-->
Accueil | Nouvelles | Haiti | Grève des Policiers:Tension dans la capitale

Grève des Policiers:Tension dans la capitale

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Une situation de tension, due à un mouvement de protestations de policiers nationaux pour exiger justice après l’assassinat de trois (3) de leurs collègues il y a une semaine, est enregistrée, ce lundi matin 23 avril 2012. en divers points de la zone métropolitaine de la capitale Port-au-Prince, constate l’agence en ligne AlterPresse.

Très tôt, des artères se trouvent bloquées par des barricades installées par des policiers nationaux, rapportent des riverains.

Des tracts, appelant les habitantes et habitants à prendre des dispositions face à un mouvement de grève des policiers nationaux à partir de lundi matin, sont signalés par plusieurs journalistes.

La circulation automobile est rendue difficile, notamment au nord de la capitale, où de nombreuses passagères et de nombreux passagers éprouvent des difficultés pour trouver des transports publics. Les véhicules de l’État, préposés au transport d’écolières et d’écoliers vers le centre de Port-au-Prince, ne sont pas remarqués sur la nationale No. 1.

Au sud-est de la capitale, dans l’agglomération dénommée Carrefour Feuilles, plusieurs élèves, qui faisaient route vers leurs établissements scolaires, ont été contraints de rebrousser chemin, faute de transports publics. La nuit, du dimanche 22 au lundi 23 avril (jusqu’à l’aube), a été ponctuée par des tirs sporadiques d’armes à feu, dont l’origine n’était pas déterminée.

Dans la municipalité de Carrefour (au sud de la capitale), les activités globales (y compris les établissements scolaires) se trouvent également paralysées en raison d’une rareté de transports publics. Les clés de divers autobus de transports publics ont été saisis par des individus non identifiés, qui en ont fait usage pour barrer la route nationale No 2.

Divers habitants s’efforcent tout de même, non sans difficultés, de se rendre à pied vers leurs activités régulières. Le commerce, les écoles (beaucoup d’élèves sont rentrés chez eux), les bureaux publics et privés ainsi que d’autres services sont affectés par le mouvement de grève du 23 avril des policiers nationaux qui demandent justice et la fin des actes d’agression à leur encontre.

Devant la gravité de la situation sécuritaire, apparemment volatile en raison de la quasi absence de policiers nationaux dans les rues, plusieurs habitantes et habitants de la capitale, inquiets de la tournure inattendue des événements en cours, pratiquent une politique d’attente. Devant leurs maisons, ils discutent des conséquences éventuelles de ce mouvement de grève de policiers nationaux sur la réalité globale.

De janvier 2012 à date (23 avril 2012), une dizaine de policiers nationaux ont été assassinés, sans que les auteurs et coupables ne soient pas encore traduits devant les autorités judiciaires.

Le présumé auteur de l’assassinat du policier Walky Calixte, le mardi 17 avril 2012, aurait succombé de blessures par balles, au moment de la riposte du défunt face à son agression, a révélé à la station privée Radio Vision 2000 le commissaire du gouvernement près le parquet du tribunal civil de Port-au-Prince, Jean Renel Sénatus.

Le dossier du policier assassiné Walky Calixte a été transmis, pour les suites nécessaires, au cabinet d’instruction. D’autres éléments probants pourraient être incessamment trouvés, selon les informations fournies par Sénatus.

Les policiers nationaux, qui se mobilisent dans les rues depuis le mercredi 18 avril 2012, en observant des arrêts de travail sectoriels, accusent le député Rodriguez Séjour d’être le présumé commanditaire de l’assassinat de Walky Calixte, avec qui son chauffeur a eu une vive altercation quelques heures avant l’assassinat perpétré le 17 avril.

La direction de la police nationale d’Haïti (Pnh) exhorte les policiers nationaux, qui ont entamé le mouvement de grève, à se ressaisir en rejoignant leurs commissariats et autres lieux de travail, en fonction des dispositions judiciaires en cours pour trouver les auteurs et coupables des actes d’agression. [rh rc apr 23/04/2012 8:00]

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
1.00