Accueil | Nouvelles | Haiti | Rentrée parlementaire délicate en Haïti

Rentrée parlementaire délicate en Haïti

image

La rentrée parlementaire a eu lieu lundi 9 janvier en Haïti, comme le veut la Constitution. Mais cette échéance politique n'aura pas été une formalité, loin de là. En cause : l'absence plus que marquante du sénateur nouvellement élu Guy Philippe, ce parlementaire qui a été arrêté jeudi et transféré aux Etats-Unis pour trafic de drogue.

Ils auraient dû être huit sénateurs à prendre leurs fonctions ce lundi. Mais seuls six ont prêté serment. Wilfried Gelin ne s'est pas présenté car le Conseil électoral enquête pour confirmer son identité (il aurait pu en changer pour ne pas avoir à mentionner une condamnation aux Etats-Unis). Mais l'absence qui fait davantage parler chez les sénateurs, et qui place le pouvoir législatif dans une bien fâcheuse situation, c'est évidemment le cas Guy Philippe, arrêté puis extradé la semaine dernière aux Etats-Unis.

Pour le nouveau sénateur Sorel Jacinthe, la situation est plus que regrettable. « On savait que ce dossier était là. C'est quelqu'un qui était recherché. Mais quand même, ça pose problème, premièrement au pays. Moi en tant que sénateur ça me pose problème », confie-t-il. « Mais cependant, il y a une convention. Je crois que s'il faut attaquer, c'est la convention qu'il faut attaquer, voir comment renégocier cette convention pour que ça ne se répète plus. J'en suis conscient, donc on va travailler normalement pour voir comment renforcer notre justice », explique le sénateur Jacinthe.

Réviser l'accord de coopération policière entre Haïti et les Etats-Unis, tel est le mot d'ordre pour les parlementaires qui considèrent l'arrestation de Guy Philippe comme un enlèvement. Accusé de trafic de cocaïne et de blanchiment d'argent, il va être présenté vendredi devant le tribunal fédéral de Miami.

Amélie Baron - Source RFI