Accueil | Nouvelles | Haiti | Les candidats à la présidence divisés sur la présence des militaires dominicains en Haïti

Les candidats à la présidence divisés sur la présence des militaires dominicains en Haïti

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Le Sénateur Latortue constate la présence de soldats Dominicains sur le territoire

De plus en plus de voix s’élèvent dans la société pour dénoncer la présence des militaires dominicains sur le territoire national. Cependant, du côté des quatre principaux candidats à la présidence les avis divergent. Jovenel Moïse, Jude Célestin, Moïse Jean-Charles et Maryse Narcisse n’ont pas la même position sur la présence de soldats dominicains en Haïti. Le Nouvelliste publie leur position sur le dossier…

Il faut souligner d’entrée de jeu que seul le candidat à la présidence de PHTK a officiellement pris position dans une adresse aux autorités dominicaines sur la présence  de leurs militaires sur le territoire national. Les autres ont été contactés au téléphone par Le Nouvelliste. 

Jovenel Moïse : « Chers voisins, s’il vous plait, rapatriez vos soldats du territoire haïtien »

Jovenel Moïse est contre la présence des soldats dominicains dans la partie haïtienne de l’île. Il le dit clairement. « L’apport de nos amis étrangers est important, certes. Mais il est fondamental que l’aide apportée à la Nation haïtienne se fasse dans la dignité et le respect. Les lois et la Constitution haïtiennes doivent servir de boussole à toutes celles et tous ceux qui agissent dans le cadre national haïtien. Aussi, afin de préserver la sérénité et les relations cordiales devant toujours exister entre Haïti et la République Dominicaine, et pour éviter tout malentendu, nous conseillons hautement à nos amis Dominicains de rapatrier incessamment tous les soldats qui se trouvent sur le territoire haïtien en situation d’inconstitutionnalité », lit-on dans son adresse aux Dominicains

Selon Jovenel Moïse, « Si le Gouvernement haïtien avait pris le soin de consulter le Parlement, co-dépositaire de la souveraineté nationale, information nécessaire lui aurait été donnée quant aux limites fixées par le cadre législatif haïtien au sujet des coopérations bilatérales. Il aurait ainsi compris le caractère illégal d’une telle démarche. »

« Nos deux Républiques ont une longue histoire de coopération et d’entraide. Je pense au terrible ouragan dénommé San Zenon qui a ravagé la capitale dominicaine, Santo-Domingo, le 3 septembre 1930 (voir Le Nouvelliste No 12257). Tout comme le fait la République Dominicaine aujourd’hui, le peuple haïtien, sur demande des autorités dominicaines, a alors volé au secours de nos frères dominicains », a-t-il rappelé. 

« Dans ces moments difficiles, compte tenu de nos rapports historiques, le caractère strictement civil des interventions est nécessaire afin d’éviter tout équivoque. Pour rappel, en 2010, Haïti avait un gouvernement régulier, malgré l’ampleur de la catastrophe qu’a été le tremblement de terre, il avait été refusé la militarisation de l’aide dominicaine. Aujourd’hui, aucun prétendu accord avec ce gouvernement provisoire ne peut justifier cette présence militaire », a conclu Jovenel Moïse dans sa prise de position. 

Moïse Jean-Charles est contre la présence des soldats dominicains 

Via un message SMS envoyé par Le Nouvelliste à Moïse Jean-Charles dans lequel Mathias Pierre a été mis en copie, voici la réponse qu’on a reçue de M. Pierre : « Nous sommes contre la présence de tous les militaires et particulièrement les Dominicains qui doivent retourner chez eux. Les Haïtiens sont maltraités dans les batey en République Dominicaine, la présence des Dominicains est de la pire hypocrisie. Nous croyons que le gouvernement de facto haïtien encourage les militaires pour créer un trouble et faciliter le prolongement de son mandat. Il faut voir la confusion sur leur présence et le mensonge du ministre des Affaires étrangères. Lavalas à chaque fois favorise la présence de troupe étrangère sur la terre de Dessalines. »

Maryse Narcisse plaide pour de la transparence sur la présence des soldats dominicains

Le Nouvelliste a parlé au téléphone avec la candidate de Fanmi Lavalas. Elle était d’accord pour donner sa position sur le sujet du jour. Cependant, Maryse Narcisse a préféré faire parler Joël Vorbe, un haut cadre du parti à sa place. « Aujourd’hui il n’est pas simplement question de la présence des militaires dominicains sur le territoire, il y a aussi la présence de toutes les forces qui apportent de l’aide après le cyclone Matthew », a-t-il dit.

Selon Maryse Narcisse qui parlait à travers Joël Vorbe, Haïti et la République Dominicaine sont les ailles d’un même oiseau.  Toutefois, Fanmi Lavalas veut avoir des explications non seulement sur la présence des Dominicains dans le pays, mais sur toutes les autres nations présentes sur le territoire dans le cadre de l’aide post-Matthew.

« Il faut qu’il y ait beaucoup plus de transparence du côté du gouvernement. Leurs déclarations sont contradictoires. Il y a beaucoup de confusion. Le fait qu’on a un gouvernement provisoire cela nous met dans une situation très difficile de pouvoir comprendre ce qui se passe sur le territoire », a avancé M. Vorbe. 

Pour Fanmi Lavalas, la priorité doit être l’élection et l’installation d’un président élu le 7 février 2017 à la tête du pays. 

Jude Célestin n’est pas contre la présence des soldats dominicains

Jude Célestin n’est pas à Port-au-Prince ce week-end. Du coup, il est impossible de lui joindre au téléphone. Le Nouvelliste a dû contacter Gerald Germain, l’un des plus proches du candidat de Lapeh. « Dans la structure de la protection sociale de la République Dominicaine il y a des militaires. De la même façon qu’Haïti ait accepté l’aide de tous les autres pays, la République Dominicaine est un pays frère avec lequel nous partageons l’île, si elle nous apporte de l’aide, nous ne pensons pas que ce soit une occupation », a-t-il dit

Selon Gerald Germain qui donne la position de Jude Célestin sur le dossier, la différence entre l’aide de la République Dominicaine avec celle des pays comme la France et les Etats unis, est que son convoi a été organisé par la voie terrestre. Une façon pour lui de dire que ces pays ont aussi des militaires sur le territoire national.

En revanche, le staff de Jude Célestin  reconnait qu’il existe des contentieux entre les deux pays comme le massacre des Haïtiens en 1930, les conséquences de l’arrêt 168-13 qui a enlevé la nationalité à des centaines de milliers de Dominicains d’origine haïtienne.  « Cependant, nous sommes condamnés à vivre avec eux. Ils ne font que nous apporter de l’aide après ils s’en iront chez eux… », a-t-il dit. 

Le Nouvelliste n’a pas pu entrer en contact avec ni le candidat à la présidence de Renmen Ayiti, Me Jean-Henry Ceant ni un membre de son équipe.

Après que le ministre des Affaires étrangères, Pierrot Delienne ait affirmé qu’il n’y avait aucun militaire dominicain sur le territoire national, le gouvernement ne s’est pas prononcé sur le dossier depuis. 

Robenson Geffrard source le nouvelliste


Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
3.00