Accueil | Opinion | Ministres : changements en vue ?

Ministres : changements en vue ?

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Sommes-nous déjà à la veille d’un remaniement ministériel ? La rumeur court les rues de BBM en SMS et même est commentée dans les plus hautes sphères du pouvoir.

Au Palais national tout est calme. Rien ne se trame, si l’on en croit les sources que Le Nouvelliste a pu questionner.

« Si c’est imminent, je n’en sais rien », affirme presque en cœur les deux plus proches collaborateurs du président Michel Martelly. Ils ont vent des rounourounous comme tout le monde, mais rien ne corrobore ce que la rue rapporte.

Et pourtant, la rumeur court. Toute seule ?

« Autant que je sache, ce n’est pas mon ministre qui est concerné», affirme un haut cadre d’un ministère stratégique dont on annonce le titulaire sur le départ, de gré ou de force, selon les sources.

Le Premier ministre Laurent Lamothe est catégorique. « Ce ne sont que des rumeurs ».

Interrogé jeudi soir par Le Nouvelliste, il précise : « Je ne suis pas dans la dynamique de changer de gouvernement, nous avons trop de dossiers en cours. »

Quand Le Nouvelliste s’est fait insistant, le PM a avoué avoir eu une journée chargée avec beaucoup de réunions qui l’ont empêché de passer à son bureau. S’il a reçu un courrier l’avisant de la démission d’un de ses ministres, il n’en a pas encore connaissance.

Lamothe enfile les réunions comme d’autres les perles. Cela lui fait des journées longues comme un chapelet. Ce jeudi, il avait le symposium sur l’énergie et une autre réunion sur la stabilisation des prix. Pour ces deux dossiers des milliards sont en jeu.

Interrogé sur l’évolution du dossier des prix, Laurent Lamothe se veut confiant. Et confirme que ses ambitions visent des réponses à long terme.

« S’il ne s’agissait que de baisser les prix du riz, cela ne nous prendrait qu’une heure. Il faut penser à mettre en place un vrai mécanisme pour un panier de produits, garantir des achats de produits locaux pour inciter les producteurs à investir dans l’agriculture, déterminer des zones et des produits à soutenir, redéfinir le programme Aba Grangou pour qu’il soit une incitation à relancer la production agricole locale. En gros, il faut définir des politiques publiques et pas seulement des mesures d’urgence », explique le Premier ministre.

D'un agenda chargé à l'autre, le PM quitte le pays vendredi. Entre la Clinton Global Initiative et l’Assemblée générale des Nations unies, une trentaine de rendez-vous l’attend à New York dans les jours qui viennent.

Un haut fonctionnaire, installé dans les couloirs du pouvoir Martelly-Lamothe, ironise sur les rumeurs : « On ne sait jamais, on passe, sur un incident, de très bon ministre à ministre à changer. Les roues de rechange sont légion et attendent de prendre poste. »

Pour lui, les principaux responsables sont très impatients d’avoir des résultats sur des dossiers qui demandent du temps. Cela pousse les ministres à la faute et provoque l’insatisfaction des deux côtés.

« Dòmi minis, leve pa anyen » n’a jamais été aussi vrai selon notre source, laquelle croit cependant que le gouvernement a assez de crises sur le feu pour ne pas se déstabiliser de l’intérieur. Financièrement et socialement, ce ne serait pas une bonne affaire, selon elle. Frantz Duval Le Nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0