Accueil | Nouvelles | Culture | Hommage à Herby Widmaier

Hommage à Herby Widmaier

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Herby Widmaier et ses fils

Plusieurs musiciens d'ici et d'ailleurs rendront un hommage bien mérité à Herby Widmaier, figure légendaire de la radio diffusion en Haïti. En effet, le Karibe Convention Center accueillera, samedi 6 juillet, à 8 h pm, un concert exceptionnel dédié à ce grand compositeur, ce pionnier du jazz, ce précurseur qui aura marqué toute l'histoire de la musique haïtienne.

3 h 30 p.m. Notre détermination a résisté aux bouchons, au tohu-bohu de Delmas. Roland, Guirlène et moi sommes emportés par la fougue de s'entretenir avec le fondateur de radio Métropole, l'une des radios les plus écoutées du pays. Tenue décontractée, lunettes caressant le nez, Herby Widmaier reçoit Ticket Magazine.
On est à Delmas 52. L'homme nous parle de ses « débuts très spéciaux » dans la radiodiffusion. Il nous confie, en des mots simples, sa passion et son goût pour la musique de chez nous. Herby, front plissé, raconte des moments forts de sa vie professionnelle. Il approche de ses 80 ans. Et sa mémoire ne flanche presque pas. « J'ai fondé Radio Métropole par un heureux hasard. Après avoir abandonné la direction de Radio Haïti Inter fondée en 1935 (avec pour indicatif HH2W) par mon père Ricardo Widmaier, j'ai logé ma propre station au local du Pavillon qui m'a aussi servi de studio d'enregistrement sur cassettes, gravant aussi des disques. J'avais alors en poche 80$ haïtiens qui équivalaient à l'époque à 80$US», se souvient-il.  
Très tôt, son intérêt pour l'électronique s'est précisé. Il a conçu, dès son plus jeune âge, son premier émetteur qui lui a permis de communiquer avec certaines stations amateurs de radio de l'Europe. Ce qui fait la différence de Radio Métropole par rapport aux autres radios qui émettaient, c'est le choix de non-diffusion de la meringue dominicaine (tipico cibaeño, style de musique né dans les années 50-60), l'innovation dans la formule publicitaire qui mêle humour et histoires marrantes et l'introduction des jingles (petite chanson qui accompagne une publicité). Herby défend obstinément de passer à la radio la musique populaire mexicaine, style « ranchera » avec mariachis, trompettes et violons. Le mélomane signale quelques rares pseudo-émissions classiques qui ne jouaient que le 5e de Beethoven [symphonie # 5]. Il n'a pas caché son admiration pour Gérald Merceron, animateur de jazz, l'un de ceux qui ont vulgarisé ce genre musical en Haïti de concert avec lui. A cette fin, il se rappelle ses émissions d'autrefois telles que « Rideau s'il vous plaît », « Swing ad lib » et « Caravan Music », émissions de jazz qui étaient aussi dédiées à la musique populaire américaine. 
Herby Widmaier a eu l'ultime chance de participer, grâce au soutien de Radio La Voix de l'Amérique, au prestigieux concours « International Jazz Clinic », animé par Willis Conover et son invité Stan Kenton, avec trois compositions ayant été bien reçues aux USA. Il s'agit de « Afrologie », « Early Autumn » et « Thème pour Poupie ». Il a bénéficié, sur le projet d'enregistrement de ces titres, de la collaboration de musiciens très talentueux et célèbres qu'il avoue avoir chipés un peu partout : Alix Haspil, Charles Dessalines, Michel Desgrottes, Tony Schindler, René Dor, Raymond Sicot (frère de Webert Sicot), et Guy Durosier, « le seul musicien, lâche Herby, à assimiler le jazz et avoir des connaissances jazzistiques et instrumentistes ».
Le musicien se rappelle de son passage dans l'orchestre d'Issa El Saieh et de son interprétation de « Woman in love » (sur un arrangement en boléro de l'Américain Bobby Hicks), lors d'un enregistrement à Radio Progreso à La Havane (Cuba). Moments forts partagés avec Bebo Valdès, Raymond « Ti Roro » Baillargeau, Ti Marcel, Alphonse « Chico » Simon, René Dor. Il se remémore les figures et les prestigieuses présences de Billy Taylor, Bud Jhonson, intégrés à l'orchestre Issa El Saieh en Haïti. Quelque temps plus tard, le groupe « Starlets », composé de musiciens importants tels Gérard Dupervil, Serge Chaumette, Raymond Dusseck, Yves Le Roy, Joachim Lévy, Raymond Guillaume, Madeleine Gousse et Gigi Bordes, a fait son apparition au moment du grand réveil et de l'engouement pour les chorales folkloriques. Une polémique déclenchée par Georges Fidélia du « Choeur Simidor » dirigé par Férère Laguerre et sa tante, Lina Mathon Blanchet, de la fin des années 50 au début des années 60, puise son origine dans les audaces harmoniques et modernes du jeune arrangeur Herby Widmaier, puisées aux sources du jazz et de la musique savante impressionniste. Le musicien est alors, et à tort, accusé d'américaniser et de falsifier nos chansons traditionnelles et sacrées.
De 1964 à 1969 environ, il a le bonheur de travailler comme directeur musical et arrangeur aux côtés de jeunes loups d'une génération moins âgée que la sienne : Serge Simpson, Tite Pascal, José Tavernier, Eddy Prophète, Lionel Volel, Fritz Joassaint, Jacquy Duroseau, Jacques Paul Eugène, Carlos Ramirez (vibraphone). Il est très heureux, car ses jeunes compagnons sont plus intelligents et réceptifs à ses concepts et démarches. En tant qu'ingénieur de son, il a réussi des prises de son pour des orchestres et de nombreux groupes musicaux  depuis l'entrée en scène de Nemours Jean-Baptiste, Wébert Sicot, du « Jazz des jeunes », de « Ibo Combo », etc.
Pourquoi a-t-il  attendu longtemps, 24 ans environ, avant de nous livrer son premier et seul opus, « En plein coeur » (2001) ? Son souci de la perfection, sa méticulosité et ses exigences en sont responsables. « Je n'avais pas, dit-il, des instrumentistes assez à la hauteur de mes ambitions. Je les avais enfin trouvés en les personnes de mes fils Mushy et Joël, très tôt habitués à l'écoute de la musique classique, du jazz, et qui ont manifesté de l'intérêt pour ces musiques de goût. »
Jugeant la musique de danse populaire haïtienne contemporaine, il parle carrément d'abîme et de décadence. Notons que l'album en question, où participe en outre une brochette de bons instrumentistes haïtiens triés sur le tas tels André Déjean, Eddy Brisseaux (trompette), Lionel Volel, Gaguy Depestre (sax alto et ténor),  Gary Shore (sax ténor), a reçu un accueil mitigé du grand public, fait de réticence polie et de murmures bas et sournois.
L'une de ses compositions jazzistiques célèbres et inédites est incontestablement « Morning fantasy », chef-d'oeuvre de pure improvisation, oubliée probablement quelque part sur une bande magnétique. Sa technique pianistique à l'époque relevait de la gageure : doigté minimaliste, non académique (deux doigts).
Herby Widmaier est un musicien autodidacte ayant beaucoup lu et appris sur le jazz, l'harmonisation, l'arrangement, l'improvisation et la technique vocale, à partir d'ouvrages de référence, d'intuitions fulgurantes et opportunes, d'une grande logique et d'une oreille infaillible. Ce féru de jazz tombe amoureux d'Armando Manzanero, de Brito Duarte, de Bireli Lagrene, de la musique brésilienne, notamment le bossa nova. « Je me suis tellement imbibé de ce qui devrait ou ne devrait pas être dans le jazz que je ne fais plus tellement d'acquisition d'ouvrages historiques de  base », nous révèle-t-il.
 « Nuages » de Django Reinhardt, avant « No more tears for me » de Bob Fowler, « Fleur d'amour » et « Theme for Poupie », exécutés au clavier, ont illustré ses propos et mis fin à cet entretien édifiant.
Il interprétera certains de ses morceaux lors de la soirée hommage qui lui sera dédiée ce samedi 6 juillet. Ralph Tamar, Alix Haspil, Eddy Brisseaux, Godwin Louis, Boulot Valcourt, Béatrice Kébreau, Mushy et Joël Widmaier partageront la scène du Karibe Hôtel à Pétion-Ville pour un spectacle vibrant, espère-t-on.

Rosny Ladouceur et Roland Léonard Source: Ticket Magazine



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0