Accueil | Nouvelles | Haiti | CTV:La vérification se fait difficilement

CTV:La vérification se fait difficilement

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Le processus de vérification des procès-verbaux est lancé, hier mardi, au Centre de tabulation des votes (CTV) comme l’avait ordonné le BCEN. Cependant, trouver la méthodologie pour vérifier les 1 560 procès-verbaux, soit 12% et l’appliquer a été l’une des choses les plus difficiles pour les juges électoraux qui ont dû souvent élever la voix et taper sur la table pour avoir le contrôle de la situation et calmer les avocats de LAPEH, Pitit Dessalines et Fanmi Lavalas et du PHTK. 

C’est le BCEN qui s’occupe directement de la vérification au Centre de tabulation des votes. Autour d’une grande table, juges électoraux, avocats contestataires et avocats de la partie défenderesse tentent de se faire comprendre et trouver la meilleure façon de vérifier les 12% des procès-verbaux (PV). Entre des « je demande la parole… je propose, je ne suis pas d’accord… », des avocats contestataires et de ceux de la partie défenderesse et les « mettez-vous, cher maître, vous n’avez pas la parole, nous ne sommes pas au tribunal, on doit avancer… » des juges électoraux au BCEN, la confusion règne et les acteurs font du surplace.

Alors que le processus de vérification devait commencer à midi, il a fallu attendre plus de six heures d’horloge pour voir enfin juges électoraux et avocats se mettre d’accord sur la méthodologie à la suite d’un tête-à-tête entre le BCEN et les représentants des partis politiques au CTV. Selon cette méthodologie, les numéros des PV choisis sont communiqués à haute voix, on le lit en disant le nombre de votes obtenu par chaque candidat; on lit également le motif du PV; chaque parti a droit à quelques minutes pour observer le PV pour ensuite faire des remarques sur le document, interdiction de toucher les PV avec une plume lors même qu’il est protégé par un sac en plastique…

La vérification se fait surtout sur la liste d’émargement en comparaison avec le procès-verbal. Les avocats contestataires demandent aux juges électoraux de vérifier des CIN bien spécifiques. Le processus a démarré avec les 27 PV déposés par Moïse Jean-Charles au BCEN à titre de preuves. Ils ont cité un certain Joseph Junior. Son CIN est correct, mais les avocats contestataires se questionnent sur son empreinte apposée sur la liste d’émargement. Pour d’autres, soit le CIN ou l'empreinte ne correspond pas ou l’absence de signature…

Le CTV n’a pas les moyens de vérifier les empreintes et les signatures, a fait remarquer un avocat. Un autre propose de faire venir des agents de la DCPJ pour aider dans cette partie de la vérification. Sa demande n’a pas été prise en considération.

9h50 du soir. On n’avance pratiquement pas dans le processus de vérification. Par moments, la tension monte entre les avocats contestataires et ceux du PHTK. La présidente du BCEN, la conseillère électorale Josette J. Dorcély, s’impose pour rappeler à l’ordre des représentants des partis politiques PHTK, LAPEH, Fanmi Lavalas et Pitit Dessalines au CTV.

Agacé par le comportement des avocats, le juge électoral Jean Simon St-Hubert menace d’abandonner le CTV si ces derniers ne se conforment pas aux institutions. Selon la décision d’avant dire droit du BCEN, la vérification se fera de façon aléatoire sur 1 560 procès-verbaux, soit 12% des PV incluant les 27 PV originaux déposés au tribunal par le candidat à la présidence Moïse Jean-Charles de la plateforme Pitit Dessalines et les 364 PV certifiés déposés au tribunal par Jude Célestin, candidat à la présidence de LAPEH.

Il faut souligner que si le BCEN, composé des conseillers électoraux Josette J. Dorcély et Jean Simon St-Hubert qui n’avaient pas signé les résultats ; des avocats Jacky C. Pierre et Joseph Briel Latice ; et du juge Joazéus Agnès, avait ordonné le début des vérifications au Centre de tabulation des votes hier mardi, cependant, le tribunal n’avait pas fixé la durée de ce processus.

Il était 11h du soir ce mardi, le BCEN n’avait pas encore fini la vérification des 27 procès-verbaux déposés par Moïse Jean-Charles au tribunal alors qu’il y a au total 1 560 PV à vérifier.

Parallèlement, le CEP a l’obligation de publier les résultats définitifs de la présidentielle le 29 décembre. Cela fait exactement un mois depuis qu’a eu lieu la présidentielle. Un mois après, le processus se poursuit et le pays est toujours en attente. 

Robenson Geffrard source le nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0