Accueil | Nouvelles | Haiti | 7e journée journée du dialogue d'El Rancho

7e journée journée du dialogue d'El Rancho

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Le dialogue  inter haïtien sur la crise politique est à sa 7e journée ce mardi.

Les parties ont convenu mardi de la nécessité d’organiser une seule série d’élections cette année pour renouveler les 2/3 du Sénat, l’ensemble de la chambre basse et les élus des collectivités territoriales.

Les discussions se font à huit clos et à la fin de chaque journée de travail, le cardinal Chybli Langlois, président de la conférence épiscopale d`Haïti qui arbitre les discussions,  se charge de faire le compte-rendu de ce qui a été dit et fait, les autres acteurs n’étant en principe  pas autorisés à faire de déclarations publiques pour ne pas détériorer l’atmosphère dans laquelle se déroulent les rencontres.

Toutefois, plusieurs points confus risquent de perturber ces assises et risquent d’empêcher les discussions d’aboutir.

Déjà, le président de l’assemblée nationale Dieuseul Simon Desras a refusé de participer aux discussions tant que le chef de l’État n'aura pas  publié les noms des nouveaux juges, élus à la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCA).

C’est aussi la position d’autres sénateurs dont Jean-Baptiste Bien-Aimé  qui estiment que le président Michel Martelly ne respecte pas l’indépendance des 3 pouvoirs.

Un des membres du bureau du Senat, Steven Benoit qui participent aux discussions avec deux autres sénateurs, a fait savoir qu'il ne paraphera le document final du dialogue, si le  président Michel Matelly ne publie pas d'ici là la liste des 10 conseillers de la CSCCA.

Il a souligné qu'en raison du refus du chef de l'Etat de  répondre à cette exigence constitutionnelle,  des centaines  de contractuels des institutions publiques n'ont pas reçu leur salaire depuis septembre.

Le "Mouvement de l'opposition démocratique (MOPOD)   avait justifié entre autres son refus  de participer aux discussions,  en raison du maintien en détention d'un groupe de citoyens pour des raisons politiques. Le MOPOD avait exigé leur libération préalable

Autre point qui risque de poser problème: la question de la représentativité des partis politiques.
En effet, plusieurs responsables politiques  sont mécontents du fait que des responsables plateformes réputées proches de l’Exécutif participent aux discussions en même temps que des représentants de toutes les composantes de ces mêmes plateformes.

Ils ont les mêmes droits de demander  que leurs points de vue soient pris en compte et aussi de voter.

Selon les responsables politiques,  s’agit  d’une stratégie du pouvoir visant à influencer les débats.

Beaucoup d'entre eux croient que  les arbitres du dialogue se doivent  de tenir compte de tous ces impairs, s'ils ne veulent pas  que toutes ces discussions menées adroitement  jusqu'ici ne débouchent sur le néant.

AHP



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0