Accueil | Opinion | Fin de la mission de Kenneth Merten comme Envoyé spécial en Haïti

Fin de la mission de Kenneth Merten comme Envoyé spécial en Haïti

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Kenneth Merten

En supprimant neuf postes d’Envoyés spéciaux à travers le monde, dont celui d’Haïti occupé par l’ambassadeur Kenneth Merten depuis quelques années, l’administration de Donald Trump est en train de passer de la parole aux actes en ce qui concerne la réduction des dépenses des Etats-Unis en matière de politique extérieure. Sur 66 Envoyés spéciaux dans différents pays en conflit ou qui figurent parmi les Etats fragiles, 21 postes seront intégrés dans d’autres bureaux. Etablis au Département d’Etat, ces bureaux permettent au gouvernement américain d’avoir une politique plus rapprochée de ces pays, mis à part l’ambassade qui remplit sur le terrain ses fonctions habituelles. Ces Envoyés spéciaux effectuent des missions dans ces pays à chaque fois  que le besoin se fait sentir ou à l’occasion de certains événements. Ces bureaux, logés au Département d’Etat, passent au peigne fin toutes les informations provenant de ces pays et susceptibles de permettre au gouvernement américain d’adopter certaines décisions. 

A travers ces bureaux, les Etats-Unis confirment leur suprématie comme superpuissance et encouragent l’Organisation des Nations unies à créer des missions dans ces pays selon la volonté de Washington. Ils délient les cordons de la bourse et évaluent les situations dans ces Etats fragiles de façon minutieuse. A travers le Département d’Etat, Washington évalue, analyse et décide du temps que les missions doivent rester dans ces pays conformément à ses intérêts. Dans la plupart des cas, les missions de paix de l’Onu enveniment les tensions en distribuant des armes dans des zones marginales  au lieu d’œuvrer pour la paix.  En Haïti, de juin 2004 à aujourd’hui, on ignore à quel rythme des contingents de la MINUSTAH ont abandonné des armes de guerre à Cité Soleil. Les témoignages des leaders communautaires et d’autres personnalités de la zone sont légion sur ces opérations de la mission onusienne dans le plus grand bidonville du pays. Cette opération justifie-t-elle les treize ans de la mission en Haïti ? Y avait-il un programme de stabilisation du pays et de professionnalisation de la Police nationale d’Haïti de 2004 à 2017 ? 

 La fin du mandat de la Mission des Nations unies a-t-elle un rapport de cause à effet avec la fermeture du bureau spécial du dossier Haïti au Département d’Etat ? 

Il faut admettre que depuis la crise politique des années 2000, lors du second mandat du président Aristide, Haïti figure parmi les Etats fragiles. De 2004 à nos jours, l’incapacité des gouvernements qui se sont succédé en ne respectant pas les échéances électorales, la répétition des crises politiques après l’organisation de toutes les compétitions électorales, le banditisme et l’instabilité chronique ont contribué à ternir l’image du pays. Avec le départ de la Mission onusienne en octobre prochain après treize ans d’humiliation, les autorités actuelles et les autres forces politiques du pays vont-elles comprendre la nécessité de redéfinir de nouveaux types de rapports entre ceux qui sont au pouvoir et ceux qui sont dans l’opposition ? Vont-elles comprendre que c’est la lutte pour le pouvoir à l’occasion des élections du 21 mai 2000 qui a engendré une crise électorale et nous a valu les bottes étrangères en février 2004 ? 

Combien d’hommes et de femmes politiques actuels veulent œuvrer pour la paix civile afin de préparer la voie à une nouvelle société ?

Lemoine Bonneau Edito du Nouvelliste

[email protected]



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0