Google+
Accueil | Nouvelles | Haiti | Nouvelle vague d’insécurité à Port-au-Prince et en province

Nouvelle vague d’insécurité à Port-au-Prince et en province

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Le nommé Pierre Edmond Désert, employé du Programme national de cantine scolaire (PNCS), a été attaqué samedi en milieu de journée à la rue Charles Sumner, non loin des ruines de l’Eglise du Sacré-Cœur, par des individus circulant à moto. Il a été atteint d’au moins 3 projectiles, selon des sources médicales. Si sa vie ne semblait pas immédiatement en danger, il paraissait qu’il pourrait s’en sortir avec de sérieux dommages, selon les mêmes sources faisant état des dégâts causés par un des projectiles au niveau de sa colonne vertébrale.

Des témoins ont rapporté au micro de Radio Kiskeya que le véhicule du PNCS (immatriculé Service de l’Eat) à bord duquel se trouvait Désert a été, dans un premier temps, heurté par un autre véhicule de marque Tracker, l’ayant vraisemblablement contraint à s’arrêter pour que les motards puissent perpétrer le forfait. Après avoir ouvert le feu sur le chauffeur, ils ont emporté une valise qui se trouvait à l’intérieur du véhicule, selon les mêmes témoignages.

La police est intervenue quelques minutes après sur les lieux pour aider des riverains à transporter la victime vers un centre hospitalier.

Quelques heures après ce grave incident, le policier Wilherme Philippe, 48 ans, agent du CAT Team affecté au Palais National (siège de la Présidence), allait lui aussi être victime de la furie des bandits évoluant impunément depuis quelque temps dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince. Le policier effectuait des courses au centre ville quand des bandits l’ont attaqué dans des circonstances non encore élucidées, rapporte le porte-parole de la Police nationale, Gary Desrosiers. Il a été atteint de plusieurs balles.

Wilherme Philippe laisse deux enfants et une veuve éplorés.

Un proche du PDG de Radio Ibo, Hérold Jean François, a été également tué vendredi, alors qu’il circulait à moto dans les parages des ruines de la cathédrale de Port-au-Prince. Il a été abattu de plusieurs balles dans des circonstances non encore élucidées.

Des étudiants de l’Université catholique Notre-Dame font état du cas d’un des leurs, étudiant en médecine, blessé par balle par des individus en début de semaine, dans les parages du siège de l’université, à Pacot.

De nombreux cas de meurtres et d’agressions par balle ont été enregistrés à Port-au-Prince et en province au cours des derniers jours. On fait état d’un accroissement inquiétant du nombre de cas de blessés par balles reçus ces dernières semaines à l’Hôpital de l’Université d’Etat et dans d’autres centres hospitaliers publics et privés de la capitale.

Des bandits sèment la terreur en province, notamment à Port-de-Paix, dans le Nord-Ouest ; à Grand-Goâve, dans l’Ouest et à Petit-Trou de Nippes, dans les Nippes (Sud-Ouest) où l’on rapporte le tragique incident au cours duquel des bandits ont tué à coups de hache deux adolescents, après avoir fait irruption nuitamment en leur résidence.

Des parlementaires représentant ces différentes régions on dénoncé ces cas et appelé la police à redoubler d’ardeur dans la lutte contre le banditisme à travers le pays. [jmd/Radio Kiskeya]

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
1.50