Accueil | Nouvelles | Sports | Coupe du Monde 2014 | Wyclef : "Foot et musique, c'est un jeu de patience"

Wyclef : "Foot et musique, c'est un jeu de patience"

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Wyclef Jean

Wyclef Jean est l’une des plus grandes stars mondiales de la musique. Révélé au grand public avec les Fugees, il a travaillé avec des vedettes internationales comme Shakira, Timbaland ou Justin Timberlake. Outre la musique, il a une autre grande passion dans sa vie : le football. 

Le chanteur originaire d’Haïti va se produire lors de la Cérémonie de clôture de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ en compagnie de Shakira et Carlos Santana. Avant ce grand événement, il a accordé à FIFA.com un entretien dans lequel il évoque sa joie d’être au Brésil à l’occasion de l’épreuve suprême, son enthousiasme à l’idée de se retrouver sur scène au Maracanã et ses espoirs pour l’avenir du football haïtien. Wyclef s’étant montré très actif sur Twitter tout au long de la compétition, il a semblé logique à FIFA.com d’inviter les followers de @FIFAWorldCup à lui poser leurs questions (#AskWyclef).

Question de @danialsha98 :
Quel a été votre but préféré dans cette Coupe du Monde 2014 ?
On parle tout le temps des buts, mais moi, j’adore les gardiens. Ce qu’a fait Tim Howard, j’ai trouvé ça fantastique. Je pense que l’Allemagne possède elle aussi un gardien pas croyable. Pour ce qui est des buts, je retiendrai tous ceux de Neymar. Il a été énorme jusqu’à sa blessure. Il y a eu un paquet de buts incroyables.

Question de @prernaa7 :
Qu’est-ce qui vous a le plus surpris dans cette Coupe du Monde ?
L’énergie des équipes africaines, l’Algérie, le Nigeria et le Ghana, leur résistance et leur parcours. Ça montre les progrès accomplis. Et puis je crois que les États-Unis ont surpris pas mal de monde.

Question de @JouJouzNYC :
À votre avis, que doit faire la sélection haïtienne pour se qualifier pour la prochaine Coupe du Monde ? Comment procéderiez-vous ?
Il faut que je devienne sélectionneur, c’est ça ? Mais bien sûr ! Il faut commencer par les clubs à Haïti, là où les enfants débutent dès leur plus jeune âge, c’est le plus important. En tant qu’Haïtiens, on doit investir dans le futur de notre football et, pour cela, il faut investir dans la formation des jeunes. On peut parler de la Coupe du Monde, de se qualifier dans quatre ans, mais il faut travailler sur les toute petites catégories, quand les jeunes commencent le foot. C’est comme moi : j’ai débuté la guitare très jeune et je me retrouve ici aujourd’hui.

Je crois aussi que les Haïtiens qui ne vivent pas en Haïti, qui jouent dans le monde entier, doivent aider l’équipe nationale et revenir au pays pendant leurs vacances pour donner des conseils. On a besoin d’un réel budget consacré au sport, mais quelque chose qui corresponde vraiment au football car le football reste le sport national. J’aimerais que des fonds soient investis dans la formation des très jeunes joueurs.

En quoi une Coupe du Monde disputée au Brésil est-elle spéciale ?
Une Coupe du Monde au Brésil, c’est vraiment incroyable car nous, les fans de foot, nous nous identifions beaucoup au football brésilien, à la façon dont il est joué et à toute l’effervescence que suscite cette culture. La Coupe du Monde peut se jouer partout, mais celle-ci sera mémorable et inoubliable du fait qu’elle a été disputée au Brésil.

Avez-vous croisé des stars du football ?
Ronaldo était à mon hôtel. La dernière fois que je me suis comporté comme ça, c’était avec Michael Jackson. J’ai essayé de descendre jusqu’à lui depuis mon étage pour prendre une photo mais il était déjà parti. J’ai presque pleuré !

Vous vivez aux États-Unis. Comment avez-vous trouvé les Stars and Stripes sur cette compétition ? 
Leur performance a été plus qu’excellente. Je suis très content que les États-Unis accordent davantage d’importance au football. Si l’on a l’occasion de revenir dans quatre ans, il y aura beaucoup de choses à améliorer. Il faut se dire que quand on doit réaliser 16 arrêts par Tim Howard, ça veut dire que les adversaires sont rentrés dans la défense comme dans du beurre. Il faut travailler la défense. Il faut aussi travailler sur l’endurance et sur notre attaque aussi. C’est un excellent début car il se passe quelque chose avec cette équipe US, elle est fière, elle ne veut pas perdre. Et même quand ils perdent, ils disent : 'Peut-être qu’on a perdu, mais notre gardien a gagné !'. Du coup, ça nous emballe et je pense que sur les quatre prochaines années, de plus en plus de gens vont suivre le foot. Ils vont se prendre au jeu.

Comment voyez-vous le Maracanã par rapport à d’autres enceintes où vous vous êtes produit tout au long de votre carrière ?
C’est dingue. La capacité du stade, l’espace, l’énergie et l’atmosphère qu’il dégage. Je l’a vu vide et on sent qu’il y a une atmosphère, une énergie, une culture. Me produire là, c’est l’une des choses fantastiques que je pourrai cocher sur ma liste de choses à faire. Je crois qu’on devrait faire un concert ici avec les Fugees, ce serait de la folie. Peut-être que je vais y travailler. On pourrait faire un match de foot amical avant le concert.

Placez-vous la musique et le football sur le même plan, en ce sens qu’ils rassemblent les gens ?
Il y a des tas de similitudes entre le football et la musique. C’est pour ça que j’aime autant le sport. Tout d’abord, il y a beaucoup de gens qui jouent au foot à travers le monde. Certains sont très bons mais ils ne feront jamais carrière. C’est comme dans la musique. Ceux qui jouent dans les championnats, décrochent des contrats record et passent à la télé sont très rares. Ce sont les médias qui choisissent les stars. À notre époque, il y a beaucoup de pression sur leurs épaules. Il suffit d’un mauvais match pour avoir le public contre soi. C’est la même chose dans la musique quand on sort un mauvais album. Le foot et la musique ont pour autre point commun l’endurance : c’est un jeu de patience. On va au studio, on sort un tube et ensuite, les gens en attendent un autre et s’impatientent : 'c’est quand le prochain ?'. Au final, quand ça arrive, c’est comme marquer un but !

Quel est votre meilleur moment dans cette Coupe du Monde ?
Je dirais le moment où j’ai atterri au Brésil après sa défaite. Je m’en souviendrai toujours. Je portais ma veste du Brésil. Quand je suis descendu de l’avion, des Argentins m’ont dit : 'Tu es sûr de vouloir garder cette veste ? Je peux t’en donner une de l’Argentine !'. Pour moi, ça restera le moment le plus mémorable, tellement c’était choquant.

Avez-vous un pronostic pour la finale ?
Même si mon manager est un grand fan de l’Argentine, je trouve que les 11 joueurs allemands jouent vraiment ensemble. En tant que fan de foot, je pense que c’est ça le plus important.

FIFA



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
5.00