Google+
Accueil | Nouvelles | Haiti | L’Exécutif au bord de l’éclatement : Un ministre accuse le Premier ministre

L’Exécutif au bord de l’éclatement : Un ministre accuse le Premier ministre

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Au lendemain d’un conseil des ministres ayant mal tourné, le ministre chargé des relations avec le Parlement, Ralph Théano, défend le Président Martelly pour s’en prendre à Garry Conille qui, dit-il, aurait fait volte-face après avoir introduit la résolution polémique considérée comme une déclaration de guerre par la commission d’enquête sur la nationalité ; les Sénateurs invités à reporter à l’après-carnaval la convocation dont la date-butoir initiale était jeudi

La crise qui secoue l’administration Martelly/Conille en relation avec l’enquête sur la nationalité s’est nettement aggravée mercredi avec les déclarations fracassantes du ministre chargé des relations avec le Parlement, Ralph Théano, accusant son Premier ministre d’avoir été à l’origine de la résolution dans laquelle les membres du cabinet ministériel ont refusé de se présenter devant la commission sénatoriale.

Interrogé au Parlement, M. Théano soutient qu’en raison de la position que Garry Conille avait exprimée en conseil des ministres, les officiels du gouvernement ont été sidérés d’entendre des stations de radio relayer un point de vue contraire.

Plus loin, le ministre n’a pas hésité à qualifier de « tract » un communiqué de la Primature appelant les membres de l’équipe ministérielle à remettre individuellement leurs documents de voyage à la commission parlementaire dans le cadre du processus de vérification de leur nationalité. Les intéressés en ont été informés par voie de presse, a regretté Ralph Théano.

Cependant, selon des sources proches du pouvoir, le Premier ministre Conille aurait émis ce communiqué au lendemain d’une séance de travail houleuse au Palais National marquée par son refus de s’associer à la résolution qui prône la confrontation plutôt que la conciliation avec le Sénat.

Autant le ministre délégué auprès du Parlement est très sévère avec son supérieur hiérarchique direct, autant il prend la défense du chef de l’Etat qui serait totalement étranger à l’adoption du texte. Il explique qu’avant même le début des discussions sur la question lundi matin, Michel Martelly et le ministre des affaires étrangères, Laurent Lamothe, avaient laissé le Palais National pour aller à l’aéroport à la rencontre d’une délégation de la CARICOM.

Sollicitant de la commission d’enquête du Sénat un report de la convocation jusqu’à la période post-carnaval, Ralph Théano indique que l’épineux dossier fera l’objet d’un nouveau conseil des ministres. Une option autre que le refus d’accéder à la demande des parlementaires pourrait être alors envisagée.

L’expertise de plusieurs cabinets d’avocats avait été sollicitée pour parvenir à la rédaction et à l’approbation de la résolution, a tenu à préciser le ministre.

Survenant en pleine agitation politique autour de la présumée nationalité étrangère du chef de l’Etat, la guerre de communiqués de ces dernières 24 heures traduit un profond malaise entre la Présidence et la Primature qui pourrait déboucher sur une nouvelle période d’instabilité en Haïti, neuf mois après l’accession au pouvoir de l’ancien chanteur Michel Martelly surnommé "Sweet Micky". spp/Radio Kiskeya

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
1.00