Google+
Accueil | Nouvelles | Haiti | PetroCaribe: Michèle Pierre-Louis, blanchie dans le scandale des 197 millions de dollars

PetroCaribe: Michèle Pierre-Louis, blanchie dans le scandale des 197 millions de dollars

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

L’ancienne Première ministre Michèle Duvivier Pierre-Louis a annoncé mercredi en exclusivité sur Radio Kiskeya que la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif a réalisé un audit qui la lave de tout soupçon dans le détournement présumé des 197 millions de dollars de Petrocaribe, un scandale qui avait entraîné, en 2009, la destitution de l’intéressée.

S’exprimant en marge d’une cérémonie consacrée au sauvetage du patrimoine documentaire des Archives nationales, Mme Pierre-Louis précise avoir reçu de la CSCCA un certificat qui crédite a posteriori son gouvernement d’une saine gestion financière.

Visiblement heureuse de cette décision, elle soutient que cela démontre tout simplement que les parlementaires ayant réclamé, il y a deux ans sa tête, en accusant son administration d’avoir dilapidé les fonds du programme vénézuélien de coopération énergétique Petrocaribe, avaient en réalité entrepris une campagne qui visait à ternir son image personnelle.

"J’ai fait mon expérience au gouvernement. Ce qui était important pour moi était de sortiir la tête haute et je crois que j’y suis parvenue", a-t-elle lâché d’une voix rieuse.

Forte des conclusions de l’enquête de la Cour des comptes qu’elle avait elle-même sollicitée, Michèle Pierre-Louis dit attendre maintenant le verdict de l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) et de l’inspection générale des finances, les deux autres instances appelées à auditer l’utilisation restée inexpliquée des 197 millions de dollars alloués à des interventions d’urgence après le passage de quatre cyclones, en 2008.

Insatisfaits des explications de l’Exécutif, les parlementaires de la plateforme présidentielle Lespwa -l’ancêtre de INITE majoritaire à l’époque dans les deux Chambres- avaient fait de la Première ministre leur bouc émissaire favori.

Une motion de censure adoptée lors d’une séance d’interpellation qu’elle avait boudée devait brutalement mettre fin à l’expérience de pouvoir de Michèle Pierre-Louis dont l’ami proche et Président tout-puissant, René Préval, était resté sans broncher.

En quête d’une réhabilitation morale dans l’opinion publique, l’ancienne chef de gouvernement n’a jamais digéré cette sortie cauchemardesque de la scène politique et les graves accusations de corruption l’ayant éclaboussée. spp/Radio Kiskeya

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
1.00