Google+
Accueil | Nouvelles | Haiti | Le dossier de la nationalité de Martelly, loin d’être clos, selon le président de la Chambre basse

Le dossier de la nationalité de Martelly, loin d’être clos, selon le président de la Chambre basse

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

 

Le président de la Chambre des Députés, Levaillant Louis-Jeune, a catégoriquement rejeté lundi les propos du ministre chargé des relations avec le Parlement, Ralph Théano, pour qui la récente déclaration de l’ambassadeur américain, Kenneth Merten, aurait mis fin à l’enquête sur la présumée nationalité étrangère du chef de l’Etat.

Le ministre démissionnaire s’est exprimé ainsi lors de son passage le week-end écoulé à Jérémie (Grand’Anse, sud-ouest).

Le Député Louis-Jeune a tenu à souligner que le diplomate américain n’a nullement le pouvoir de clore une enquête diligentée par le Parlement haïtien. Il affirme que si les suspicions sur la double citoyenneté américaine et italienne de Michel Martelly se confirment, le Président devrait présenter sa démission sans se faire prier. Dans le cas contraire, il serait sous la menace d’une procédure de destitution avec une mise en accusation prononcée par la Chambre basse et la transformation du Sénat en haute cour de justice.

Le numéro un de la Chambre basse exhorte la commission d’enquête spéciale du Sénat à faire la lumière sur le statut de M. Martelly et à baser sa décision sur les dispositions de la constitution.

Lors d’une cérémonie très médiatisée consacrée à la présentation des passeports haïtiens de l’actuel occupant du fauteuil présidentiel, l’ambassadeur Merten, invité à s’exprimer sur le dossier, avait affirmé haut et fort que l’intéressé n’était pas américain, mais haïtien.

Dans un rapport préliminaire rendu public la semaine dernière, les commissaires ont mis en relief de graves irrégularités relevées dans cinq des huit passeports que le dirigeant haïtien, également enregistré sous le nom de Michael Joseph Martelly, avait finalement accepté de soumettre au Parlement grâce à la médiation de l’organisation œcuménique Religions pour la paix.

Ce dossier explosif préoccupe au plus haut point l’opinion publique haïtienne, dix mois après l’accession au pouvoir de l’ancien chanteur de Compas Direct. spp/Radio Kiskeya

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
2.50