Accueil | Nouvelles | Sports | Parcs sportifs à prix fort

Parcs sportifs à prix fort

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Complexe Sportif de thomassin

En quatre ans, plus de 80 millions de dollars américains provenant des fonds empruntés du programme PetroCaribe ont été décaissés pour la construction de 16 parcs sportifs à travers le pays. Onéreux, certains, comme celui de Thomassin 25, a coûté 13, 744, 040.00 millions de dollars dans le cadre du projet-phare des Tèt Kale « Sport pour le changement ». -

Entre l’église St-Vincent de Paul et l’école pour  filles de la même congrégation, il y a le Parc sportif de Thomassin 25. Quand le journal le visite début mai, en vrac, on constate que le site dispose de deux château d’eau, de deux réservoirs, d’une génératrice, de pylônes sur lesquels sont montés 20 projecteurs... A côté de la surface de jeu, il y a des rouleaux de gazon synthétique non encore posé. La modeste tribune est ceinturée par une clôture fraîchement peinte.

Sur place, impossible de connaître le nom de la compagnie qui exécute les travaux. Il n’y a pas de pancarte donnant des indications sur le chantier. « Je ne sais pas quelle firme s’occupe du chantier », confie un résident de Thomassin 25, contremaître, maçon de profession. Quand il apprend que le parc, selon le rapport « La transformation d’Haïti à travers les grands travaux de reconstruction avec les fonds PetroCaribe », a coûté 13, 744,040.00 millions de dollars, il peste. « C’est un bluff », tranche-t-il, ajoutant qu’avec cette somme on « aurait pu développer tout Thomassin 25 ».

Même s’il n’y a pas de photo entre le parc sportif de Thomassin et le parc Ste Thérèse, mieux pourvu, ils ont cependant une chose en commun : leur coût. 13,740, 040.00 ont été décaissés pour réaménager le parc Ste Thérèse. Embarquée dans « Sport pour le changement », l’administration rose a dépensé de l’argent prêté du programme PetroCaribe, sans prendre en compte la nécessité de faire des investissements productifs dans une perspective de  remboursement de la dette.

80, 235, 996  dollars ont été décaissés en quatre ans pour la construction de 16 parcs sportifs à travers le pays, selon des informations puisées de ce rapport  posté sur le site d’Haïti Libre. D’après ce rapport, sept chantiers ont un taux d’avancement de 100 %, 2 de 95 % et 7 varient entre 35 et 60 %. Pour ces chantiers gérés exclusivement par le ministère de la Planification, dans le dos du ministère des Sports, des techniciens constatent après coup des hérésies techniques. Terrain non standard et autres incongruités.

Dans les Nippes où il y a un fort potentiel agricole qui ne demande qu’à être encadré, l’administration Martelly-Lamothe a prévu 13,744,040 millions de dollars pour construire un parc sportif. 6, 872,020 ont déjà été décaissés pour ce chantier dont le taux d’avancement est de 50 %.
Si le coût varie d’un parc à un autre, d’une région à une autre, le plus cher ne dépasse pas 13 millions de dollars us. C’est le cas, outre pour les Nippes, de Hinche, de Léogâne, de Dadadou, de Ste-Thérèse et de Thomassin 25. Le parc de St-Louis du Nord, exécuté à 95 %, coûte 5,295, 240 millions de dollars us. Celui de Mont-Organisé, 5 295, 240 millions, est à un taux d’exécution de 45 % contre 100 % d’exécution pour le parc de Jérémie qui coûte, lui aussi, 5 295 240.00 dollars US. St-Louis-du-Sud a un parc exécuté à 100 % pour 5 295 240. Le parc de Thomonde coûte 5 295 240. 00 US.

Parmi les parcs à un million, il y a ceux de Ouanaminthe ( 1 million) et de Pignon (1,6 million) et le parc Bayas de Mirebalais (1 million). Pour le parc Bayas, il y a du souci. Un pan de mur d’environ soixante mètres s’est effondré depuis le mois d’avril 2015, laissant l’enceinte insécurisée et à la merci de tous, seulement deux ans après l’inauguration de ce complexe par le président de la République, Michel Joseph Martelly. « Les matériaux utilisés pour la construction de la clôture n’étaient pas de bonne qualité », estime un habitant.

« C’est ce qui explique que l’AS Mirebalais, qui recevait dans cette enceinte, était contrainte de retourner au parc Saint-Louis. Avec ce pan de mur détruit, les dirigeants ne peuvent plus espérer faire recette puisque des spectateurs peuvent se faufiler aisément par l’ouverture pour venir assister aux rencontres », a ajouté un autre depuis les gradins du parc, dans un papier de Enock Neré de la section sport du journal. « La peinture qui recouvrait le terrain de basket-ball est en train de partir par plaques et une bonne quantité d’eau de pluie stagne sur toute la surface du terrain, en particulier sous le panier sud », a observé le journaliste.

Dans le sillage du rapport « La transformation d’Haïti à travers les grands travaux de reconstruction avec les fonds PetroCaribe », l’ambassadeur du Venezuela en Haïti, Pedro Antonio Canino Gonzalez, a distribué des satisfecit à l’équipe rose. Cependant, quand l’ambassadeur Pedro Antonio Canino Gonzales a félicité l’administration Tèt Kale pour sa bonne gestion du programme PetroCaribe, certains, sourire en coin, ont questionné les motivations du diplomate. D’autres, outrés, comme Jacques Charles, ont pesté : « Ce n’est pas lui qui va casquer pour les éléphants blancs de l’ère Martelly ».

Roberson Alphonse Source ;le nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
4.00