-->
Accueil | Opinion | Élections, les Américains prennent-ils la main ?

Élections, les Américains prennent-ils la main ?

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Ballon d'essai ou annonce formelle, c'est en anglais, sur la Voix de l'Amérique, que l'ambassadeur des États-Unis en Haïti a levé un lièvre : les élections en Haïti ne seront peut-être pas pour cette année. Après deux ans de retard, on peut bien encore attendre un peu, semble vouloir dire Pamela White.
En fait, c'est une affaire de calendrier et de gros sous.
L'an prochain, au plus tard en septembre 2015, selon que vous êtes aspirant au poste de sénateur ou sénateur élu en 2009, un autre tiers du Sénat doit plier bagage et laisser le Parlement. Pourquoi ne pas faire d'une pierre deux coups ? Remplacer deux tiers du Sénat au lieu d'un tiers en attendant un peu, et aussi élire d'un coup et les députés et les maires et les élus locaux par la même occasion.

Pour Madame l'ambassadeur, ce serait une façon d'économiser sur la facture de nos chères élections pour lesquelles Haïti n'a pas budgétisé la première gourde. La poche des bailleurs n'est pas un inépuisable puits. Des élections à répétition, financées par la communauté internationale, en ces temps de crise un peu partout, cela épuise.

Non, les amis d'Haïti ne sont pas fatigués, a précisé Pamela White. Ils comptent leurs sous. Tout simplement.

Plus loin, Mme l'ambassadeur, qui n'est pas réputée pour son langage alambiqué, suggère même un amendement de la Constitution haïtienne. Des élections chaque deux ans, comme l'impose la loi mère, ce n'est pas l'idéal pour un pays pauvre...
En repoussant ou en suggérant de renvoyer la date des élections, en rappelant que nous ne contrôlons pas le financement de nos joutes électorales et en réclamant une correction de la Constitution amendée il y a à peine deux ans, les USA y vont fort.
Il n'y a pas longtemps de cela, tous les amis d'Haïti disaient en choeur que des élections cette année 2013 sont un impératif. Toutes les autorités haïtiennes avaient repris le cantique en choeur.  Vont-ils tous changer de page dans le grand livre de louanges?
Il y a aussi très longtemps de cela que plusieurs forces politiques oeuvrent de toutes leurs adresses pour retarder la date des élections. Vont-elles maintenant réclamer que ces dernières se tiennent au plus tôt ?
Dans cette affaire d'élections, depuis des années, les Haïtiens se laissent mener par le bout du nez, coincés entre une carotte, les millions de la communauté internationale et un bâton, celui du plus fort qui désigne les vainqueurs.
Ce matin, au cours de leur première conférence de presse, il fallait voir l'embarras des membres du CT-CEP, leurs réponses évasives sur l'essentiel de leur mission, pour comprendre que les Haïtiens, s'ils iront voter, ont peu de cartes en main.

Frantz Duval - Le Nouvelliste

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0