-->
Accueil | Nouvelles | Haiti | Le CSPN convoqué au Sénat

Le CSPN convoqué au Sénat

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Le président de la commission justice et sécurité du Sénat, Pierre Francky Exius a annoncé mardi la convocation prochaine du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) en vue de s’enquérir des mesures envisagées pour freiner la vague d’insécurité qui frappe le pays ces dernières semaines.

Le sénateur Exius informe que la convocation est fixée au mardi 27 novembre de manière à ce que les responsables concernés ne trouvent aucun pretexte pour justifier une éventuelle absence, le premier ministre, chef du CSPN étant, selon lui, tout le temps à l`étranger
.
Avant la rencontre de mardi, une réunion de travail sera organisée le 26 novembre avec des responsables de l’organisation de défense de droits humains RNDDH qui a récemment publié un rapport sur la question sécuritaire et sur le kidnapping en particuleir.

Pierre Francky Exius qui souhaite que lors de la convocation du CSPN, les responsables rassurent ses collègues sur les mesures qu’ils comptent adopter face à l’augmentation de l’insécurité sinon, appelle aussi les senateurs à  assumer leurs responsabilités.

Pour le sénateur Jean-Baptiste Bien-aimé, la recrudescance de l’insécurité n’a d’autres sources que l’exécutif.
Il affirme que le nom du chef de l’Etat a été, à plusieurs reprises, associé à des actes de kidnapping. C’est ce qui, a-t-il dit, crée l’insécurité et cause la panique au sein de la population.

Il demande au président de la république de laisser l’appareil judiciare faire son travail pour neutraliser les bandits.

D`autre part, le sénateur François Annick Joseph dénonce un nouveau complot qui viserait à l’assassiner ainsi que ses collegues Moïse Jean-Charles, Jean William Jeanty et Jean-Baptiste Bien-aimé.

Selon le parlementaire, le non de son ancien collègue Youry Latortue revient à chaque fois qu’on parle de complot ou de tentative d’assassinat contre lui.

On ne peut pas rester les bras croisés attendant qu`on nous assassine pour prendre au sérieux ces menaces, a prévenu le parlementaire qui n`est pas à sa première dénonciation.

Il associe à chaque à chaque fois le nom de l’ex-sénateur Latortue aux éventuels complots mais l’ancien parlementaire, aujourd’hui conseiller du chef de l’Etat, a toujours démenti son implication dans une quelconque tentative d’assassinat contre le sénateur Joseph. AHP

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
3.00