Accueil | Nouvelles | Culture | Patient et prudent, le System Band continue son chemin vers l’inconnu

Patient et prudent, le System Band continue son chemin vers l’inconnu

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Nou PA Pe System Band

L’histoire nous sert d’aide-mémoire et nous permet de revisiter le passé à volonté. Elle nous donne la possibilité d’évaluer le présent à partir du passé et de percevoir l’avenir. L’annonce du retour du System Band sur la scène HMI avait attiré l’attention de tout le monde. Ses fans ne pouvaient contenir leur joie à l’annonce de cette bonne nouvelle. Malgré l’esprit pessimiste qui a animé certaines gens, cette formation musicale continue à honorer des contrats à New York, en Floride, en Haïti, à Montréal et ailleurs. 

Cet orchestre a produit un dernier disque où l’on remarque une diversité de styles. Certains pensent qu’il s’écarte de la ligne musicale qui permet de l’identifier. Pour d’autres observateurs, le CD reflète plutôt un modernisme musical. Mais, dans un cas ou dans l’autre, c’est l’œuvre du System Band. La présence et la participation du maestro Isnard Douby sur cet album le confirment bien. 

Les beaux souvenirs ne se volatilisent pas

On ne peut de si tôt oublier les musiciens qui, aux côtés du maestro – chanteur Isnard Douby, avaient contribué aux grands succès du System Band, particulièrement: Réginald Benjamin (guitare solo), Ronald Smith (guitare rythmique), Ernst Vincent (basse), Harold Joseph (chant), Martial Bigaud (tambour), Jean Maurice Mathurin (batterie), Lucien Céran (saxophone), Paul Henegan (saxophone),  Fritz Frédérick « Ti Mitou » (tombasse « gong » - chant), Michel Blaise (batterie), Syd Judah (trompette), Frantz Carriès (trombone), etc, sans oublier Michel-Ange Bazile (parolier). Au fil des ans, d’autres artistes avaient intégré le System Band. 

Quand on se réfère à la discographie du System Band, on se rend compte que les groupes musicaux d’aujourd’hui ne produisent pas suffisamment. Dans les années 70 - 80, les orchestres paraissaient plus méticuleux dans leur production, y compris le System Band. Lors, la compétition était de taille et on avait une large diversité de choix pour s’amuser en weekend. Toutes les boîtes de nuit étaient toujours remplies. Les beaux souvenirs ne se volatilisent pas, malgré la rigueur et les exigences du temps.

New York représentait le berceau du compas direct, un rôle que joue la Floride aujourd’hui. À l’époque, il n’existait que l’hebdomadaire « Haïti-Observateur » et les émissions « Eddy Publicités » comme sources d’information sur les activités nocturnes à New York. Se istwa nan bon ti mamit. Les musiciens de Zenglen, T-Vice, Nu Look, Disip, Klass et les autres n’avaient pas encore émigré aux États-Unis. 

Le System Band a servi de prototype aux groupes d’aujourd’hui

 L’arrivée de System Band sur la scène HMI, dans les années 80, avait provoqué un revirement considérable. Un nombre inimaginable de gens avait fait preuve d’allégeance à ce groupe musical. Les chansons « Anita », « Avèg la », « Beeper », « Avanse sou yo», « Belle Déesse », « Jan l pase l pase », « César », « Pilon », « Ingratitude », « Ou fè m rele », «  Bèl Kado », « Ou Twonpe m », « Bâton Moïse », « Konbèlann » ont marqué les jours de gloire du System Band, tout aussi bien l’existence des mélomanes. Les slogans d’Isnard Douby ajoutaient un condiment rare qui donnait un goût d’éternité au groove que marinaient Ronald Smith et Réginald Benjamin, supportés par Ernst « Tinès » Vincent. 

Réginald Benjamin, Ronald Smith et Ernst Vincent représentaient le meilleur triangle de la section-corde de la musique konpa dirèk. On ne peut non plus oublier le duo-guitariste de l’époque qui a précédé l’ère System Band. Il s’agit de Mario Mayala et Johnny Frantz Toussaint (Ti Frère) du Skah-Shah #1. Que dire de Jean-Claude Jean et Dadou Pasquet du Tabou Combo d’alors. Martial Bigaud demeure l’un des trois meilleurs tambourineurs de la scène HMI.  Il faut rendre hommage à qui hommage est certainement dû.Ce serait une grave erreur de négliger le rôle qu’avait joué Ti Mitou au sein du System Band. Sakristen men klòch! Bang ! D’ailleurs, c’est lui qui donnait le signal à Réginald pour que celui-ci commence ses solos entraînants qui, d’ailleurs, constituent le Trademark (la marque déposée) du System Band. Ti Mitou, pour donner le signal au guitariste soliste, criait fort : Réginald….. Et, calmement, celui-ci commençait ses solos lors de ce rappel.

Incontestablement, Réginald Benjamin a fait école puisque les guitaristes qui ont émergé après lui ont copié son style - yo bootleg li. Ce n’est pas sans raison que le System Band avait composé la chanson « Konbèlann ». En style musical, Réginald Benjamin ressemble à son cousin Fritz Gérald Aubin qui vit à Washington, D.C  /  Maryland. Nous avions vu ce guitariste à l’œuvre au sein du groupe « Haïti  Combo » de Washington dans les années 70, avec le maestro Jean-Hébert Vincent (Bossou) et sous le contrôle de Nicolas Massillon qui assurait le rôle de manager de cet orchestre. Cette formation musicale tenait ses séances de répétitions au 4606 Georgia Avenue, Washington, D. C. Fritz Gérald a abandonné le konpa dirèk et embrasse le Jazz aujourd’hui. Il est un artiste au talent confirmé.  

Le System Band a assuré la relève 

Le System Band a intégré de nouveaux musiciens en son sein. Cette décision reflète la volonté du maestro Isnard Douby pour assurer la continuité et conserver son patrimoine. Contrairement à certains chanteurs, il accepte un autre vocaliste à ses côtés. Tel est le cas de Dabenz Chéry, qui n’est pas nouveau dans le circuit konpa dirèk. Celui-ci se débrouille assez bien, trouvant des engagements parallèles qui n’interfèrent en rien avec les activités du System Band. Il chante en playback quand l’occasion se présente. 

Lors du grand retour du System Band, on retrouvait encore les mêmes architectes de ses grands succès. Après un mal entendu, le maestro avait publiquement fait des déclarations orageuses concernant Ronald Smith. Ce qui n’a pas plu aux gens qui suivent de près l’évolution du System Band. Le linge sale se lave mieux en famille, se disaient plus d’un. Face à une telle situation, Ronald Smith a décidé de quitter cet environnement. Lucien Céran a aussi faussé compagnie au System Band pour rejoindre le Skah-Shah de Cubano. 

Malgré l’absence du guitariste et du saxophoniste, le System Band continue sa route et sa mission. Mais il n’est plus le même orchestre d’antan. Cependant, si un autre orchestre ne se tient pas bien sur ses gardes, le System Band peut encore dominer une soirée double affiche. Li gen move kou anba men l toujou. Le lion a beau vieillir, mais ses griffes sont encore bien capables de saisir ses proies. Lors de sa plus récente soirée en Floride, on ne remarquait que la présence d’Isnard Douby, d’Ernst Vincent et de Réginald Benjamin comme membres originaux du System Band. Au cours de cette soirée, le maestro Isnard Douby avait annoncé sa retraite pour la fin de l’année 2017. On le prend au mot.

Isnard Douby pourra organiser une tournée d’adieu qui permettrait de lui rendre des honneurs bien mérités. À sa retraite, il fera certainement partie de l’administration du System Band. Douby traîne derrière lui des années d’expérience susceptibles de confirmer son talent. Il avait, comme trompettiste, accompagné le Skah-Shah #1 pour une tournée de quatre prestations. Outre sa participation au sein des Frères Dejean de Pétion- Ville comme trompettiste, il avait aussi joué le rôle de deuxième trompette aux côtés d’André Dejean, première trompette, pour accompagner Ansy Derose, sous l’œil vigilant de Dernst Emile comme guitariste. 

En passant, il faut se garder de confondre Dernst avec son frère jumeau Denis Emile qui faisait partie de l’original Bossa Combo. Musicalement, Dernst Emile est très exigeant envers les musiciens, et beaucoup plus envers les élèves à qui il enseigne la musique. Car il a horreur de la médiocrité (R. Noël). Une telle assertion permet de confirmer le talent d’Isnard Douby. Le retrait de Douby du System Band va ouvrir une fenêtre d’opportunités aux plus jeunes talents qui brûlent d’envie de recevoir le flambeau des mains du maestro. L’on se demande si son retrait ne va pas causer la dissolution totale du System Band. D’ores et déjà nous souhaitons bonne chance et excellente retraite au maestro Isnard Douby, en sus de longue continuité au System Band.  



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
1.00