Accueil | Nouvelles | Haiti | Pierre Marie Paquiot, un modèle de professeur

Pierre Marie Paquiot, un modèle de professeur

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Pierre Marie Paquiot

En 38 ans de carrière de professeur de mathématiques et de physique à l’Université d’État d’Haïti, Pierre Marie Paquiot a formé des générations d’ingénieurs et d’architectes à la Faculté des sciences (FDS) et dans diverses universités privées du pays, des statisticiens, économistes et planificateurs au Centre de techniques, de planification et d’économie appliquée (CTPEA), des normaliens à l’École normale supérieure (ENS), etc.

J’ai eu la chance de faire partie de la dernière promotion du CTPEA (1997-2001) à profiter de son précieux enseignement. Et j’ai fait la connaissance d’un professeur méticuleux qui n’a jamais raté une séance de son cours d’Analyse durant toute une année. Il n’a jamais été en retard une fois. Très respectueux des étudiants, il était attentif à toutes leurs préoccupations. Il détenait une maîtrise en mathématiques et applications fondamentales de l’Université des sciences et techniques du Languedoc (Montpellier, France, 1974) et d’un diplôme d’études approfondies (DEA) en physique théorique au niveau de cette même institution (1975). Une compétence rare et recherchée aujourd’hui encore dans les universités à travers le monde. 

Mais ce qui m’a le plus marqué chez le professeur Paquiot, c’est sa pédagogie. Les mathématiques étaient une histoire, avec une suite dans les idées. Cours après cours. Chaque jour, il utilisait les connaissances des précédentes séances pour progresser dans le contenu de la matière. Les notions apprises lors de la précédente séance servaient toujours à définir les nouveaux concepts. Par exemple, quand il a fini d’étudier en profondeur la notion de limite des fonctions, il l’utilise pour introduire la dérivation. Et ainsi de suite. On ne perd jamais le fil conducteur du cours. 

Le cours du professeur Paquiot ne laisse la place à aucune improvisation. Tous les exemples sont minutieusement choisis afin d’aider à bien illustrer les concepts. Les démonstrations sont très claires. Tous les théorèmes sont démontrés dans un langage simple et limpide. Qui plus est, un document contenant les notes de cours est distribué aux étudiants. 

Le cours et le document sont complémentaires. Il faut suivre le cours pour bien comprendre les notes de cours. Et celles-ci aident à aller au-delà de la matière enseignée en classe. Le professeur Paquiot nous donnait toujours l’envie de continuer à étudier les mathématiques. Je n’ai jamais voulu rater une seconde de son cours qui débutait à 7h du matin tous les lundis.  

Mais ce qui était encore plus captivant avec le professeur Paquiot, témoigne la planificatrice urbaine Rose Cherlyne Édouarzin de la promotion 1997-2001 du CTPEA, ce sont les examens. Ces derniers avaient une suite logique. Les questions s’enchaînent dans un ordre impeccable allant de la plus simple aux plus compliquées. Elles retracent l’histoire du cours dans l’ordre chronologique. Tous les étudiants appliqués peuvent réussir avec une bonne note. Mais il faut être vraiment excellent pour avoir plus de 9 sur 10. 

De tels examens témoignent de la grande maîtrise de la matière par le professeur Paquiot. Ils ne s’apparentent jamais à un exercice de juxtaposition d’exercices copiés dans des manuels épars. Quand Mme Édouarzin a fait part de son admiration pour les examens du professeur Paquiot à son grand frère, l’ingénieur Peter James Édouarzin qui a suivi des cours avec le même professeur à la Faculté des sciences, celui-ci a tout simplement répondu : « Mais c’est Paquiot !». À la Faculté des sciences, le professeur Paquiot a d’ailleurs eu un petit surnom affectif : « saint Paquiot». 

Un autre ingénieur, diplômé de la Faculté des sciences, retrace une autre facette du professeur Paquiot. Henrilio Julsain est très reconnaissant envers son ancien professeur qui a été pour lui un véritable mentor. Professeur Paquiot l’a lancé dans l’enseignement des mathématiques à la Faculté des sciences, au CTPEA et dans d’autres facultés privées. Il n’avait aucune relation privilégiée avec lui, sinon que son excellent parcours d’étudiant-ingénieur à la Faculté des sciences. Professeur Paquiot n’attend rien en retour des étudiants qu’il encadre et supporte, reconnaît l’ingénieur Julsain, très ému de la disparition du très humble professeur.

Un professeur très humble

Pour faire la preuve de cette humilité, l’économiste Kesner Pharel rapporte son expérience avec le professeur Paquiot qui est venu assister à son cours d’économie à l’Université Quisqueya. Il s’intéressait aux sciences économiques et n’a pas fait valoir son statut de grand professeur de mathématiques. Il y prenait part comme un simple étudiant désireux d’approfondir ses connaissances. Kesner Pharel a eu, lui aussi, Pierre Marie Paquiot comme professeur en première année à la Faculté des sciences (des études qu’il n’a pas terminées). 

La liste des témoignages pourrait s'allonger indéfiniment. D’ailleurs, je n’ai pas mentionné ici l’expérience du professeur Paquiot comme recteur de l’Université d’État d’Haïti. La raison est simple : j’ai toujours considéré cette parenthèse dans sa carrière comme une perte pour les différentes facultés où il enseignait. L’Université d’État d’Haïti devrait avoir plus de professeurs modèles comme Pierre Marie Paquiot. Ils devraient pouvoir s’adonner exclusivement à l’enseignement et la recherche avec tous les privilèges que confère une si noble mission. 

Le rofesseur Paquiot devait être grassement payé pour rédiger les manuels d’enseignement des mathématiques dans les universités haïtiennes privées et publiques, former et encadrer les professeurs de mathématiques, faire de la recherche sur les applications des mathématiques dans la société haïtienne. Une chaire de recherche financée par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) devrait servir à rémunérer de tels travaux. 

Mais hélas ! Tous les citoyens intéressés à l’enseignement en Haïti ont vécu avec beaucoup d’amertume les derniers jours du professeur Paquiot. Il aurait pu immigrer en Amérique du Nord  ou en Europe dans les années 70 comme une grande partie de ses étudiants. Avec sa compétence, il aurait pu devenir un grand professeur de mathématiques à l’étranger avec tout ce que cela comporte comme privilèges. Je n’ai pas retrouvé la pédagogie du professeur Paquiot ni même son habilité dans les professeurs de mathématiques que j’ai rencontrés au Canada.

Mais il avait choisi de former des têtes en Haïti et pour Haïti. Il est parti en toute humilité comme il vivait. La nation entière lui doit une fière chandelle! À commencer par l’Université d’État d’Haïti qu’il a servi toute sa vie professionnelle. 

Le rectorat de celle-ci vient de décréter une semaine, du 12 au 17 décembre 2017, en l’honneur du cher disparu. Une cérémonie d’hommage sera organisée le jeudi 15 décembre de 3h à 5 h p.m. au local de la Faculté des sciences. Les funérailles du professeur Paquiot seront chantées le samedi 17 décembre en l’église Saint-Pierre de Pétion-Ville, à 9h 30 du matin. Nous exprimons nos sincères condoléances à la famille Paquiot, particulièrement à sa fille Rashida et à toutes les personnes affectées par ce deuil. Que la terre lui soit légère ! 

 Thomas Lalime source le nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 712.432.7000 712.432.9945 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
1.00