisé de pareilles soirées dans le passé. Je le considère extrêmement intelligent puisqu’il ne les présente pas souvent. En un certain sens, il évite la redondance. Comme son nom l’indique, Divers, il a diversifié le contenu du menu musical pour s’écarter du traditionnel train- train « menm ti bagay la », en présentant un cachet culturel qui sort de l’ordinaire.

Kino a créé un orchestre moderne et solide, composé de Chardavoine à la guitare rythmique, Makarios Césaire à la guitare solo, Bobby Raymond à la guitare-basse, Clifford Sylvain au tambour, et des violonistes professionnels dont deux filles et deux garçons. D’après mes enquêtes, il ne s’agit pas d’une formation musicale qui compte jouer des petits bals du samedi soir.  On ne  verra ce groupe musical qu’en certaines occasions spéciales, et peut-être  même pas chaque année. La sélection des musiciens qui composent ce groupe ne pourrait être meilleure. King Kino a introduit des violons au sein d’un orchestre jouant de la musique de danse traditionnelle devant un  public, contrairement comme cela se fait aux studios d’enregistrement. Il nous a permis de différencier le vrai de l’ivraie. Ce n’est pas comme le son des violons provenant de la boîte à musique japonaise communément appelée « Drum Machine ». Il s’agissait du vrai, du réel –« the real deal ». N’est-ce pas là une vraie innovation ?  

On ne doit pas s’étonner si demain les groupes musicaux populaires « Konpa Dirèk » ajoutent des violons au sein de leur formation pour apporter une autre couleur tonale à cette forme de musique populaire.  Ce ne sera pas facile d’agencer le violon à côté de la guitare solo qui souvent se pavane en dehors de l’échelle musicale dans le circuit Konpa Dirèk. Pour y réussir, cela requiert une bonne connaissance musicale d’un chef d’orchestre pour éviter la cacophonie.  Il faut bien se rappeler que l’étendue du violon est de trois octaves et une sixte, et les quatre cordes de cet instrument sont accordées de quinte en quinte (Sol, Ré, La, Mi). On se souviendra longtemps que King Kino, à l’instar de Caribbean Sextet, a aligné des violons sur scène au cours d’une prestation-live à caractère Konpa Dirèk.  Le coup a marché grâce à son imagination fertile, son sens de créativité, au support musical des musiciens choisis, et sa volonté de toujours faire plaisir à son public. Il faut toutefois noter son grand respect du public.  

La soirée des gens de bien

Il semble qu’un nouvel horizon se tisse pour faciliter le retour aux genres de musique d’hier de format plus professionnel. Cette soirée qu’offrit King Kino fait beaucoup penser à un tournant dans le domaine de la promotion pour attirer la grande majorité à pouvoir d’achat modeste, et un public respectueux qui consomme aux soirées.  Les activités autour du bar à Adria Hôtel reflétaient une telle image ce 23 décembre 2011.  Les plus capables sablaient du champagne, entre autres du Cristal,  tout au cours de la soirée. En argot haïtien (slang), il s’agit ici des  KPS ( Kapab Pa Soufri). D’autres invités se rabattaient tranquillement sur leurs bouteilles d’Alizé. D’autres encore buvaient du Hennessy, ou du Whisky Black ou encore du Rhum -Coca. Il y en avait pour toutes les bourses.  

Cela remonte à bien des années depuis qu’on ait assisté à un spectacle aussi professionnellement préparé et présenté. Et, ce public qui a rehaussé l’éclat de cette fantastique soirée, symbolise la finesse, l’élégance et la propreté. Dans leurs accoutrements simples mais chics, les femmes attiraient les regards comme cela se fait à un défilé de mode professionnel. Je regardais passer, dans un va-et-vient constant, de jolies dames qui m’ont fait penser et croire que le Paradis manquait quelques Anges ce soir-là. Elles se trouvaient toutes à Adria Hôtel pour célébrer avec King Kino. J’ai eu l’opportunité de converser à voix basse avec mes voisines de table. Elles avaient toutes de jolis noms de fleurs tels que  Rose, Violette, Lilas, Marguerite, Hortensia, Jasmin, Lys (Lis), Véronique et Muguet. C’était le plus beau bouquet de fleurs que je n’aie jamais vu de ma vie. Elles embaumaient de leur parfum tout le jardin de l’Art que King Kino a créé au cœur d’Adria.  

Un fait attirait l’attention du côté des hommes. Ils étaient tous en tenue de ville. Aucun des invités ne portait son pantalon en berne, soit à demi-mât sous le coccyx. Ce style conçu par les prisonniers en geôle, ne pourrait avoir accès à cette soirée. En plus, « kabrit gade je mèt kay avan’l antre ». King Kino, l’hôte,  était impeccablement vêtu. On dirait un modèle venu du monde d’Hollywood de la haute couture.  

Le Tabou Combo était aussi présent à cette soirée  

La formation musicale de King Kino a présenté une excellente prestation. Cet orchestre a joué les chansons suivantes : « Jalouzi », « Don’t you know I love you », « Anything for you », « Lumiè la lune », etc. Tous les invités étaient satisfaits d’un tel spectacle. Ils en parlent encore, et en parleront longtemps de cette soirée réussie tant du point de vue organisationnel que de l’affiche présentée par le chanteur King Kino. Il faut aussi souligner que cet orchestre avait partagé la scène avec le Tabou Combo de Pétion-Ville, qui se passe de présentation. Encore une fois, l’indestructible Tabou Combo a prouvé sa grandeur. C’était la dernière occasion de l’année 2011 de voir évoluer le Tabou Combo devant un public aux États-Unis, avant son départ pour le Gabon. Il y restera du 26 décembre 2011 jusqu’au 2 janvier 2012.  

À cette grande soirée de célébration de l’anniversaire de King Kino, le Tabou Combo a joué les chansons qui ont confirmé son succès au fil des ans, telles que « Akoutchou Koutchou » « Yo », « Baissez Bas », « Bon Anniversaire », « Jalousie », « Aux Antilles », « Lakay », etc. Il a exécuté deux versions de « Bon Anniversaire » au cours de la soirée, ce pour formuler des vœux sincères à l’endroit de l’infatigable King Kino. Ce fut une soirée excellemment réussie. Pierre Raymond Divers « King Kino » a bien fêté avec ses divers amis, tout aussi bien avec ses fans d’hier et d’aujourd’hui.

Je ne saurais laisser passer inaperçue cette occasion qui, d’ailleurs, ne se présente qu’une fois l’an,  sans souhaiter Bon Anniversaire à King Kino et lui dire Ad Multos Anos.  

Bonne et Heureuse Année 2012 à tous !

Robert Noël        

robertnoel22@yahoo.com

 

 

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
4.25