-->
Accueil | Nouvelles | Culture | Pierre Raymond Dumas dans l’histoire du Carnaval

Pierre Raymond Dumas dans l’histoire du Carnaval

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

L’ancien ministre de la Communication et de la Culture, Pierre-Raymond Dumas, a immortalisé le carnaval national tenu aux Cayes cette année. Deux cent vingt pages de reportages photos et textes décrivent l’ampleur de l’événement qui s’est déroulé dans la métropole du Sud, les 19, 20 et 21 février 2012.

Fête de la joie et des couleurs, le carnaval haïtien, avec cet ouvrage, vient de franchir un nouveau palier. Il se dote d’une mémoire. Un récit minutieux. Des images inédites. La folie festive qui a envahi la ville des Cayes cette année est léguée à la postérité. Et de manière grandiose. Plus encore, ce livre permettra sûrement de projeter une image positive de notre culture, et d’une manière générale servira de tremplin à la relance du pays. Priorité absolue du pouvoir Martelly.

Cette œuvre de Pierre Raymond Dumas est unique, tant dans la conception que dans l’initiative elle-même. Jusqu’ici, aucun titulaire du ministère de la Culture, avant lui, n’avait pensé à doter le pays d’un tel instrument. Les meilleures plumes du monde journalistique et autres se sont livrées à un véritable plaidoyer et promotion culturels, comme pour rappeler qu’Haïti était loin, très loin de s’éteindre. L’espoir est donc plus que jamais permis.

Le Carnaval national des Cayes aura permis également de mettre en exergue les valeurs et le grand potentiel du Sud. Traduit en image et immortalisé par les objectifs avares des cameramen, ces moments de bonheur intense sont proposés au lectorat haïtien, pour tenter de pallier le manque de loisirs chronique auquel il fait face. De la première à la dernière page, la beauté des paysages, la chaleur de l’ambiance particulièrement surchauffée et unique captent l’attention du lecteur qui se voit transporté à travers le temps pour revivre des instants inoubliables.

Ce « Pari Gagné » permet aux autres pôles du pays d’entrevoir l’avenir avec espoir. Si la décentralisation paraît être un vœu pieux, au regard des obstacles politico-démagogiques, au moins, au niveau des potentiels culturel, humain et de la créativité, les gens du « pays en dehors » peuvent se targuer d’être à la hauteur des Port-au-Princiens. L’histoire s’est donc construite cette fois-ci, d’une autre manière, et est écrite par des plumes d’acteurs qui ont eux aussi participé à ce bouillon culturel et qui ont compris qu’avec ce coup de poker osé, réalisé avec brio par le chef de l’État, le pays est sorti grandi.

Comme l’a écrit M. Martelly dans la préface du livre, « l’heureux coup des Cayes », s’est imposé grâce à un partenariat public-privé. Lequel doit continuer pour le bonheur de la nation en agonie, depuis le terrible séisme du 12 janvier 2010. Cette collaboration qui a accouché de ce succès inimaginable, est à encourager dans les autres sphères d’activité du pays. Et ce livre illustre à merveille cet état d’esprit. « Haïti d’abord », un slogan plein de sens dans un pays ou l’individualisme paraît être la règle. Ce livre témoigne de la puissance d’une saine collaboration entre l’État et le secteur privé.

Pierre-Raymond Dumas, avec son art, sa détermination, a su coordonner cette œuvre qui retrace les diversités et différences culturelles qui embellissent le paysage haïtien et lui donnent son caractère unique. Des sites qui seront probablement des attractions touristiques. Des talents qui seront confirmés à l’avenir, tant le potentiel paraît grand. Tout y est, dans ce cocktail aux saveurs locales. Pour le plaisir des yeux, et surtout pour les générations futures, la ville des Cayes a donné l’exemple.

Ce fut la joie, la beauté, le sourire. Les photos et les textes prolongent encore le carnaval national des Cayes, et marquent de manière positive l’esprit des lecteurs. L’ambiance torride des groupes musicaux (électroniques et bandes à pied) rappelle l’importance du loisir dans la vie des gens, notamment des jeunes. Des gens qui vivent et qui construisent leur histoire, voilà le message à retenir.

« J’ai toujours cru en mon peuple qui, chaque matin, à la première lueur du soleil, se renouvelle en énergie et en foi… » Ces mots du président Martelly ont trouvé tout leur sens au cours de ces trois jours où l’esprit festif a fait oublier les vicissitudes quotidiennes, et a plongé dans l’extase totale les carnavaliers qui ont consenti ce long déplacement. L’espoir est là. Une nouvelle Haïti est toujours possible. Pierre Raymond Dumas y apporte sa pierre. Et il a un nom : « Carnaval National des Cayes : Pari Gagné ».

Lionel Edouard et Walter Cameau
Source: Le Matin
  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
1.00