Accueil | Nouvelles | Sante | Choléra : « les promesses n’ont pas été tenues »

Choléra : « les promesses n’ont pas été tenues »

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Dr Florence Duperval Guillaume

Alors que l’ONU et la Banque mondiale annoncent en grande pompe le décaissement de plusieurs dizaines de millions de dollars dans la lutte contre le choléra en Haïti, la ministre de la Santé publique a fait savoir au Nouvelliste que la communauté internationale n’a pas respecté ses promesses en ce sens. Le Dr Florence Duperval Guillaume a indiqué jusqu’ici que c’est grâce au Trésor public que le pays arrive à faire face à l’épidémie.

Malgré le fait que le secrétaire général de l’ONU et le Premier ministre haïtien ont signé un accord sur la lutte contre le choléra, les autorités haïtiennes attendent toujours la concrétisation des promesses. « Les promesses n’ont pas été tenues », s’est plaint la ministre de la Santé publique et de la Population (MSPP). A partir des maigres ressources du Trésor public et le support de certains partenaires, Dr Florence Duperval Guillaume  s’est félicitée  d’avoir pu jusqu’ici faire face à l’épidémie. « Nous attendons encore le financement d’au moins deux centres de contingences qui puissent nous permettre d’arriver à la phase de l’élimination du choléra », a-t-elle déclaré.

L’ONU et le gouvernement haïtien ont mis sur pied une commission bilatérale de haut niveau et des pourparlers sont en cours. Cependant, la responsable du MSPP, jointe au téléphone par Le Nouvelliste, a souligné qu’au fil du temps, les autorités haïtiennes se sont rendu compte du désengagement des partenaires à l'appui du plan de lutte contre la maladie.

Comme tout le monde, la ministre de la Santé publique a dit entendre dans les nouvelles que l’ONU a annoncé le décaissement de 6.2 millions de dollars en faveur d’Haïti dans la lutte contre le choléra. « Par contre, je dois vous dire que la Banque mondiale a annoncé un support de 20 millions de dollars. Cependant, a-t-elle ajouté, je ne peux pas vous dire où se trouve cet argent. On est en pourparlers avec la Banque mondiale pour voir quelle est la meilleure stratégie à utiliser pour que cet argent rentre dans le cadre du plan de deux ans avec des actions pérennes en commençant par les zones les plus atteintes pour arriver à réduire considérablement le choléra en Haïti… »

La Banque mondiale et l’Etat haïtien ne se sont pas encore entendus sur le mécanisme de décaissement de ces 20 millions de dollars. Madame Guillaume a souligné que l’UNICEF avait débloqué 5 millions de dollars, mais que c’était pour le volet prévention contre le choléra. Sur le terrain, la lutte contre l’épidémie se fait grâce au financement du Trésor public.

La titulaire du MSPP s’est félicitée du système de surveillance épidémiologique qui, selon elle, donne de bons résultats avec, entre autres, le support du gouvernement américain et la brigade cubaine. Dr Florence Duperval Guillaume  a dit souhaiter pouvoir mener des actions pérennes dans les zones classées rouges, tout en soulignant que la pathologie a été contenue et la tendance est à la baisse même si cette baisse reste encore fragile.

Selon un communiqué de l’ONU, le coordonnateur des Secours d’urgence des Nations Unies, Valérie Amos, a récemment approuvé une allocation de 6.2 millions de dollars provenant du Fonds central d'intervention (CERF) pour répondre au choléra en Haïti. Ces 6.2 millions de dollars serviront à financer des équipes mobiles d'intervention rapide dans les domaines de la santé et de l’eau potable, de l'assainissement et de l'hygiène qui ont été déployées dans tout le pays depuis 2013 pour répondre aux alertes. « Ces équipes offrent  des services essentiels - incluant la distribution des intrants médicaux et EPAH, l’investigation des cas suspects, la désinfection et la sensibilisation de populations. »

« Le montant total nécessaire pour lutter contre le choléra en 2014, en appui au plan national d’élimination du choléra, est estimé à 40 millions de dollars. À ce jour, les seuls fonds engagés viennent du CERF, ainsi que près de 10 millions de dollars de différents bailleurs de fonds. Ceci est largement insuffisant pour répondre aux besoins urgents », a estimé Peter de Clercq, coordonnateur de l’Action humanitaire en Haïti.

Le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a lancé, le 11 avril dernier, un appel au renouvellement de  l’engagement des partenaires internationaux et invite à l’élaboration d’une feuille de route prévoyant des investissements intégrés en santé, eau et assainissement en appui au Plan national d’élimination du choléra en Haïti. «Le choléra peut être éliminé en Haïti, a-t-il dit dans un communiqué de la BM. Nous devons faire beaucoup plus pour renforcer les institutions haïtiennes et appuyer le plan d'élimination du choléra du gouvernement. Cela exigera une approche intégrée multisectorielle qui priorise l'amélioration des programmes d'eau et de santé pour les populations les plus vulnérables. »

Selon la Banque mondiale, le plan du gouvernement haïtien pour éliminer le choléra d’un montant de 2.2 milliards de dollars, lancé en février 2013, « donne un aperçu général des investissements nécessaires dans les secteurs de l'eau et de l'assainissement ainsi que la prévention, la surveillance et la prise en charge des patients. » Dans ce communiqué, nous lisons que la BM a « financé une réponse d'urgence au choléra de 15 millions de dollars, terminée en 2013, la prévention continue du choléra et des activités de traitement (20 millions de dollars). Ces projets sont complétés par le travail d’appui au secteur de la santé axé sur la santé maternelle et infantile ( 70 millions de dollars) et un nouveau projet pour l’eau potable en préparation ( 30 millions) qui cible les zones où l’incidence du choléra est élevée en 2014. »

En outre, Le Nouvelliste a appris que la direction générale de l'Aide humanitaire et de la Protection civile de la Commission européenne (ECHO) a alloué 1.5 millions d’euros (2 millions de dollars américains) à l’UNICEF pour renforcer les activités de prévention et de réponse rapide au choléra.

Rappelons que depuis l’apparition du choléra en Haïti en octobre 2010, environ 8 570  personnes ont été tuées par la maladie et 700 000 autres affectées. Selon plusieurs études, la maladie a été introduite dans le pays par les Casques bleus de l’ONU cantonnés à Mirebalais.

Robenson Geffrard

Source: Le Nouvelliste

 



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0