-->
Accueil | Nouvelles | Haiti | La commission d'Etat d'organisation de la composante militaire de la force publique remet un premier rapport au président Michel Martelly

La commission d'Etat d'organisation de la composante militaire de la force publique remet un premier rapport au président Michel Martelly

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

La commission d'Etat d'organisation de la composante militaire de la force publique a remis au président Michel Martelly un premier rapport préliminaire sur le travail efectué depuis sa constitution le mois dernier.

L'historien Georges Michel, membre de ladite commission a fait savoir que dans ce  rapport préliminaire, les commissionnaires ont fait état des différentes étapes à franchir en vue de la mise sur pied de la nouvelle force militaire haïtienne.


Le professeur Michel, qui s'est refusé à fournir des détails sur le contenu du rapport, a fait savoir que c'est au chef de l'Etat qu'il revient d'en informer la nation dans le discours qu'il aura à prononcer le 1er janvier prochain, à l'occasion de la célébration du 208e anniversaire de l'indépendance d'Haïti.


Un deuxième rapport préliminaire devrait être soumis au chef de l'Etat avant la remise du rapport final en mai 2012, a informé Georges Michel qui affirme que la commission travaille nuit et jour en vue de rester dans le délai de 6 mois qui lui a été imparti et qui expire en mai prochain.


La commission va maintenant rencontrer les différents acteurs de la société notamment les églises, le parlement, le secteur des affaires et même des diplomates dans le cadre de la deuxième phase de sa mission. Les discussions, une fois synthétisées, seront envoyées au chef de l'Etat dans un deuxième rapport préliminaire pour l'informer de l'évolution du travail de la commisson, a ajouté Georges Michel.


Une fois le rapport final remis, il reviendra au president Martelly de materialiser sa promesse de reconstituer l'Armée, une nitiative que certains pays dont les Etats-unis et le Canada ne semblent pas partager, optant de préférence pour le renforcement de la police nationale, compte tenu du passif de l'ancienne armée  dissoute en 1995 et la pénurie de moyens financiers, suite au seisme devastateur de janvier 2010.


Cependant, la coordination des militaires démobilisés des forces armées d'Haïti (Conamid'h) appelle le président Michel Martelly à rester attaché à sa volonté, exprimée notamment lors de sa campagne électorale, de remettre sur pied l'armée d'Haïti.

Selon David Dormé et Jean Fednel Lafalaise, respectivement coordonnateur et secrétaire générale de la Conamid'h, il y a des gens dans l'entourage du chef de l'Etat et qui ne veulent pas que les forces armées d'haïti soient remobilisees: ce sont  des traîtres et des magouilleurs qui ont des intérêts dans la présence des soldats onusiens sur le sol haïtien qui ne veulent pas le retour de l'armée.

David Dormé et Jean Fednel Lafalaise ont fait savoir qu'il y aussi des étrangers, ceux-là même disent-ils, qui étaient derrière la dissolution des forces armées, qui tentent aujourd'hui de dissuader loe président Martelly de reconstituer l'armée.


Pour attirer les investisseurs, Haïti a besoin de ses propres forces armées pour sécuriser les vies et les biens des citoyens, croient savoir les deux hommes.

Source: AHP

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
5.00