Accueil | Nouvelles | Culture | Le torchon brûle entre le groupe Klass et des animateurs de radio

Le torchon brûle entre le groupe Klass et des animateurs de radio

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image klass

La division n’aide pas au développement et à l’avancement d’une société, d’une nation, du monde, encore moindre d’un genre musical. Au contraire, elle est la cause principale des luttes fratricides, des querelles sans grandeur, des guerres et des polémiques grossières. Et, l’hypocrisie ruine le monde. Dans l’industrie musicale haïtienne, l’hypocrisie devient palpable entre musiciens-musiciens, animateurs-animateurs et musiciens-animateurs de radio. Aujourd’hui, des allégations sont proférées contre le groupe Klass l’accusant de vouloir diviser pour régner en seul maître sur la scène HMI.  Une analyse approfondie de la situation permettra de voir le bien fondé de ces accusations.    

L’industrie musicale konpa dirèk dans l’œil d’un tourbillon

Actuellement, on vit une situation de tension dans l’industrie de la musique haïtienne, particulièrement dans l’univers konpa dirèk. Trois animateurs ont élevé la voix contre le groupe Klass. Il s’agit de Wilfrid Petit-Frère,  le fondateur de Konpaevents;  Jean Mary Simon, animateur de l’émission « Konpa Pacific » à Radio Pacific et Didi Paradi, présentateur de l’émission « Rendez-vous Konpa », en Floride. On ose croire que les accusateurs de Klass ne sont pas en quête de sensationnalisme médiatique.  Il est rapporté que le fondateur de Konpaevents s’est fâché parce que Klass lui a refusé une date qu’il voulait avoir en vue d’organiser une soirée dansante. C’est ce qui a accéléré son changement de camp, dit-on.  Le patron de Konpaevents a d’abord démenti l’information et l’a confirmée un peu plus tard.  

Il a annoncé publiquement que le groupe Klass lui a fait une proposition lui demandant de ne pas diffuser la musique des autres groupes au cours de ses émissions, particulièrement celle de Nu Look. Ce que beaucoup considèrent comme une forme de boycottage de Nu Look. Mais, Wilfrid a fait preuve de courage, en disant haut et fort ce que d’autres animateurs se limitent à dire tout bas. Cependant, il faut lui reprocher son manque de précision. Car  il parle de l’équipe Klass lui ayant fait une telle proposition, sans indiquer les noms des personnes à qui sont imputées de telles allégations.  Ce qui donne un caractère de papotage au récit et laisse refléter un grand doute. Pagen wout pa bwa. Konpaevents est en droit de citer des noms, conformément à la loi, puisqu’il s’agit de personnalités publiques.  Craint-il que les responsables de Klass ne viennent dévoiler des vérités liées à la relation qui existait entre eux quand tout allait bien? 

Tout ce vacarme a commencé après un commentaire de Wilfrid au sujet de Klass, disant que ce groupe musical connaît une baisse actuellement. Ce qui, dit-on, a suscité la colère des membres influents de Klass, considérant  un tel commentaire comme portant atteinte à la popularité et à la sûreté de leur formation musicale. Dans tout business, il faut considérer les hautes et basses saisons et réajuster ses stratégies conformément à la situation qui prévaut. Un groupe peut, un soir, animer un bal à guichet fermé, alors que, à une autre occasion  il réalise une soirée « vacuum » en salle vide.  Les musiciens ne doivent pas  se formaliser puisqu’ils sont payés pour la soirée qu’ils animent, quelle que soit l’issue du bal : réussite ou échec. Au demeurant, ce sont les promoteurs qui payent les conséquences de l’échec d’une soirée. 

Cela se comprend quand on sait que les musiciens haïtiens  ne tolèrent pas la critique. Men yo dwe ranje chita yo byen. Dès qu’on critique une formation musicale, ses responsables et ses musiciens lancent toujours l’argument qu’on veut détruire leur groupe, prétendant qu’on dit du mal de l’orchestre. Dans le langage vernaculaire haïtien on dirait: «  w ap pale djaz la mal, ou vle kraze djaz la ». On accuse le manager et le chanteur de Klass qui affirment que quatre (4) animateurs de radio fomentent un complot pour détruire leur orchestre, tout en se gardant de les nommer. Cela ressemble comme deux gouttes d’eau aux déclarations de Pipo l’an dernier, laissant croire que quatre (4) groupes musicaux préparaient un complot contre Klass. Pris de peur, le chanteur  ne les a jamais cités publiquement. 

L’émergence de la vérité pour effacer les doutes 

Au tribunal, les accusations de Konpaevents seraient susceptibles d’être rejetées pour insuffisance de preuves. Son porte-parole doit en toute urgence présenter la suite de son éditorial en mentionnant les noms de tous ceux qui lui avaient demandé de boycotter  Nu Look. Wilfrid devrait préciser la date, l’heure et même le moyen de contact. Est-ce via téléphone ou face-à-face ?  Une telle décision l’aiderait à garder son intégrité et sa crédibilité intactes. Ce qui a surtout attiré l’attention de plus d’un, c’est qu’il a affirmé qu’aujourd’hui Nu Look bénéficie de la visibilité dont Klass jouissait pleinement, en déclarant: si Nu Look bénéficie d’une grande visibilité aujourd’hui c’est à cause de l’argent dont dispose ce groupe musical- si Nu Look jwenn  yon viziblite, se akòz lajan nan pòch li. Cette affirmation montre que le représentant de Konpaevents était un salarié officiel de Klass, qui a choisi de supporter Nu Look maintenant. 

Il semble que Nu Look offre mieux que Klass aux animateurs de radio. Cela reste à vérifier puisque Kerby Léveillé, un animateur très loyal à Nu Look, a toujours dit que les musiciens de cet orchestre sont pire que les pauvres demandant  l’aumône sur le parvis des églises et qu’ils ne peuvent rien lui offrir. D’après certains, Klass est présentement fauché (li razè). Pourtant, il a encore une longue liste de salariés actifs. Beaucoup d’animateurs disent que Klass n’a plus les moyens d’autrefois et qu’il ne peut plus afficher des photos grandeur nature de ses musiciens sur un minivan, comme la dernière fois. Point de doute que ce groupe va tenter de prouver le contraire à tous ceux-là qui spéculent sur sa situation financière. D’autres déclarent que le principal bailleur de fonds de Klass ne peut plus répondre aux besoins financiers de ce groupe puisqu’il a des démêlées avec la justice américaine et continue à purger sa peine.  

Il  n’y a pas que Konpaevents à se prononcer sur les propositions que Klass a prétendument faites aux divers animateurs. À ce compte, on peut signaler aussi Jean Mary Simon, plus connu sous l’appellation JMS, un jeune animateur qui anime l’émission « Konpa Pacific » à Radio Pacific (Haïti).  JMS qualifie de puéril l’acte des musiciens de Klass qui ont cessé de le saluer. Le nom du chanteur apparaît dans toutes les controverses impliquant Klass. Tout le monde sait que Pipo ne faisait pas partie de Klass quand la première pierre de l’édifice a été déposée. Cependant,  son tempérament le force à agir avec autorité, comme l’aurait fait un membre fondateur ou un  enfant légitime de Klass. C’est peut-être la raison pour laquelle qu’on le surnomme « Pitit deyò ». 

Le plus grand problème de Jean Mary Simon (JMS) avec les musiciens de Klass c’est que Nu Look lui a lancé une dédicace   /  un shoutout sur son album. Ce qui ne plaît pas à l’équipe que dirige Richie, d’après ce qu’a dit l’animateur. À travers ses complaintes, JMS avance que sans Klass il sera en mesure de payer ses factures mensuelles. Il rappelle que Klass n’a que six ans d’existence et qu’avant sa relation avec ce groupe musical il répondait à ses besoins immédiats sans aucune difficulté. Cela prouve que JMS était aussi un salarié régulier de Klass. Il a aussi dénoncé l’hypocrisie et l’esprit contradictoire des membres de Klass en se référant au texte de la chanson titrée « Ranje chita w », dans lequel le groupe exhorte d’autres orchestres à s’unir pour défendre leurs intérêts communs. 

Dans ce morceau, Klass a aussi lancé un appel à Nu Look pour qu’il emboîte le pas dans la même direction. Si l’on ajoute foi aux déclarations des accusateurs, on est en droit de dire que Klass n’applique pas ce qu’il prêche à travers ses chansons. JMS l’a aussi signalé en faisant référence à la chanson « Priorité » de Klass, ayant un caractère social.  À son avis, d’une manière générale, les musiciens payent des animateurs de radio pour qu’ils ne diffusent pas la musique des autres groupes. Le pire, c’est que ces animateurs font honneur aux demandes de ces musiciens en question, d’après Jean Mary Simon,  JMS. 

La voix du silence résonne fort

Quant à Didi Paradi, l’animateur de « Rendez-vous Konpa », Pipo Stanis lui a renversé le vase en pleine face. Il se plaignait du fait que le chanteur de Klass ne répondait plus à ses appels téléphoniques. Aussi cherchait-il  une explication à cette attitude de l’artiste à son égard.  Il l’a eue. Pipo parlait au téléphone avec Sorel « Soso Brézo », le tambourineur de Klass, qui, soudain, lui informe de la présence de l’animateur, en disant: men nèg ou a la a, pour faire référence à Didi Paradi. Il lui passa le téléphone puisque l’animateur voulait que le chanteur de Klass justifie son silence. Et l’artiste de répondre: lè w ap rele m yo,  petèt mwen ka wè se nimero Arly k monte ki fè m pa répon n -quand tu m’appelles au téléphone, je ne réponds pas parce que je remarque peut-être que c’est le numéro de téléphone d’Arly qui apparaît sur mon cadran,  une manière d’associer Didi Paradi à Nu Look. Cela prouve que Pipo a un problème personnel avec Arly. 

La façon dont Soso a annoncé la présence de Didi Paradi à Pipo au téléphone montre très clairement que le tambourineur de Klass savait que le chanteur a eu un problème ou un antécédent avec l’animateur, lui qui se croyait être l’ami du chanteur de Klass. Didi Paradi s’est vite rendu compte que, comme les politiciens, les musiciens n’ont pas d’amis mais plutôt des intérêts personnels. Bien que Pipo ne soit pas un co-fondateur de Klass, il paraît qu’il hérite d’un fort pouvoir qui l’incite à agir comme tel. Il prend des décisions importantes au nom du groupe. N’est-il pas officiellement l’un des porte-paroles de cette formation musicale? Que dit Richie dans cette affaire? Il sombre dans le mutisme. On a essayé de le contacter pour faire la lumière autour de ce litige, mais nos démarches demeurent sans résultat. Toute cette affaire, mettant en face le groupe Klass et les animateurs, fait écarter la possibilité d’un second face-à-face Nu Look   /   Klass. robertnoel22@yahoo.com. 

Que feraient ces musiciens haïtiens si ce business de la musique konpa rapportait des millions par année ? Il y a de fortes possibilités qu’ils s’entretueraient même. Toutes les déclarations des accusateurs de Klass abondent dans le même sens. Elles font qualifier d’hypocrites tous les musiciens de Klass. Ce groupe musical jouit des droits de réplique aux accusations. On fait croire que Klass veut intenter une action en justice contre konpaevents. Si cela se révèle vrai, Klass aura aussi à repondre à certaines questions légales liées à son existence aux États-Unis. Que les protagonistes fassent la paix entre eux pour éviter le pire. Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté! 

Il  y en a parmi les animateurs de radio qui sont fiers de bénéficier souvent d’un billet de voyage, d’un bal et de cadeaux d’un groupe musical  et, en conséquence, acceptent de se laisser apprivoiser. Ils sont plus sensibles aux shoutouts aux bals qu’à leur salaire.  Yo vann nanm yo. Le vieil adage nous rappelle ce qui suit : « Qui veut son respect se le procure ».  Il est temps que certains animateurs et journalistes culturels cessent de traîner leur bol   /  leur sébile « kwi yo » devant les musiciens et groupes musicaux. L’Éthique professionnelle et la déontologie journalistique l’obligent! Il serait important qu’ils s’entendent et créent une association d’animateurs haïtiens, où les membres seront tirés sur le volet. Il faut qu’ils pensent aussi à mettre des balises en place pour éviter l’infiltration des animateurs médiocres « loray kale », caméléons (agranman). 

Considérant tous les faits autour du litige entre Klass et les animateurs de radio, on peut dire avec assurance qu’il n’y aura jamais une association de musiciens haïtiens. Car l’hypocrisie a déjà trop pollué l’environnement. Un simple geste trahit toujours l’hypocrisie. Elle peut être détectée facilement à partir d’une poignée de main qu’on reçoit, qui ressemble à un poisson mort qu’on tient par la queue (en anglais : a dead fish handshake  -   an kreyol: ti lanmen pòk). C’est ce qui permet d’identifier l’hypocrite. Plus la division et l’hypocrisie gagnent du terrain, moins sera la chance de réussite de l’industrie musicale haïtienne.  

 robertnoel22@yahoo.com   




Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
3.50