Accueil | Nouvelles | Diaspora | PNRE/Rép. Dominicaine: La carte d’identité prolongée pour une année

PNRE/Rép. Dominicaine: La carte d’identité prolongée pour une année

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Le Conseil national de l’immigration a prolongé pour une année la carte d’identité livrée aux migrants étrangers inscrits dans le Plan national de régularisation des étrangers en République dominicaine (PNRE). Cette décision annoncée mardi vient apaiser la tension parmi les immigrants de l’autre côté de la frontière au moment où les autorités dominicaines multiplient les opérations de rapatriement des illégaux.

Nouveau répit pour les migrants haïtiens en terre voisine, du moins pour ceux-là qui sont déjà inscrits dans le Plan national de la régularisation des étrangers. Le Conseil national de l’immigration a pris la décision de prolonger pour une année le document d’identité provisoire accordé aux ressortissants étrangers inscrits dans le plan lancé suite à l’arrêt 168-13. C’est le ministre de l’Intérieur et de la Police, Carlos Amarante Baret, qui a fait l’annonce mardi après une rencontre au ministère. Le ministre dominicain dit accorder un délai de 30 jours à la direction de la migration pour trouver un protocole afin de permettre à ces migrants de compléter leur dossier d’inscription au PNRE.

Cette décision arrive au moment où les autorités dominicaines multipliaient les arrestations et rapatriements musclés des illégaux. Plusieurs organisations de la société civile travaillant à la frontière haïtiano-dominicaine ont fait état d’une nette augmentation des rapatriements dans les différents points frontaliers ces dernières semaines. L’expiration de cette résidence provisoire accordée aux migrants a fait notamment monter la peur au sein de la communauté haïtienne en terre voisine.

« Les autorités dominicaines n’entendent pas lâcher prise avec les opérations de rapatriement », écrit le Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (GARR) dans une note de presse. Pas moins de 30 486 migrants haïtiens ont été contraints de traverser la frontière haïtano-dominicaine de janvier à juin 2017, lit-on dans la note publiée sur le site de l’organisation. De ce nombre, 14 179 rapatriés et 16 307 retournés ont été enregistrés au niveau de trois des quatre points frontaliers officiels d’Haïti et de la République dominicaine.

Selon le GARR, ces chiffres viennent allonger la liste des migrantes et migrants rapatriés enregistrés entre  juin 2015 et juin 2017. En effet, un total de 204 911 ressortissantes et ressortissants haïtiens, dont 121 868 retournés spontanés et 83 043 rapatriés, ont déjà traversé la frontière haïtiano-dominicaine. Parmi ces personnes, 3 558 mineurs non accompagnés n’ont pas été épargnés.

Parmi les migrants qui ont été accueillis aux bureaux du GARR de Belladère et de Ganthier, plusieurs ont déclaré avoir été l’objet d’abus et de violence, a fait savoir l’organisation. Au cours du mois d’avril 2017, l’institution, qui fait l’accueil au niveau de la frontière, a reçu 4 migrants haïtiens dont les passeports ont été confisqués par les autorités dominicaines sans explication. Ils ont été rapatriés au point frontalier Carissal/Elias Piña, à Belladère.

Le quotidien des migrants haïtiens a radicalement changé en République dominicaine depuis l’arrêt 168-13 pris par la Cour constitutionnelle dominicaine le 23 septembre 2013. Cet arrêt qui a privé de nationalité plusieurs dizaines de milliers de Dominicains nés de travailleurs haïtiens ne cesse d’avoir des répercussions sur la vie des migrants et les relations entre les deux pays. 

Depuis 2013, des ressortissants étrangers et dominicains vivent dans un flou légal prêtant le flanc à de graves violations des droits humains dénoncées notamment par la Cour interaméricaine des droits de l’homme. Le Plan national de la régularisation des étrangers a été comme une tentative de l’État dominicain de réparer les maux causés par la sentence décriée. Mais le processus d’inscription à ce plan exige beaucoup et les migrants haïtiens peinent à se conformer aux obligations de l’État dominicain. 

Louis Joseph Olivier source Le nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0