Google+
Accueil | Nouvelles | Diaspora | Le Ministre des Haïtiens Vivant à l’Etranger Daniel Supplice se dit porteur d’un « nouvel élan »

Le Ministre des Haïtiens Vivant à l’Etranger Daniel Supplice se dit porteur d’un « nouvel élan »

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Daniel Supplice a NY - Photo Moryl Gattereau Jr

Le Ministre des Haïtiens Vivant à l’Etranger, Daniel Supplice a présenté mardi le bilan de ses travaux, 50  jours après son installation. Le titulaire du MHAVE qui se dit porteur d’un « nouvel élan » a plaidé en faveur de la publication de la version amendée de la constitution consacrant la multiple citoyenneté.

Le parlement haïtien a voté en mai le premier amendement de la loi mère du pays. La constitution amendée promulguée par l’ancien chef de l’état, René Préval a été rapportée par son successeur Michel Martelly en raison d’erreurs constatées. 

Après deux voyages à l’étranger, M. Supplice déclare détenir une liste de revendications de la diaspora haïtienne. Il soutient que les acquis obtenus en faveur de ces Haïtiens  à travers l’amendement constitutionnel, ne doivent pas se perdre.

« Il est important que les parlementaires se mettent d’accord avec le président Martelly pour confirmer le droit de ces compatriotes d’avoir accès à leur nationalité d’origine », a-t-il déclaré.

La diaspora haïtienne contribue à financer le projet d’éducation gratuite cher au président Martelly. Des taxes sont prélevées sur les appels internationaux entrants et les transferts d’argent vers Haïti. Le ministre Supplice indique en avoir discuté avec les Haïtiens rencontrés à l’étranger et rapporte qu’ils souhaitent que le gouvernement fasse preuve de transparence dans cette entreprise.

Annonçant  que l’un de ses rêves les plus chers est de permettre aux Haïtiens du dehors de pouvoir jouir du  droit de vote, il assure que pendant son passage à ce poste, cet objectif sera atteint.

Le prédécesseur de M. Supplice, Edwin Paraison est consideré comme celui qui a le plus accéléré le processus
de reconaissance de la double nationalité et du droit de vote des Haïtiens de la diaspora

M. Supplice s’est par ailleurs prononcé sur la décision envisagée par la Banque de la République d’Haïti  d’ordonner le paiement des transferts en monnaie locale.

Le sociologue a dit comprendre la réticence des citoyens face à cette mesure, mais l'applaudit quand même, estimant qu’il n’est pas normal que deux monnaies circulent parallèlement dans le pays.


« Haïti ne peut pas dollariser son système économique », a-t-il soutenu, appelant les autorités à expliquer cette décision à la population.

AHP

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0