Accueil | Nouvelles | Haiti | Bonne Fete à Notre Président - Patrick Moussignac : toujours de la détermination ! Bonne Fete

Bonne Fete à Notre Président - Patrick Moussignac : toujours de la détermination ! Bonne Fete

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Patrick Moussignac PDG de Radio Television Caraibes

Animé par la passion de faire carrière dans le secteur de la presse, Patrick Moussignac utilise à bon escient ses capacités entrepreneuriales afin d'institutionnaliser et de faire fructifier radio Caraïbes, le patrimoine de la rue Chavannes. Cette station privée contribue quotidiennement au changement indispensable en Haïti. « Dans les pays du Tiers-monde, la presse doit être au service du développement », soutient le PDG du groupe Caraïbes.

La presse en Haïti a une histoire extraordinaire! À la fin des années 80, on pouvait compter sur les doigts le nombre de stations privées qui émettaient sur le cadran. Très peu de radios du secteur privé ont survécu à la répression des années 60. La station de la ruelle Chavannes qui a commémoré récemment ses 61 ans a effectué cette longue traversée grâce à l'intelligence d’Antoine Brown, le fondateur, et grâce à la détermination de son actuel propriétaire Patrick Moussignac.    

Un premier pas miraculeux dans la presse       

Patrick Moussignac a débuté très tôt dans la presse. Il a eu la chance de grandir à la rue Chavannes où est basée la Radio Caraïbes. Patrick avait une passion aiguisée pour la radio. Durant ses études classiques, il prenait plaisir à participer à tous les jeux radiophoniques de la capitale où, à lpoque,  l’on recensait très peu de radios. Patrick cite  avec nostalgie les jeux animés respectivement par feu Georges Lys Hérard dit Master J sur Radio Port-au-Prince,  feu Gétro Julien sur Radio Lumière, feus Félix Lamy et Micheline Soukar sur la  Radio nationale d’Haïti (RNH). Patrick a fait remarquer qu un moment donné,  Charles Alexandre Abellard, directeur d’alors de la RNH, a dû le placer hors concours parce qu'il avait réponse à toutes les questions posées dans « Rallye du dimanche ». 

Son premier pas à titre de présentateur de nouvelles sur Radio Caraïbes tient  de l’insolite. « J'avais pris l'habitude d'assister à distance (derrière la vitre de la cabine de mise en ondes) régulièrement à l’édition de nouvelles présentée par feu Jacky Caraïbes qui m'invitait un jour à lui donner un coup de main dans la préparation et la présentation du journal. Depuis lors, j'ai intégré la grande famille de Radio Caraïbes », raconte Patrick Moussignac qui est devenu tour à tour directeur de l'information, directeur de la programmation et directeur général adjoint. Jacky a été assassiné lors du  coup d'État militaire de 1991. Le personnel de la station a désigné presqu’à l'unanimité Patrick Moussignac pour prendre la direction de Radio Caraïbes qui émettait sur la bande AM.

Prendre en charge la direction de la Radio a été une lourde responsabilité, reconnait Moussignac,  jugeant qu’à l’époque un émetteur AM daté de 1949, un seul micro disponible pour les présentateurs et  des matériels obsolètes rendaient difficile le travail. Cependant, il fallait avancer. « J'ai dû prendre des mesures drastiques pour empêcher la diffusion de n'importe quoi sur la radio.  J'ai dû également travailler  afin de refaire l'image de la station , en ce sens  rétablir la confiance entre mon média et le secteur privé »,  a fait savoir Patrick Moussignac , avouant que cette tâche n’a pas été facile.    

Le directeur de Radio Caraïbes avait un contrat de gestion avec les héritiers de feu Antoine Brown, fondateur de la station en 1949. Le contrat conclu avec les ayants-droit de la station a connu des modifications subséquentes qui auraient pu susciter le découragement. Durant les périodes d'incertitude, les frais évalués à 9.000 $ ht  ont subi une augmentation de plus de  100%, soit 20.000 $ ht. Dans court un laps de temps, les nouvelles exigences des héritiers portaient les frais à hauteur de 20,000 $ US. Il fallait avoir de la détermination pour tenir le coup dans un contexte économique  très difficile. La direction a su tenir bon et entretenir de bonnes relations avec ces héritiers qui, aujourd’hui, sont restés  amis du nouveau propriétaire, Patrick Moussignac.

Des transformations s’imposent

Les changements au niveau de Radio Caraïbes sont opérés de manière progressive. A chaque fois des incidents regrettables ont motivé les grandes décisions. « C’est une crise énergétique qui a forcé la direction à abandonner la bande AM au profit de la FM. Voici  l’anecdote!  Le docteur Lubin a eu un contrat avec la station pour l’animation d’une émission sur le Sida.  Plusieurs étrangers devaient participer à cette émission. Cependant, durant la période de l’embargo,  le pays faisait face à une crise aiguë de carburant. Quelques minutes avant l'émission, un « black out » s'est abattu sur la rue Chavannes. Réaliser l’émission était devenu impossible. Les invités ont passé plus de quatre  heures  à attendre le rétablissement de l’électricité. « Gêné et meurtri, je me suis donné le défi de laisser la bande AM le plus tôt possible », a rapporté M. Moussignac qui conseille aux jeunes de lutter en permanence afin de transformer les moments cauchemardesques en événements heureux.

C’est l’équipe de Caraïbes qui a toujours pris les décisions. « Je partage constamment les idées avec  mes collaborateurs pour garantir le succès de mes actions »,  fait remarquer le PDG du groupe Caraïbes. Patrick Moussignac est très proche de ses collaborateurs.  Les bons rapports qu’il a tissés avec eux favorisent le succès de la station.  Les événements politiques, sportifs et le carnaval ont aussi contribué énormément à donner un  nouvel essor à la station privée de la rue Chavannes. 

Des émissions  en fonction  des réalités nationales

La direction a conçu des émissions à l'intention d'un public diversifié. Les éditions de nouvelles, les émissions politiques (Ramassé), les émissions religieuses, la musique classique, le compas, le hip hop pour ne citer que celles-là ont leur spécificité et leur clientèle.  L’équipe de Caraïbes semble n’avoir aucun problème de voir d’autres radios privées en Haïti s’inspirer de leurs émissions les plus écoutées. «Cela nous encourage à innover à chaque fois », assure Patrick Moussignac qui exprime sa satisfaction quant aux sondages plaçant les medias qu’il dirige en meilleure position en termes de taux d’écoute. Le directeur tient compte également de certaines faiblesses au niveau de la programmation de Radio Caraïbes,  notamment la place aux vaudouisants. Patrick Moussignac n’écarte pas la possibilité de concevoir une émission proposant le vaudou sur son aspect culturel. La peinture, l’artisanat, la danse et la cuisine créole rentreront aussi dans une nouvelle grille de programmation. 

Attachement sur mesure au sport et peu de temps de loisirs!

Patrick Moussignac n’est pas indifférent au sport. En temps utile, il donne sa cotisation   pour l’entretien du  Racing club haïtien (RCH), son équipe préférée. L’inconvénient est que Patrick se sent beaucoup plus à l’aise comme supporter du  RCH. « Je n’ai pas besoin qu’on me nomme président de l’équipe pour le moment. Je veux toujours fonctionner dans l’anonymat », confie  Patrick qui souhaite voir les clubs de football d’Haïti dotés de nouvelles structures. «  Si on veut transformer le RCH en une Société anonyme (S.A), je serai heureux d’y participer »,  a indiqué le supporteur du Vieux lion qui était présent au stade Sylvio Cator récemment, lors de la défaite (2-1) du Racing face au Violette. Depuis belle lurette, on parle d’une nouvelle forme d’organisation à expérimenter au sein du Racing Club Haïtien. Patrick dit attendre patiemment les dossiers en cours de préparation sous la direction du docteur Paul Berne. La dernière tentative de modernisation du RCH a été effectuée vers les années 90 où une réunion afin d’entériner le projet se termina dans le chaos.  

A part d’un match de football auquel peut participer au hasard Patrick Moussignac, des moments de loisirs n’existent presque pas dans son agenda quotidien. « Je travaille 24h/24. « Ma famille paie très cher mon obsession pour le travail », déplore  le PDG qui se félicite en revanche d’offrir une vie décente à sa femme et ses enfants vivant aux États-Unis. « Mon souci de fonctionner dans l’anonymat , dans la modestie m’impose des barrières. Je ne me fais l’obligation de danser le samedi ou dimanche. Ҫa peut se faire au hasard », a avoué le propriétaire  de Radio Caraïbes.

La chaîne 22

Depuis quelque temps,  on parle de la Radio-télé Caraïbes (la chaîne 22). Le PDG admet  avoir consenti des sacrifices pour y arriver. Cependant, on ne peut pas parler de télévision proprement dite en Haïti,  à quelques rares exceptions. Patrick Moussignac cite la chaine 11 et la radio télé Ginen, pour ne mentionner que celles-là, qui font des efforts; mais en général on ne  recense que des boîtes diffusant des films à longueur de journée, observe-t-il. « Notre chaîne 22 n’est pas épargnée de cette situation, je veux annoncer que nous travaillons pour offrir à la population une chaine de télévision digne de ce nom »,  fait savoir le PDG du groupe Caraïbes, annonçant également les Télé Sky et Énergie pour bientôt.

 Au temps des répressions 

La presse haïtienne a vécu des  moments terribles. La liberté de la presse est acquise au prix de grands sacrifices. Des journalistes ont laissé leur peau. D’autres sont exilés.  « Je me rappelle qu'après la mort de Antoine Izméry, j'ai dû rester un mois en cavale », confie  le directeur,  ajoutant que « parfois toute une salle de nouvelles  s’est trouvée dans l’obligation de prendre le maquis ».  En dépit de ces sacrifices, l’image du pays n'est pas améliorée. Le paysage politique est toujours malsain. L’environnement continue d'être dégradé. Des tonnes d’immondices jonchent encore les rues de la capitale. «  Cette triste réalité provoque la nausée », regrette M. Moussignac.           

Le PDG a vécu d’autres moments de stress,  notamment le 12 janvier 2010. Présent au nouveau local de la radio, Patrick Moussignac et ses collaborateurs ont vu la mort en face. Le local qui a difficilement résisté aux ondes sismiques a été fissuré. Grâce à la bravoure de certains employés, on parvenait à récupérer un  minimum de matériel pour faire fonctionner la station sous les tentes à la rue Chavannes. En juin dernier, Patrick Moussignac a été attaqué en revenant d’une banque commerciale à Port-au-Prince.  Ses proches collaborateurs, des partis et plateformes politiques de l’opposition et des organisations populaires avaient qualifié cette attaque de « tentative d’intimidation ».

Hudler Joseph

[email protected]

 

 

Nom : Moussignac

Prénom : Patrick

Lieu de naissance : Port-au-Prince

Date de naissance : 14 octobre 1961

Signe astrologique : Balance

Statut matrimonial : Marié

Nombre d'enfants : 4

Sport préféré : Football

Équipe préférée : Racing Club Haïtien



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article