-->
Accueil | Nouvelles | Haiti | Améliorer les conditions de détention en Haiti

Améliorer les conditions de détention en Haiti

Taille de la police: Decrease font Enlarge font

En moins d’une semaine, a eu lieu l’inauguration des nouveaux bâtiments abritant deux centres de détention : la Prison civile de l’Arcahaie, le 6 mai, et le Centre de rééducation des mineurs en conflit avec la loi (CERMICOL), à Delmas 33, le 10 mai. Des centres carcéraux réhabilités grâce aux fonds octroyés par le Royaume Uni.

Sur le site de CERMICOL, un terrain de 3.040 m², un bâtiment administratif, six cellules prévues pour 120 personnes (avec des blocs sanitaires), un dispensaire, une bibliothèque et trois salles de classe ont été réhabilités. Un terrain de jeux y sera bientôt aménagé. Tout cela, grâce aux 450.000 dollars fournis par le Royaume Uni.

L’inauguration du centre réhabilité s’est faite en présence de plusieurs personnalités dont le Directeur général du Ministère de la Justice et de la Sécurité publique, Antoine André, de la Protectrice du Citoyen, Florence Elie, du Directeur de l’Administration pénitentiaire, Jean Roland Prévilon Célestin, du chef de la Délégation du CICR, Riccardo Conti, et du chef de l’Unité correctionnelle de la MINUSTAH, Danielle Boisvert.

La réhabilitation de CERMICOL a été réalisée selon les normes sécuritaires et sismiques, renseigne le Sous-directeur de la logistique à la Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP), Thélusma Antoine. Quant au Sous-directeur régional de l’Ouest de la DAP, Voltaire Dominique Spady, il a fait savoir que la réhabilitation de CERMICOL est importante dans la mesure où la sécurité y est renforcée, les conditions de travail améliorées et les cellules décongestionnées.

Le Centre accueille, depuis le 8 mai, 100 mineurs. La majorité vient de la prison de Carrefour où ils avaient été incarcérés avec des adultes, dans des conditions très difficiles après la destruction de l’ancien bâtiment, lors du séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010.

Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) veille au respect des normes alors que l’UNICEF participe à la fourniture d’équipements. Quant à l’Organisation non gouvernementale (ONG) Progress and Development through the Youth of Haïti (PRODEV), elle développe un programme de scolarisation et de réhabilitation des mineurs de CERMICOL.  Ces derniers vont en outre bénéficier de formations en couture et menuiserie et d’un support psychosocial relatif à la gestion des conflits.  

La Prison civile d’Arcahaie, commune située à une trentaine de kilomètres de Port-au-Prince, a été également réhabilitée grâce aux fonds octroyés par le Royaume Uni. Son inauguration a eu lieu le 6 mai dernier. Dans le nouveau bâtiment financé à hauteur de 200.000 dollars, les premiers prisonniers (environ 80) ont été transférés dès le 5 mai. La prison s’étend sur une superficie d’environ 1.200m² avec 17 cellules de 54 lits-doubles. Elle peut accueillir 108 détenus. Sa particularité est qu’on n’y trouve que des condamnés alors que la détention préventive constitue le gros lot des prisonniers en Haïti.

La réfection de ces centres carcéraux, dont les travaux ont été confiés à l’OIM, a été entreprise dans le cadre du Plan de développement stratégique (PDS), un plan quinquennal (2007-12) approuvé par le Gouvernement. Il s’agit d’un vaste programme de réhabilitation et de construction de prisons haïtiennes financé à hauteur de 14 millions de dollars par la communauté internationale. Au nombre des bailleurs, le Royaume Uni, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), le Fonds norvégien, le START/Canada et la MINUSTAH.

La Mission subventionne, par le biais des Projets à Impact Rapides (QIPs), la réhabilitation des prisons des Cayes, Jacmel, Jérémie, Arcahaie, Grande rivière du Nord, Port-de-Paix, Cap-Haïtien et le Pénitencier national de Port-au-Prince. Jean Roland Prévilon Celestin, Directeur de l’Administration Pénitentiaire, soutient que ces initiatives s’inscrivent dans « une philosophie et une vision mises en place en 2006 ».

En sa qualité de chef de l’Unité correctionnelle de la MINUSTAH, Danielle Boisvert a salué le travail accompli avec la DAP pour l’amélioration des conditions de détention. La MINUSTAH, en accompagnant les projets, poursuit trois objectifs: lutter contre la surpopulation carcérale, veiller au bien-être des détenus par un appui technique à la DAP et générer de nouvelles pratiques dans la gestion des prisons par des politiques modernes. La Mission met à la disposition de chaque prison quatre de ses agents en charge du greffe, du bien-être, de la sécurité et du mentorat. Résultat : les capacités des agents haïtiens sont renforcées et l’on note des changements positifs au niveau des pratiques.

A en croire Jean Roland Prévilon Celestin, il y a environ 6.000 détenus dans le pays pour près de 3.700m² de surface carcérale, ce qui signifie moins de 1m² par détenu alors que les normes internationales requièrent entre 4 et 5 m². Il espère toutefois qu’avec la réfection prochaine des prisons de Jacmel, Croix-des-Bouquets, Saint-Marc, Cap Haïtien ou encore Carrefour, un supplément de 2.000 places permettra de décongestionner les centres pénitentiaires.

Rédaction : Habibatou Gologo

Edition : Faustin Caille

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0