Accueil | Nouvelles | Haiti | Les algues sargasses envahissent nos côtes

Les algues sargasses envahissent nos côtes

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

La mer de Jacmel (Sud-Est) est envahie par des algues sargasses, cette espèce qui vit dans l’océan et qui se reproduit en quantité. C’est un nouveau fléau des Antilles qui ressemble étrangement à des fatras non toxiques certes, mais qui nuisent sérieusement aux touristes qui veulent vivre les délices de la vie aux bords de la mer, constate-t-on.

Cette espèce nuisible occupe tout le littorale de Jacmel et arrive aussi en quantité vertigineuse sur le sable émouvant, observe-t-on. Un phénomène qui pourrait causer de grosses nuisances dans les zones maritimes très fréquentées par les touristes, nous laisse comprendre notre confrère journaliste et sociologue, Idson Saint-Fleur qui fait également la remarque, vendredi 31 mars, sur le littorale de Jacmel.

Selon Sadrac Théodore, un photographe avisé qui a aussi vécu ces algues sargasses navigant sur la mer de Jacmel, un groupe organisé n’ayant aucune affiliation avec la municipalité qui assiste, dans l’expectative, ces fatras maritimes enlaidir les côtes, semble heureusement se mettre toutes les semaines à la tâche, pour nettoyer les abords du littorale et une bonne partie de la mer déjà polluée, à cause les mauvais agissements des uns et l’irresponsabilité des autres sur l’environnement qui devient de jour en jour, un fouet dans la peau de nos inconséquences.

« Depuis l’année dernière cette chose étrange et nuisible commence à arriver en Haïti après avoir déjà atteint la mer de plusieurs pays de la Caraïbe tels que : Martinique, Guadeloupe pour ne citer que ceux-là », soutient Idson Saint-Fleur qui semblait doté d’un savoir immuable du phénomène.          

Les algues sargasses, considérées comme un phénomène observé depuis 2011 provoque des pertes économiques lourdes et des dégâts sur la biodiversité dans de nombreux pays. Dans les pays où il existe de grandes activités touristiques, on dépense des sommes d’argent faramineuses pour les enlever, apprend-on.

Capables de bloquer les bateaux dans les ports et déranger les touristes, les algues sargasses, ces immenses bancs de végétaux bruns qui semblent tissés en rangs serrés et dont l’épaisseur peut atteindre un mètre, s’étalant parfois sur plusieurs dizaines de kilomètres à la surface de la mer, représentent désormais un fléau pour l’économie, une menace pour la biodiversité et un cauchemar pour les personnes qui fréquentent des plages envahies.

Alix Laroche HPN



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0