-->
Accueil | Nouvelles | Haiti | Le programme de scolarisation gratuite et obligatoire aurait du plomb dans l'aile au Cap-haïtien

Le programme de scolarisation gratuite et obligatoire aurait du plomb dans l'aile au Cap-haïtien

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Le programme de scolarisation gratuite et obligatoire cher au président Michel Martelly qui en a fait une de ses priorités tarderait à se matérialiser et porter ses fruits dans la deuxième ville du pays, le Cap-haïtien (nord).

Comme c’est le cas dans plusieurs régions du pays, des responsables d’institutions scolaires mais surtout des élèves et des professeurs d’école du cap, appellent l’administration Martellyà respecter ses engagements vis-à-vis des écoles partenaires du programme.


La deuxième ville du pays  a été durant le  week end dernier, le théâtre de vives protestations, alors que la première dame Sophia Martelly s’y trouvait.

Les protestataires ont même verrouillé, pendant un certains temps, les portes de la direction départementale Nord de l’éducation nationale pour forcer les responsables à changer leurs fusils d’’epaule quant à leur gestion du programme.

Des manifestations, des notes de presse, des journées de réflexions sont entre autres, les moyens utilisés par les capois dans l’objectif d’atteindre les responsables du programme dit de scolarisation gratuite et obligatoire dans un département où le nombre d’enfants non scolarisés semble avoir augmenté ces derniers temps.

Les professeurs qui travaillent dans les écoles où le programme est censé se réaliser disent qu’ils ne sont pas rémunérés et menacent de faire la grève.

Parmi les protestataires, il y en a qui accusent le délégué départemental de magouilles dans la perspective, disent-ils, de pouvoir soutirer des « commissions » de la part de responsables d’’ecole qui, au départ n’étaient pas concernés par ce programme.

AHP

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0