Google+
Accueil | Nouvelles | Internationale | Un Français arrêté pour corruption à l'aéroport JFK de New York

Un Français arrêté pour corruption à l'aéroport JFK de New York

Taille de la police: Decrease font Enlarge font

Un Français de 45 ans, Frédéric Pierucci, a été arrêté dimanche soir par les autorités américaines à l'aéroport John F. Kennedy de New York, dans le cadre d'une enquête pour corruption en Indonésie, a annoncé mardi le département de la Justice.

M. Pierucci est présenté comme un responsable actuelle d'une "entreprise française d'énergie et de transport" non identifiée, et a aussi dans le passé assuré la fonction de vice-président en charge des ventes pour sa filiale américaine, basée dans l'Etat du Connecticut. Il avait été accusé en novembre d'avoir participé à un système de corruption mis en place pour décrocher des contrats en Indonésie, selon un document judiciaire qui avait été mis sous scellé à l'époque et n'a été divulgué que mardi.

Une autre ancien responsable de cette filiale, David Rothschild, un Américain de 47 ans dont le dossier a aussi été divulgué mardi, avait aussi été accusé à l'époque, et avait plaidé coupable. "Frédéric Pierucci et David Rothschild sont accusé d'avoir utilisé des consultants extérieurs pour corrompre des responsables en Indonésie, dont un député, en échange de lucratifs contrats dans l'énergie", a résumé le procureur, Mythili Raman, cité dans le communiqué.

La Loi sur les pratiques de corruption à l'étranger (FCPA) donne aux Etats-Unis le droit d'enquêter sur de tels agissements quand ils impliquent une entreprise cotée à la Bourse américaine ou des citoyens ou résidents américains. Les documents de justice ne donne pas le nom du groupe pour lequel travaillaient les deux hommes, mais précisent que son siège social est en France, qu'il fournit des services liés à la production électrique et au transports dans le monde entier, qu'il affiche un chiffre d'affaires annuel d'environ 17 milliards d'euros, qu'il emploie 75 000 salariés dans plus de 70 pays, et qu'il a été coté à la Bourse de New York jusqu'en août 2004.

Le groupe français Alstom, qui avait quitté Wall Street à cette date, avait eu des bureaux en Indonésie perquisitionnés en juillet 2012 dans le cadre d'une enquête pour corruption présumée impliquant un influent député. AFP

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
2.00