Accueil | Nouvelles | Elections 2015 | Mario Andrésol visite Le Nouvelliste

Mario Andrésol visite Le Nouvelliste

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Mario Andrésol

Le candidat à la présidence Mario Andrésol a rendu, jeudi, une visite de courtoisie à Le Nouvelliste. Une occasion pour l’ancien directeur général de la Police nationale qui se présente aux élections en tant que candidat indépendant de s’entretenir avec les responsables du journal et de répondre aux questions des journalistes.

La balade des candidats à la présidence continue à Le Nouvelliste. Comme Maryse Narcisse, Jude Célestin, Jean-Henri Céant, Eric Jean Baptiste, entre autres, Mario Andrésol, accompagné de son bras droit dans cette aventure, Pradel Henriquez, a jugé bon de rencontrer le directeur du Nouvelliste, Max E. Chauvet, le rédacteur en chef, Frantz Duval, et des journalistes de la rédaction. 

« Je suis candidat à la présidence dans l’objectif de changer les donnes, a-t-il dit. Après 30 ans passés à servir le pays dans les deux forces de sécurité, j’ai fait assez d’expérience pour arriver à identifier un ensemble de problèmes qui nous empêchent d’avancer. Je viens apporter un autre leadership afin de faire progresser le pays… »

Ancien capitaine des Forces Armées d’Haïti, Mario Andrésol connaît sur le bout du doigt la police nationale puisqu’il a été tour à tour commissaire de Pétion-Ville, directeur de la DCPJ avant de passer sept ans à diriger la PNH. Après quoi, il s’est lancé dans les affaires en mettant sur le marché sa ligne de vêtement, MA Collection.  

Mario Andrésol a fait également la Faculté des sciences humaines. Il a même fait l’exil. Très tôt, étant l’aîné de sa famille, il devait s’occuper de ses deux frères et de sa sœur après la mort de ses parents. « Lakay pat bon », a-t-il dit comme pour se rappeler sa modeste origine sociale.

Selon lui, il y a des mesures d’urgence qu’il faut prendre pour soulager les plus vulnérables comme leur donner à manger. D’où sa première priorité. Ensuite, il promet de fournir de l’eau potable à la population et de conserver les ressources du pays en eau qui passera par la protection de l’environnement. 

« Nous allons appliquer une politique économique à double effet : création d’emplois et redistribution équitable de la richesse à travers le programme de justice sociale », a-t-il annoncé. Il a promis de reprendre la réforme agraire et la création de banques agricoles pour booster le secteur agricole et la production nationale.

Outre l’argent collecté via les taxes, Mario Andrésol a indiqué que, dans le sous-sol du pays, il y a plus de 23 milliards de dollars de ressources naturelles qui sommeillent. Il entend les exploiter et les utiliser dans le cadre de l’application de sa vision. De plus, il pense pouvoir faire entrer dans le Trésor public plus de 500 millions de dollars chaque année dans la lutte contre la corruption. Il veut également formaliser le secteur informel en vue d’étendre l’assiette fiscale.

Le budget national, sous son administration, passera de 122,6 à 150 milliards de gourdes et sera réparti dans les régions en fonction de la taille de leur population, a-t-il annoncé. Il promet de divorcer d'avec toutes les pratiques du pouvoir en place.

Pour sécuriser le pays, l’ancien capitaine pense qu’il faut aborder le dossier sur trois angles : sécurité nationale, sécurité citoyenne et sécurité humaine. Pour les policiers, il promet des avantages sociaux comme la construction d’un village. Préval et Bellerive l'ont empêché d’atterrir avec ce programme lorsqu’il était le chef de la police, selon ses dires. Il veut revenir avec l’armée. Mais cette fois, l’armée sera circonscrite à la frontière et dans le reboisement.

Solitaire comme candidat, mais pas seul dans la course

Pour Mario Andrésol, les partis politiques de la place représentent le statu quo. C’est pourquoi il s’est lancé seul dans la course vers le palais national. « Je suis un leader de rupture », a-t-il dit, en se demandant qui n’est pas indépendant aujourd’hui. « Je me présente comme indépendant pour divorcer d'avec les anciennes pratiques. Ce fut un défi pour moi. Le décret électoral exige 2% de l’électorat pour accepter ma candidature. Ce qui représente environ 117 000 électeurs. J’en ai apporté au CEP 159 247 et j’avais laissé 33 000 à la maison parce que je n’avais pas eu le temps de saisir les données… », s’est-il vanté comme pour montrer qu’il est populaire.

Il a annoncé qu’il ferait une campagne électorale de proximité. D’idéologie « centriste », Mario Andrésol dit n’avoir aucun problème pour faire alliance avec d’autres forces politiques sur le terrain pour avancer dans sa marche vers la magistrature suprême.

Pour avoir servi 15 régimes politiques différents, il croit savoir comment les gens font pour frauder dans les élections. « Chat konnen, rat konnen, barik magouy la ap rete la », a-t-il averti. « Ces élections sont cruciales pour le pays », a indiqué M. Andrésol, soulignant que son pouvoir sera un pouvoir de transition. Même s’il y a des critiques contre le CEP, il lui fait un minimum de crédit pour continuer avec le processus tout en se réservant le droit de passer dans l’opposition contre le Conseil.

Par ailleurs, l’ancien militaire croit avoir beaucoup fait en sept ans pour le progrès de la police, changer son image et la maintenir loin de l’influence des politiques. Après le tremblement de terre de 2010, il dit avoir tout fait pour que la PNH puisse continuer à jouer son rôle. « Malheureusement, au moment de médailler des gens, on ne l’a pas fait pour le chef de la police… », s’est-il désolé.

Selon lui, ni le chef de la police ni les juges ne devraient être nommés par le chef de l’État. Arrivé au palais national, il promet de lui enlever ce privilège et de laisser à la justice le soin de faire son travail en toute indépendance.  

Robenson Geffrard Source Le Nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
5.00