-->
Accueil | Opinion | Que vient encore faire Michael Frost en Haïti ?

Que vient encore faire Michael Frost en Haïti ?

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

" Dwa de lòm se konsa l rele. Lamayòt pou ti moun fwonte…"

Ainsi chantait Manno Charlemagne dans les années 80. La vision droit-de-l’hommiste s’établissait à peine en Haïti. Depuis, la bataille continue avec plus de ratés que d’avancées. Nous faisons même du surplace, très souvent fatigués d’essayer de forcer le cours des choses.

On peut dire sans mentir que nous sommes experts pour tout mettre dans des freezers. Tout est sur pause. Engourdis. Nous sommes nan frost comme le nom de l’expert qui nous cherche des solutions, le fameux M. Frost.

L’expert indépendant sur la situation des droits de l’homme en Haïti, monsieur Michel Frost, visitera Haïti du 25 au 30 novembre 2012, afin d’évaluer la situation des droits de l’homme depuis sa dernière mission en février 2012, selon un communiqué du Haut-commissariat des Nations unies pour les droits de l’homme depuis Genève.

Il profitera de sa mission pour établir une analyse de la situation des droits de l’homme qui sera détaillée dans le rapport qu’il présentera lors de la prochaine session du Conseil des droits de l’homme en mars 2013.

« Au cours de ma visite, j’examinerai la situation des droits de l’homme en Haïti, notamment la question de l’accès aux droits économiques et sociaux après le passage de l’ouragan Sandy », a indiqué M. Frost. « Je souhaite travailler en étroite collaboration avec la ministre déléguée aux droits de l’homme et à la lutte contre la pauvreté sur des actions concrètes, car l’extrême pauvreté constitue une négation de tous les droits de l’homme. »

A entendre cette déclaration, nous sommes à la veille d’un réel bouleversement : les droits économiques et sociaux vont être pris en compte. Comme Haïti est un pays très pauvre, gageons que nous allons avoir un rapport très défavorable. Ou que, simplement, une nouvelle flopée d’experts vont trouver un prétexte pour venir nous ausculter, nous mignoter (en créole on dirait miyonnen, le sens est le même) avec des promesses et des perspectives irréalisables.

L’expert indépendant s’intéressera également, entre autres sujets, au fonctionnement des institutions judiciaires, au système carcéral, au fonctionnement du Conseil électoral permanent, à la poursuite de la réforme de la Police nationale d'Haïti, et à la lutte contre l’impunité, précise la note.

Rien de bien nouveau pour cet expert confirmé qui use ses bottes et son encre depuis 2008 en Haïti sans provoquer de réels changements dans les comportements. Est-ce nous qui sommes rétifs ou les avis de l’expert qui ne cadrent pas avec les projets du gouvernement et de la communauté internationale ?

Entre-temps, de rapport en assistance, le cas du malade empire. Et, comme dans les années 80, le gouvernement vit mal cette affaire de droits de l’homme. La société civile s’accommode. Les politiques ne s’embarrassent pas de ces dossiers brûlants.

Dwa de lòm se konsa l rele. Lamayòt pou ti moun fwonte… parce que, ici tout homme n’est pas un homme. Du moins, pas encore.

Frantz Duval est Rédacteur en Chef du Nouvelliste

Source: Le Nouvelliste

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0