Accueil | Nouvelles | Haiti | Hommage de l'Agr. William Michel au camarade Francois Séverin

Hommage de l'Agr. William Michel au camarade Francois Séverin

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Les Funérailles de l'Agronome Francois Séverin

Excellence Mr le Président de La République

Messieurs les agronomes de la promotion 1967-1971

Mesdame, messieurs

J'ai l'honneur, au nom de la promotion d'ingénieur agronomes 1967-1971 de prononcer ce dernier hommage au camarade François  Severin que nous avons pratiqué de 1967 à 2008, date de son retrait de la vie agricole active.

François! , N'est ce pas que tu nous a laissé? Ou vas tu? A travers ton regard  blanc et sans chaleur, là oú tu es drapé dans  ton pijamas de cèdre , je suis sûr que  tu me réponds:" Agro William, je vais, je ne sais oú,  mais je m'en vais d'ici. La nouvelle du décès du ministre François Severin annoncée par radio Kiskeya et Tweetée à la seconde  par moi, a soulevé  sur le net   une vague d'émotions et d'éloges  intarissables. Un héros vient de tomber.

Il s'agissait de désigner ,  qui , parmi les étudiants de la promotion , avait une belle  plume et  pouvait ,  pour la postérité  et dans un hommage d'adieu , mieux égrener le parcours exemplaire du camarade Francois Severin ainsi que les idées nobles qui traversaient sa tête depuis  la Faculté d'Agronomie  jusqu'à la fin de sa carrière  professionnelle . Cette tache m'a paru d'autant plus personnelle  que malgré  le fait, que François  avait présidé pendant cinq fois,  les destinées du secteur agricole et qu'il a eu  à occuper en deux fois  le poste de chef de cabinet de la présidence politique  de ce pays , il  m'a laissé le sentiment de n'avoir pas achevé  une mission pour laquelle  il avait tant de rèves mais que  personnellement sur le terrain, je rêvais aussi de faire,  comme agent agricole  et éducateur...Dans mon suivi, des idées de l'étudiant , et, dans ma compréhension des actions politiques du personnage , pour l'avoir pratiqué et  pour avoir écouté, réécouté, lu et relu,  la majorité de  ces discours fleuves sur l'agriculture haïtienne , au cours de mes nombreuses émissions  sur la station de radio Ginen, j'ai réalisé,  que c'était moi ou personne d'autre, qui pouvais rendre à l'illustre disparu, cet ultime hommage  .

Il y avait encore une deuxième  raison. François  Severin était un homme pratique ,pragmatique, qui avait les pieds sur terre et qui connait bien l'économie agricole. Il disait au cours d'un Workshop sur le café, qu'il fallait que l'argent du café retournât dans les poches du producteur du café. Il voulait dire par là, que pour faire le café, les bénéfices  tirés de la vente  du café vert ,doivent retourner dans les zones de production caféière, sous forme de services à l'agriculture, car ,sans services en amont et en aval de la production, il n'y aura jamais d'agriculture en Haiti.(Parole de Severin) . Dans plusieurs  de ses discours il parlait beaucoup de l'économie agricole solidaire . Dans plusieurs autres ,  il évoquait constamment le besoin pour le MARNDR, de se déconcentrer de plus an plus dans les sections communales. Il était le premier à parler  d la nécessité pour le MARNDR dé décentraliser son budget. Il justifiait  ses mesures de  décentralisation budgétaire, par un rapprochement effectif des bureaux agricoles communaux  d'avec le pouvoir décentralisé des casecs qui détiennent le monopole du pouvoir  de proximité pour réaliser le reboisement des sections communales ,pour faire aménager les sous basins versants et servir ainsi de modèle  comme leaders locaux dans l'application des recommandations de l'institution.

En mémoire du travail de Severin à la radio, après qu'il eut consacré son temps à la haute politique, j'ai été, moi aussi,  dans la radio diffusion pour continuer à ma façon ses émissions radiophoniques. J'ai eu même, à le recevoir au micro de radio Ginen, comme critique littéraire de son livre "Plant ak Pye bwa d'Haiti. C'était élégance, finesse et science. Dans la suite j'avait écrit, en 2007,  sur le Nouvelliste,  un article  intitulé "La BID et les Bassins versants".L'article avait déclenché un tel mécontentement de la BID au point qu'au cours de la semaine, le ministre Severin me fit appelé pour me dire, " William, Nan ki sa'w ou mete'm la, a pa, ou ekri atik ou, sanm pa menm  konen, epi me la BID di, se mwen, ki fo'w ekri atik la" J'ai répondu au ministre, Ministre Severin, mwen pral ekri lot atik kon sa ankô, si la BID, ka di, se wouk fê'm ekri atik la. Je lui ai fait remarquer, que le disant, La BID m'a fait  comprendre que je possédais une partie de ses connaissances inouïes  sur les bassins versants et que c'était pour moi une carte  de visite.

Il a existé aussi une connivence gardée secrète entre lui et moi. C’est à propos du livret “Rat se Zenglendo”.Ce livret a été concu et rédigé par le ministre Francois Severin lui même après le coup d’état avec la collaboration du journal “libète” Un jour il m’a envoyé auprès du père Ufier ,directeur du journal, pour lui demander de travailler avec moi pour la publication du livret pour le compte du Bureau technique d’information agricole BITA qu’il avait créé et auquel il m’attacha sous le titre de coordonnateur . Je réunis les agronomes qui avaient travaillé dans la dératisation qui y firent les retouches appropriées. Deux mois après le livret était prêt et publié par le BITA pour le compte du MARNDR avec son plein accord.

 Pour tous ces rappels, la désignation du camarade Michel William, pour rendre ce dernier hommage  au camarade Francois Severin ,était tout indiquée, d'autant que, je suis ,celui qui a rejoint  à Payan,dans les hauteurs de Miragoane, les paysans,  dans leurs métiers de tous les jours et , comme tel, je suis devenu, celui qui pouvait encore rendre mieux les attentes du défunt dans  l'agriculture conservationiste ,traditionnelle et commerciale

Il y avait encore  une troisième raison et  la plus  fondamentale, pour que ce soit moi, qui prononce  les hommages d'adieu de la promotion 67-71. C'est la présence de la communauté internationale, les officiels du gouvernement en entier ,le pouvoir législatif et le secteur privé,venus en grade faste ,assister aux obsèques de l'illustre disparu.

En effet devant  le parterre fleuri et parfumé de ces  décideurs  politiques et économiques  qui  ont toujours influencé le choix des politiques agricoles  publiques  de ce pays et bloqué toute percée louverturienne de l'élite agricole du pays dans le développement économique du secteur agricole, le destin a voulu,  que ce soit encore moi, avec le courage, l'audace et la témérité que l'on connait à Francois Severin , que ce soit moi, qui vous rappelle, face à face, les objectifs d'engagement que l'homme politique  voulait prendre et qu'il avait osés quelques fois  prendre,  non sans trouver des obstacles qui éreintent aujourd'hui encore les producteurs agricoles. C'est  pourquoi, j'ai décidé de m'adresser en français ,à vous les décideurs de ce pays ,qui intériorisent bien ,la langue de voltaire, ces quellesque vérités, pour vous rappeler  une dernière fois ,les rêves agricoles , caressées par l'ami commun, auquel  nous sommes  venus dire au revoir.

Quels étaient  ces rêves?

La  politique , aimait à répéter, Francois Severin dans ses discours , est la science du possible. François Filon, l'actuel candidat de la droite française aux élections présidentielles de 2017, dans son hommage vibrant  à Phillipe Seguin ,un autre grand homme politique français,  citait  Camus qui disait "Le héros est celui qui fait, non ce qu'il veut, mais ce qu'il peut. Voyez, la similitude  de  notre Severin politique avec ces grands hommes d'état français.

Ces derniers temps,  le possible semble atteindre les hauteurs de l'impossible, et plus que jamais, l'économie agricole du pays   est menacée de disparition. Nous importons 54% de la consommation nationale. Le Ministère de l'agriculture est vide de personnel sur le terrain. Le budget 2016-2017 du Ministère de l'agriculture est de 7 milliard de gourdes ,quand ,les dégâts causés par le passage du cyclone Mathieu se chiffrent  à 580 millions de dollars, ou, 40 milliards 600 millions de gourdes..Ajoutées aux pertes ,causées par les cyclones antérieures, les pertes totales atteignent 100 milliards de gourdes.

Lorsque les statistiques financières du MARNDR révèlent que sur les budgets accordés au secteur agricole , au cours des trente dernières années, que tous les décaissements  faits sur le budget ,atteignent   respectivement à peine  60% des prévisions des ressources internes  et 41% des ressources externes ,  alors, vous, qui venez rendre, une dernière visite, au camarade  Francois Severin dans son voyage pour l'au delà, vous conviendrez  avec moi, que  pour un besoin de 100 milliards de gourdes ,le MARNDR ne dispose  que  de 4,2 milliards de gourdes. Avec ce moins que rien de budget, que pourra faire tout  nouveau  pouvoir ,après la proclamation des élections de 2015..

Si c'est avec ces 4,2 milliards de gourdes et avec les mêmes stratégies contre productives de politique agricole, que vous comptez faire avancer les rêves discontinués  de François Severin, pour le secteur agricole,  soufrez que je vous dise, que vous allez droit dans le mur et que vous êtes en train de mettre un million de pieds sous terre, le cadavre de l'illustre disparu qui devrait  se reposer  seulement à cinq pieds  sous terre.

Un ancien ministre français de l'agriculture sous le gouvernement  de François Mitterrand,  Michel Rocard, somme toute, un homologue de François  Severin,  disait , que l'agriculture  n'est pas de la chirurgie, mais plutôt de l'horticulture. Il exprimait le fait,  que l'agriculture ne se fait pas de façon brutale et radicale, mais qu'elle se fait  lentement, avec  le temps et avec les moyens  mis  à sa disposition. Il se trouve en Haïti, que nous ayons toujours le temps et  jamais les moyens. Aujourd'hui, François, que tu es en aspiration vers le divin, nous espérons, que là oú ce voyage te conduira,  tu continueras, de peser  de tout ton poids politique , sur les décideurs, pour infléchir leur refus obstiné d'investir dans la production végétale et animale  et pour nous faire vivre de moins en moins  de cette économie d'importation qui empoisonne les politiques. Espoir  de sage!

An nom de la promotion de 1967-1971, j'adresse  mes  sincères condoléances émues aux familles Severin éprouvées par ce deuil. Mesdames, messieurs, je vous dis merci, le combat continue. François! la promotion par mon organe te dit, elle est fière de t'avoir eu dans ses rangs pendant ton vivant. Elle te dit :au revoir, adieu, un jour, dans les mêmes circonstances ,nous nous reverrons.

Agronome Michel William



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 712.432.7000 712.432.9945 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0