Accueil | Nouvelles | Culture | Gessica Généus nous offre « Douvan jou ka leve » son premier long-métrage

Gessica Généus nous offre « Douvan jou ka leve » son premier long-métrage

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

L’actrice Gessica Généus est passée derrière la caméra. Mis à part la série Vizaj Nou, la jeune réalisatrice vient de terminer son premier long-métrage documentaire « Douvan jou ka leve » (le jour se lèvera), sélectionné au festival États généraux du film documentaire organisé chaque année à Lussas, en France. Ce festival non compétitif créé en 1979 se déroulera cette année, du 20 au 26 août 2017. Cela faisait quatre ans que l’actrice, désormais réalisatrice, travaillait sur ce long-métrage documentaire qui traite de la question de notre rapport avec notre identité culturelle.

Depuis un certain temps, le cinéma en Haïti tient de la fiction. Les infrastructures appropriées sont quasiment inexistantes. Les productions se font rares. Pourtant Gessica Généus continue son chemin, que ce soit en tant qu’actrice ou en tant que réalisatrice. En mars dernier, trois des longs-métrages dans lesquels elle avait joué - dont Cargo où elle tient le premier rôle féminin -, étaient projetés à la 34e édition du Miami Film Festival. Avec sa compagnie, Ayizan Prodution, elle a produit et réalisé environ une quinzaine de courts-métrages dans la série Vizaj Nou, diffusée sur la Radio-Télévision Caraïbes. 

« Il faut que ceux qui ont la possibilité de faire des films en Haïti en fassent. Le marché haïtien peut ne pas être encore prêt, mais on peut exporter. Car il faut trouver d’autres filières de production, d’autres structures d’exploitation pour les films. Le marché des festivals, les pays africains qui ne demandent que cela par exemple, d’autant plus que nous avons avec eux beaucoup de points communs, explique l’artiste qui  n’entend pas s’arrêter. D’ailleurs, elle enchaîne  projet après projet. Pour ce mois d’août, son long-métrage documentaire  « Douvan jou ka leve » vient d’être sélectionné pour le festival États généraux du film documentaire organisé chaque année à Lussas, en France.

« Douvan jou ka leve »

L’aventure commence simplement.  Un jour elle va voir Manzè pour des conseils, des détails par rapport à une scène de cérémonie vaudoue insérée dans un film sur lequel elle travaille. « Pourquoi ne regardes-tu pas dans mon livre ? », lui dit la chanteuse. Volontiers, elle achète « Nan dòmi », le livre de Mimerose P. Beaubrun, qu’elle lit d’une traite. « C’était la première fois que j’avais accès à un témoignage personnel sur le vaudou. Un témoignage qui venait de l’intérieur. J’ai tout de suite voulu faire un film pour montrer cet aspect du vaudou où un initié parle de sa vie. Un témoignage spirituel nettement différent de ceux auxquels j’étais habituée ».

Au fur et à mesure qu’elle écrit, au gré de ses différents ateliers d’écriture, elle en vient à vouloir montrer pourquoi elle est intéressée par cet aspect de la question.  Ce film devient l’occasion de faire une introspection, une quête personnelle pour essayer de comprendre l’étiquette diabolique que l’on colle au vaudou, la crise identitaire, le syncrétisme religieux dans la société haïtienne. « Ce documentaire n’est pas un film sur Manzè, bien que ce soit elle qui me l’est inspiré. Ce projet existe encore mais est en cours. « Douvan jou ka leve » (Le soleil se lèvera) est un documentaire  de création qui dit qu’un jour on comprendra. C’est un film qui ne cherche pas de réponse mais pose un regard franc et sincère sur une société en proie à une série de contradictions morales, culturelles et religieuses qui semblent vouloir la handicaper », explique la réalisatrice. 

Un travail qui a pris quatre ans

Pour réaliser le documentaire, il a fallu toute une équipe. « J’ai filmé en deux temps. D’abord, il y a de cela trois ans, puis en novembre dernier. Manzè est une des personnes qui m’ont beaucoup aidée, mais il y a aussi Louise Bijou qui a fait un travail de recherche énorme. Marco Saint-Juste, Katerine Giguère se sont occupés des images. Francois Waledish et Rachèle Magloire, du son. Adrien Faucheux, du montage. « Douvan jou ka leve » a été produit par Ayizan Production et de SaNoSi.  

« Douvan jou ka leve » sera au festival États généraux du documentaire à Lussas. Un festival non compétitif fréquenté en général par des producteurs, distributeurs et d’autres personnes extrêmement intéressées par les documentaires. Ce sera la première diffusion publique de celui-ci. Cependant, ce long-métrage est aussi inscrit à d’autres festivals étrangers. Gessica Généus devrait rentrer en Haïti en février prochain et c’est à ce moment que se fera la grande première de ce film. « Février 2018, je sais que c’est une longue attente, mais je n’ai pas le choix », confie la réalisatrice. 

Pour le moment, Gessica Généus n’est pas au pays. Elle s’est établie, il y a peu, au Kenya avec sa famille et devrait y rester pendant un certain temps. « C’est une décision familiale. Mais, de mon côté, j’en avais aussi besoin. La vie est une aventure. Si on a la possibilité de la vivre pleinement, il faut le faire.  Il faut se mettre dans des situations qui ne sont pas forcément confortables. Aller dans des endroits auxquels on n’est pas habitué », explique Gessica, qui voit en ce périple, hors de sa terre natale, un moyen de grandir artistiquement  et personnellement.  À présent, la réalisatrice s’est grandement investie dans l’écriture d’un long-métrage fiction qu’elle entend commencer l’an prochain et dans lequel elle tiendra aussi un rôle. Ce film, qui sera tourné en Haïti, est un grand moment dans sa carrière. C’est sa principale priorité pour le moment, bien qu’il y ait d’autres projets qui lui tiennent à cœur.

Winnie Gabriel Duvil source Ticket Magazine



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0