Accueil | Nouvelles | Haiti | Aide Humanitaire: Zéro tolérance vis-à-vis des cambrioleurs

Aide Humanitaire: Zéro tolérance vis-à-vis des cambrioleurs

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Camille Edouard - Ministre de la Justice

Le gouvernement haïtien est déterminé à sécuriser les convois humanitaires envoyés à l’intention des sinistrés. Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Camille Edouard Junior, prône le zéro tolérance vis-à-vis des cambrioleurs. Pour sa part, le DG de la PNH, Michel Ange Gédéon, indique que son institution est à pied d’œuvre dans l’acheminement des convois et que des policiers ont été déployés en renfort dans le Sud et la Grand'Anse.

Lors de leur quotidienne rencontre avec les médias sur l’après Matthew, les membres du gouvernement ont annoncé les dispositions qui ont été prises pour sécuriser les convois humanitaires. Pour le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, le mot d’ordre est clair. Zéro tolérance vis-à-vis des cambrioleurs et des fauteurs de troubles. Pour mieux sécuriser l’acheminement et la distribution de l’aide, Camille Edouard Junior demande vivement aux institutions d’informer la PNH et de travailler sur les lignes de convois et les fréquences. « Nous avons demandé à la PNH d’apporter sa contribution pour secourir les victimes, et cela requiert une planification », a-t-il expliqué, soulignant qu’il ne s’agit pas d’une restriction à la liberté de circulation des gens. 

Plus loin, Camille Edouard Junior dit comprendre l’expression de l’impatience de certains citoyens, qui peut-être ne se sont pas nourris depuis plusieurs jours. Cependant, il appelle au calme et à la patience. « Le gouvernement est à pied d’œuvre. Nous avons collecté beaucoup d’aides apportées par des amis de l’international. Tout cela doit se faire dans la paix, dans la sécurité et dans le respect », a-t-il dit, avant de prôner la tolérance zéro vis-à-vis des fauteurs de troubles. Plus loin, le ministre a demandé aux ONG de prendre contact avec le ministère de la Planification et de la Coopération externe et avec la Police nationale d’Haiti (PNH) afin de mieux coordonner le travail. 

Par ailleurs, le ministre de la Justice dit avoir mis en œuvre un plan de mobilisation des parquets. Ce pour éviter de commettre les erreurs du passé, en ce qui concerne les cas de viol et de vol ayant été enregistrés dans les camps de déplacés après le séisme. « Nous avons demandé au parquetier de se mettre disponible en permanence. Ce afin de pouvoir réaliser des audiences correctionnelles rapides en cas d’agression. Cela permettra d’empêcher l’installation d’un climat de violence dans le pays », estime-t-il.

Lors de la première semaine suivant le passage de l’ouragan, des individus  non identifiés ont cambriolé des convois humanitaires à Petit-Goâve, à Torbeck, à Chardonnières, etc. « Fort de ce constat, pour avoir une meilleure gestion de l’escorte des convois, la PNH avait publié une note en ce sens. Depuis lors, on n’a pas enregistré de tels problèmes », se félicite le DG de la PNH, qui veut montrer que son institution n’est pas dépassée.  

Selon son directeur général – Michel Ange Gédéon – la PNH est plus que motivée et elle a adopté un train de mesures avant et après le passage de l’ouragan. « Nous avons déployé 30 agents du CIMO et 30 sapeurs-pompiers dans la Grand'Anse. Nous avons fait de même dans le Sud. Ces agents ont été déployés en renfort et cela fait suite à notre voyage dans ces départements qui ont été très touchés », a-t-il expliqué. Pour obtenir les résultats escomptés, le DG de la PNH dit avoir fait appel à de hauts cadres de la PNH. « On a fait appel à l’inspecteur général Jean St-Fleur pour la Grand'Anse, l’inspecteur général Jean Louinel Tressil, assisté du coordonnateur départemental, a été dépêché dans le Sud », a-t-il indiqué. 

Plus loin, Michel Ange Gédéon indique que la PNH collabore également avec les militaires américains au niveau du poste de commandement à l’aérogare Guy Malary. « L’inspecteur général Frantz Jean Charles fait les coordinations et met des policiers à la disposition des militaires  lors des vols quotidiens. Il s’assure que des policiers escortent ces marines du poste de contrôle jusqu’à leur hôtel », a-t-il fait savoir. 

Le DG de la PNH a également indiqué la présence d’une autre équipe de la PNH au niveau du point frontalier de Malpasse. « Cette équipe, composée de 25 véhicules et 30 motocyclettes, intervient dans l’escorte des véhicules qui transportent les dons de Malpasse aux entrepôts se trouvant à Port-au-Prince », a-t-il fait savoir. Le DG indique dans la foulée que les mêmes dispositions ont été prises par les gardes-côtes de la PNH dans les eaux haïtiennes au niveau des îles Caïmites, de l’Ile-à-Vache, etc. « Les instructions sont claires. Aider à transporter les dons tout en se mettant à la disposition des autorités civiles pour voler au secours des sinistrés », a-t-il résumé.

Jean Daniel Sénat source le nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
5.00