Accueil | Nouvelles | Culture | L’ouragan Irma a causé la pause temporaire du compas direct

L’ouragan Irma a causé la pause temporaire du compas direct

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Les phénomènes naturels défient la science et le temps. L’ouragan Irma a tout chambardé et, de temps en temps, avait même changé la trajectoire que les météorologues avaient prévue. Ce qui avait créé plus de tension au sein de la population, ne sachant pas exactement où s’abriter en laissant les zones d’évacuation. Son passage à travers les Caraïbes et le sud des États-Unis a non seulement causé des dégâts matériels et des pertes en vie humaine, mais a également affecté les affaires en général, incluant le marché musical compas direct. 

Les groupes musicaux de la Floride en congé forcé

Personne  n’aimerait risquer sa vie pour aller jouir d’un plaisir de quelques heures. Des bals, qui étaient programmés pour le weekend du  8 au 10 septembre 2017,  sont reportés à des dates ultérieures. L’ouragan a forcé les groupes musicaux, tant d’Haïti que ceux de la Floride,à prendre une ou deux semaines de congé. N’est-ce pas là aussi une forme d’évacuation forcée du marché compas « leve de men anlè ». 

Vraiment, l’ouragan Irma a causé la pause temporaire du compas direct, ce qui impose  la nécessité de rebattre les cartes. Et cela peut même entraîner la mise en place d’un nouveau décor de l’univers compas direct.  Les esprits sont encore préoccupés par les conséquences qui résultent des méfaits de l’ouragan. De toute évidence,  il n’y a pas de trop grandes activités prévues durant les deux semaines à venir.  On est en plein dans une période de vache maigre. 

Bien avant l’ouragan Irma, les bals avaient été annoncés pour la fin du mois de septembre, puis octobre, et novembre à la Thanksgiving, la fête d’action de grâce aux États-Unis, d’après les calendriers officiels des groupes musicaux.  Ces musiciens devraient profiter de ce temps mort pour entrer au studio d’enregistrement et commencer  à préparer de nouvelles productions. Tous les nouveaux disques produits sur le marché l’an dernier ont perdu de leur fraîcheur, ce qui est à la base de la baisse de participation aux bals même des groupes les plus connus. 

La possibilité d’un retour du marché à la normale

On ne doit pas exclure la possibilité d’un redressement du marché compas direct si les mesures nécessaires sont prises en accord avec les exigences du moment. Car, comme dit le proverbe, après la pluie vient toujours le beau temps. Il est vrai que la vente des disques a longtemps chuté, mais la production d’au moins une nouvelle chanson pourra apporter un souffle nouveau à tout groupe qui, aux yeux du public,  domine la scène HMI aujourd’hui. Bien qu’il ne faille pas écarter la possibilité que les dégâts causés par l’ouragan Irma peuvent retarder le retour à la normale des activités quotidiennes et nocturnes.

Cet ouragan a dévasté certains pays de la Caraïbe. Dieu merci, Haïti a été épargnée, cette fois, des ravages monstres qui ont été enregistrés dans le passé.  L’ouragan Irma a même fait avancer l’océan loin des plages des Bahamas, laissant  le sable exposé. On voit bien que l’ouragan Irma a tout bousculé sur son passage, mais il n’a pas pu détruire la culture des peuples (J.R. Noël). Il faut se rappeler que New York n’a pas été sur la trajectoire de l’ouragan. Cependant, les groupes musicaux qui étaient programmés pour honorer des contrats à New York n’ont pas pu faire le déplacement pour raison de sécurité liée à Irma.  Il faut souligner que les formations musicales les plus connues établissent domicile en Floride. D’ailleurs, on dit que la Floride est devenue le berceau des groupes qui embrassent le genre musical compas direct.  

On ne saurait oublier de mentionner qu’un nouveau groupe de New York du nom de « FASOL » était à Brasserie Créole,  le samedi 9 septembre.  Si Irma retient les groupes musicaux en Floride,  « FASOL » devrait pouvoir faire salle comble à New York, puisque le champ était resté libre. Cela a prouvé que les gens ont d’autres priorités pour le moment. Les musiciens de cette nouvelle formation musicale doivent comprendre la complexité de cette industrie. Il faut bien qu’ils s’arment de patience et de courage pour faire face à toutes les éventualités. 

La période de vache maigre commence après le Labor Day aux États-Unis

Le weekend du Labor Day n’a pas été trop fructueux. Le Haitian Labor Day Festival, qui a eu lieu à Eisenhower Park à Long Island, s’était déroulé sous une pluie torrentielle. Il semblerait que le promoteur n’ait pas suivi la météo avec attention. Car il avait, au cours d’une interview, dit que la nature allait jouer en sa faveur, annonçant une journée ensoleillée, ce samedi 2 septembre 2017.  Tel n’a pourtant pas été le cas. Cette pluie battante annonçait qu’Irma était en route et faisait des ravages pas trop loin des États-Unis. D’ailleurs, on ressentait les secousses. Certaines gens s’opposent à la façon dont le gagnant a été choisi à ce festival.  On fait croire que le promoteur est le représentant officiel à New York de la formation musicale Kreyol La à qui la prime a été décernée. 

Un présentateur haitien d’un show portant son nom, très frustré,  a crié magouille, allant même jusqu'à  faire état de casier judicaire d’un promoteur en probation qui, dit-il, porte des bracelets électroniques permettant aux autorités locales de contrôler ses déplacements.  Les bracelets en question sont portés à la cheville. L’accusateur a parlé de deux cas légaux pendants,  mettant l’accusé en probation.  Est-ce nécessaire que toutes ces  paroles soient dites ? Quels sont les mobiles qui ont poussé l’accusateur à adopter une telle attitude envers l’autre? Est-ce donc le refus de l’accepter ou le fait qu’il lui était défendu de venir back stage / dans les coulisses ?  Peut-il prouver de telles allégations,  puisqu’il n’a pas eu le soin de dire : un promoteur supposément « allegedly, en anglais » ayant un dossier judicaire? Prudence oblige!

Il faut dire en passant que la triple affiche  T-Vice  /  Djakout #1 / Kaï  à Amadeus  Night club, le 3 septembre 2017, n’a pas été comme tout le monde l’espérait. Il y a eu un dérapage lors de la prestation de T-Vice, où Roberto Martino était sorti de ses gonds pour fustiger une jeune dame, membre du comité organisateur de l’événement, qui lui avait demandé de mettre fin à sa prestation.  Ne sachant pas qui elle était, Roberto Martino « kimen sou li »  en utilisant du slang  / un argot pas trop plaisant à l’oreille. Il y a eu de grandes bousculades sur le podium, suivies d’une échauffourée incontrôlable.  Le promoteur a été lui-même bousculé par Robert Martino, d’après ses déclarations. Tout ce vacarme se déroulait au su et au vu du public. T-Vice devait céder le podium à Djakout #1 pour qu’il présente sa prestation. Un peu plus tard, Roberto Martino s’est excusé auprès du public quand il reprit son calme. 

Le champion de la ligue « Konpa leve de men anlè » a été désigné par le promoteur de la soirée. Le public n’a pas voté, alors que sans sa participation ni les groupes musicaux ni les promoteurs ne pourront exister. C’est donc une erreur du promoteur, Boogie, de ne pas présenter les membres de son organisation, soit au cours d’une réunion préalable avec les musiciens ou bien avant le début de la soirée. Le promoteur a déclaré qu’il avait engagé des détectives pour assurer  la sécurité au club, un fait que nous démentons. 

Ces soi-disant détectives embauchés ne peuvent et ne doivent pas assurer la sécurité à l’intérieur d’un club. Ce sont peut être des officiers de la Police de New York en congé qui risquent leur carrière. Si on rapporte un tel fait à l’Officier de Contrôle de l’Intégrité (Integrity Control Officer) de leur commissariat ou commande, ils seront automatiquement suspendus. C’est une forme de corruption de faire un second boulot, même à temps partiel, ou de  recevoir un salaire sans préalablement informer le Département de la Police de New York. Ce sont donc ces agents de sécurité qui disparaissent, fondent comme du beurre au soleil (yo fonn tankou bè) quand un incident arrive au club et qu’on alerte la police.  

Une source digne de foi nous apprend que T-Vice attend encore le solde que lui doit le promoteur de la soirée. C’est un fait que l’organisateur n’a pas mentionné, au cours des interviews qu’il avait accordées après l’incident.  Espérant un vrai contrôle du marché musical compas direct, nous souhaitons un meilleur lendemain aux groupes musicaux. Il est aussi souhaitable que les musiciens et les promoteurs fassent preuve d’un  professionnalisme capable de convaincre les gens à faire le déplacement aux événements culturels en toute quiétude.  

[email protected] 




Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
1.00