Google+
Accueil | Nouvelles | Haiti | L’insécurité fait une nouvelle victime à Pétion-Ville : André Sam dit « Deddy Sam »

L’insécurité fait une nouvelle victime à Pétion-Ville : André Sam dit « Deddy Sam »

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

 

André Sam affectueusement surnommé “Deddy Sam”, un professionnel de 62 ans, a été assassiné froidement par des inconnus armés dans sa résidence à Pétion-Ville (banlieue est de Port-au-Prince), dans la nuit de vendredi à samedi.

Selon les proches de la victime interrogés sur place par Radio Kiskeya, vers une heure du matin, un véritable commando d’une dizaine d’hommes avait investi la maison dont les occupants ont été ligotés.

Les malfaiteurs auraient tendu un guet-apens à Deddy Sam pendant qu’il rentrait. Entraîné dans sa chambre qui se trouve à l’étage, il a été abattu dans sa chambre.

Après l’avoir entendu pousser un seul cri (anmwe), le frère du disparu devait le retrouver sans vie, étendu de tout son long sur son lit avec les vêtements qu’il portait. Il avait un trou au thorax et une légère tâche de sang sur sa chemise.

Les meurtriers ont mis la maison sens dessus dessous et sont repartis avec de l’argent et certains objets.

Selon une première hypothèse des investigateurs de la police arrivés samedi matin sur les lieux du drame, un coup de feu aurait tué M. Sam qui travaillait à l’institut haïtien de statistiques et d’informatique.

Le corps a été levé et acheminé à la morgue après le constat légal d’un juge de paix qui s’est déroulé en présence d’un médecin proche de la famille éplorée.

La disparition brutale de cet homme très sympathique et communicatif, qui avait des amis partout, a plongé dans la consternation de nombreux habitants de Pétion-Ville, particulièrement ceux de la rue Vilatte où s’est produit ce crime odieux.

Avant de revenir s’installer définitivement en Haïti, André Sam avait longtemps vécu au Canada.

Malgré l’offensive des forces de sécurité lancée à travers l’opération Dragon, l’insécurité criminelle est montée d’un cran ces derniers jours avec divers cas de meurtre, de kidnapping et de vol qui ont été enregistrés dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.

Le directeur d’un casino à Pétion-Ville, qui serait de nationalité étrangère, a été retrouvé assassiné mardi à son domicile dans le quartier de Pèlerin 4.

Sur la route de l’aéroport, un chauffeur travaillant pour une compagnie pétrolière a été tué jeudi au volant de son véhicule de service pendant qu’il accompagnait un superviseur.

Le 23 décembre dernier, un jeune homme d’une vingtaine d’années, Marcelin Jasmin, a été tué lors d’un incident qui s’était produit à la suite d’une soirée au lycée de Pétion-Ville.

L’assassin court toujours, dénonce le père de la victime.

Pour leur part, un professeur d’université et un membre de sa famille ont été victimes vendredi d’un braquage à Martissant (banlieue sud de la capitale) alors qu’ils revenaient de Petit-Goâve (68 km au sud de Port-au-Prince). Les bandits ont dévalisé le véhicule emportant un laptop et les effets personnels des deux hommes.

Ces cas seraient loin de représenter une liste exhaustive de la nouvelle vague d’actes de banditisme ayant ponctué les fêtes de fin d’année, traditionnellement synonymes d’intensification des activités commerciales et du flux de personnes et de biens en circulation. spp/Radio Kiskeya

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
3.33