Accueil | Notes de Presse | Denis O’Brien’s speech to Caribbean regulators

Denis O’Brien’s speech to Caribbean regulators

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Denis O’Brien

Voir une traduction de Montaigne Marcelin - Denis O'Brien

What follows is the speech given by Digicel Chairman, Denis O’Brien to regulators at a special conference held at the Cascadia Hotel on December 10, 2014 to discuss the region’s response to the proposed acquisition of Columbus Communications by CWC. The speech was released by SWF Associates later in the day for public consumption.

Good morning Ministers and good morning to all assembled guests from around the Caribbean region who have joined us this today for this very important discussion about the proposed merger of Cable and Wireless and Columbus.

First of all, I would like to thank Mr. Selby Wilson, Chairman of the CTU, and the staff and members of the CTU for allowing Digicel this opportunity to address all of you with our views about this proposed merger and about the critical issues raised.

I look forward to hearing the views of some of the other operators; and of course from our competitors at Cable and Wireless and Columbus. I am certainly looking forward to the Question and Answer session later on this morning. Hopefully we can all enjoy the benefit of a good, lively debate. But we will keep it civil!

No one in this room today is in any doubt about the significance of this proposed merger. No one here is in any doubt about the impact that this merger would have on the Caribbean telecommunications industry; and indeed on the wider economy right across the Caribbean region. This is a watershed day.

We are here in Port of Spain talking here about the most significant corporate merger ever to happen in the region; in any industry- not just in telecoms. The decisions that are made by Regulators, many of whom are present in this room, over the coming months will shape the telecommunications landscape in the region for the next decade and perhaps even beyond. The importance of the mergers review and approvals process which is underway cannot be overstated.

We find ourselves at a crossroads for the industry. We simply must get this process right. The consequences of getting this wrong are too dire to contemplate. The Telecoms industry will either go backwards in time to the dark ages of the monopoly provision of services circa the year 1990; or we can have vibrant and fulsome competition in the decades ahead.

Moving forward positively can only happen where there is real, effective competition; all of you know this. This preservation of competition in every one of your markets has to be the ultimate goal. By this we must mean actual competition; and not just promises about it. We cannot rely on assurances that ‘everything will be alright on the night’.

We are involved here in very serious business this morning. I understand that this discussion is being held under the Chatham House rules; and I welcome that. This is not a time for spinning; or for bluster or for unreliable, irrelevant statistics. This is not a time for deliberately clouding the issues or for introducing red herrings. This is a room full of serious people who have a serious duty and mandate to carry out and we must, all of us here, act accordingly.
I know that there has been quite an amount of media attention and PR activity about this merger; this perhaps is inevitable and probably is not entirely welcomed by all of you who have an important job to do. I do want to clarify one thing however; because I think it is quite important and it has been raised with me many times.

On the morning that this deal was announced in London, our friends at Cable and Wireless decided to tell the world that Digicel was suffering from ‘sour grapes’. This statement was made immediately when the deal was announced; this was of course before Digicel had any opportunity to consider the merger or say to anything about the deal; good, bad or indifferent. But Cable and Wireless thought it was appropriate to aggressively attack Digicel before a word was uttered by us. I think that this was highly unfortunate and really set a poor tone and basis for this debate from the get-go.
Yes, Digicel did engage in a confidential process looking at the possibility of acquiring Columbus many months ago; this is what happens in business all the time. What we certainly didn’t expect was that this confidentiality would be blatantly breached after the event in an effort to secure some perceived advantage. You really do not expect parties that you have signed Non-Disclosure Agreements to be involved in talking about you in an offensive manner before the cameras on the morning they announce a deal with someone else.

Having been attacked in this concerted, pre-conceived pre-emptive strike; we simply had no option but to clarify our position publicly. I want all of you to be clear on this. There are no sour grapes or anything of the kind on our part; far from it. The truth of this is that we valued Columbus as a certain price. It would appear Cable and Wireless were willing to pay a very significant premium on that price. It is clear to me that this premium reflected the fact that this merger presented monopoly creation options to them that would not be available to Digicel.
It has also been suggested that Digicel would have been happy to acquire Columbus and that somehow our present position on the requirement for full regulatory oversight and mergers approvals process in the context of a Cable and Wireless deal is unworthy and contemptible- this is the ‘sour grapes’ argument. Perhaps this was why Cable and Wireless and Columbus launched the ‘sour grapes’ offensive manoeuvre straight out of the blocks; it was a strategic play designed to somehow convince Regulators that we should be ignored. But this ‘sour grapes’ nonsense simply does not stack up.
The lessening of competition in specific product markets which you now see in the Cable and Wireless / Columbus merger are vastly different to the lessening of competition issues which would have existed in any Digicel / Columbus deal. The horizontal overlaps between Columbus / CWC in the main product markets of broadband access, fixed line services and Cable TV are miles apart from those involved if Digicel, primarily a mobile provider today, were to acquire Columbus.

I know that the people in this room are too experienced and too knowledgeable about distinct product markets and Caribbean telecommunications generally to have the wool pulled over their eyes like this. To say that a merger between Digicel and Columbus would be exactly the same as a merger between Cable and Wireless and Columbus is actually a silly position to take. I think you all can see the ill-conceived PR strategy that was being deployed here right out of the gate here; again it is all based on the fundamental conceit of misdirection.
That is not to say that any Digicel acquisition of Columbus would not have attracted regulatory scrutiny; of course it would have. We certainly wouldn’t have gone public and sought to dictate ridiculous timelines to regional regulators from the get-go. We certainly wouldn’t have told the ECTEL / OECS Markets that they had no role to play in any event and that we would close the deal regardless of their objections or otherwise.

 

We are here this morning to deal with objective facts and evidence. We are here to talk about the merger that was on the table; not the merger that might possibly, in some parallel universe, have been on the table or a merger that happened 5 years ago. Let’s not be the victims of elaborate schemes of misdirection.

You, as Regulators, will no doubt have to wade through the deluge of information presented to you and seek to identify fact from fiction; to identify substance from spin. Even in an industry where public relations and spin is perhaps commonplace, I actually have been very taken aback by the brazenness and audacity of some of the ill-founded claims which have been made around this deal.

It was US Senator Hiram Johnson who said in the aftermath of World War I that ‘….the first casualty of war is the truth….’. It does seem that Cable and Wireless and Columbus decided that the announcement of their deal on 6 November was a declaration of war; I don’t know if this was a declaration of war on competition in the region; or on the Caribbean consumer or on Digicel maybe; however the truth seems to have been sacrificed very early on in this debate which is highly regrettable.

Let us deal with some indisputable facts here. I have five facts for you; and let us deal in facts here this morning. Let’s leave the spin and the creative fiction writing outside this room.

Fact No. 1

The proposed merger will lead to a very substantial lessening of competition in at least six geographic markets. This is because, Columbus / Flow is essentially being taken out completely as an existing direct competitor to Cable and Wireless in these markets. These markets are Jamaica, Trinidad and Tobago, Barbados, St. Lucia, St. Vincent and the Grenadines and Grenada. These are the markets where the key impact of this proposed deal will most keenly be felt by consumers.

Fact No. 2

In these six markets, the proposed merger will lead to the creation of a complete monopoly or a near monopoly in the following retail or consumer product markets:

Broadband Internet Access (both Commercial and Residential)
Fixed Line Services
Cable Television Services
Facilities Based ICT Services

You all know this to be the case. No amount of fancy slideshows or skewed pie charts can hide what you know to be the plain obvious truth.

The deal, as presented, means a monopoly in these key product markets in these countries. A major competitor is being taken out; competition is being eliminated. This is what is being proposed; plain and simple. This is what Cable and Wireless and Columbus mean when they tell their investors that they are waving the white hanky in the face of price competition.

Fact No. 3

Monopolies almost always lead to higher prices, poor services, lower levels innovation and a reduction in investment. We will be right back to the 1980s or 1990s.

This is as true today as it was when celebrated Economist Adam Smith penned the Wealth of Nations nearly 250 years ago. No one can reasonably come into this room and try to sell you the proposition that monopolies are good for consumers or for the industry generally. Monopolies only serve the monopolist.

Fact No. 4

The proposed deal will lead to an almost complete stranglehold on submarine fibre / international connectivity right across the Caribbean region. In Jamaica alone, this merger entity will own the 4 submarine fibre cables which go into the country. This is less easily understood by consumers given that it is a wholesale service; but it is actually hugely significant for consumers as well.

International connectivity is one the key input costs in the provision of telecommunications services. This deal will see Columbus and Cable and Wireless end their competition in the provision of international capacity right across the region. The impact of this will likely be highly significant in terms of the cost of providing telecommunications services.

Fact No. 5

Cable and Wireless have been publicly identified as having secretly provided access to foreign Governments and to foreign security agencies to submarine fibre systems under a commercial arrangement for which they were paid millions of pounds sterling. This access has been used essentially for spying on Governments and citizens in many countries around the world. It has been reported that facilities included in these secret spying arrangements were submarine fibre cables in the Caribbean region; including a submarine fibre between the Cayman Islands and Jamaica.

If anyone wishes to come up here and challenge these five facts, then I would be very happy to listen to their point of view. But these are the issues that we need to debate and consider here this morning.

No doubt you have heard a lot (and will probably here more later this morning) about Digicel’s apparent newly found dominance in the region. Well, I have known for some time that Digicel is the leading provider of mobile services in the Caribbean region and I am grateful that Mr. Bentley has finally found it in him to come clean and publicly confess this for the first time. This admission amounts to a complete turnaround on the part of Cable and Wireless who have represented, up to very recently indeed, that they were still the leading mobile provider in the Caribbean. He is singing a very different tune now it would seem.

This talk about the size of Digicel in the mobile market across the world is a complete misdirection. What relevance does it have to this discussion here this morning how many subscribers we have in Papua New Guinea or how many we have in Fiji? In the markets that are affected here in this region, Digicel and Cable and Wireless compete aggressively in the mobile market and the battle for market share is always nip and tuck; trends can go either way. Indeed, Cable and Wireless have recently been triumphantly announcing that they are taking market share from Digicel in mobile. Things cannot be too bad for them if that is the case.

This is not about the creation of a monopoly in the mobile product market. The product markets here which are being driven towards with this new proposed super monopoly are broadband internet access, cable TV, fixed line services and submarine fibre networks (a wholesale service primarily but a critical one). That is what we need to be concerned with this morning.

I have also heard the argument being made that Digicel competes in the Broadband market using its mobile network. This is entirely misleading here as everyone knows the mobile speeds up and down are limited when compared to fixed line broadband access. Mobile Broadband and fixed Broadband are different products and are used differently by consumers. Again, you must understand the individual product markets before you can assess issue such as monopolies.

This notion that Cable and Wireless and Columbus should be allowed to ring fence and create complete monopolies in broadband access, fixed line service and cable TV in the region simply because LIME have, over time, slipped behind Digicel in the mobile market is complete nonsense. Whatever about public relations exercises, media activities or even bar talk, that sort of loony bin logic should not be brought inside this room. We need to grapple with the real issues and not get dragged into the weeds of irrelevancy by those who wish to avoid the real issues.

I have also noted references being made to Digicel’s acquisition of Claro some years ago. Again, it would seem that there are those who would prefer to talk about Digicel, or talk about anything else indeed, rather than talk about the actual stark issues presented in this merger deal. Digicel entered in a deal with Claro a number of years ago in which Digicel entered into an agreement to sell its operations in Honduras and El Salvador to Claro; and acquired Claro’s operations in Jamaica.

As such, there was one single Caribbean market affected. As it happened, the Regulator in El Salvador refused to approve the transaction in their market. As such, to this day, Digicel continues to operate in El Salvador. This is an example of the power that Regulators have in these matters when it comes to assessing mergers.

Although Digicel remains the biggest player, competition in the Jamaican mobile market remains vibrant. These references to the Claro deal therefore amount to yet another attempt at misdirection; and really add nothing to the task that falls to all of you here today and over the coming months.

I must also point out that the required regulatory approval in Jamaica for this Claro deal took well over 8 months to receive. This is the normal timeframe for such matters. I simply do not understand how Cable and Wireless and Columbus think that they can dictate timelines to regional Regulators in the context of this proposed merger. It is not for merger applicants to tell all regulators across the Caribbean how long they have to do their job.

I am sure that these parties would not seek to tell the FCC in the United States or OFCOM in the United Kingdom how to do their job or how long they had to do it. I also do not understand at all the position publicly taken that the Regulators in the ECTEL markets can be avoided or side-stepped completely in this process.

Again, the real issues here are the creation of near monopolies in broadband internet access, subscription Cable TV and fixed line services; as well of course as submarine fibre access. These are the product markets which are hugely affected by this deal. The issues raised in these product markets cannot be answered by whining on about having lost top spot to Digicel in the competitive mobile market. The mobile market is, at best, tangential to the key issues here.

You cannot, seriously, go to a Regulator and say ‘well I have slipped behind a little bit in a highly competitive market after having a monopoly for decades; do you mind giving me back my monopoly now in the other key product markets to make up for this?’. You only need to stand back and look at the logic of that proposition for one second to see how daft it is.

I have also noted references made relating to certain acquisitions made by Digicel in recent years; as though somehow these equate in some way to what Columbus and Cable and Wireless are now proposing in this US$3bn deal. A few short comments on this misdirection are merited:

Digicel has recently acquired Cable TV operations in Jamaica (Telstar), Anguilla, Montserrat and Nevis (CCCH) and in Dominica (SAT). We also acquired a submarine fibre network in the Eastern Caribbean region known as GCN. The first point I would make is that the combined value of those recent Digicel acquisitions amounts to a mere fraction of the Columbus / Cable and Wireless deal; actually less than 5%. So you need to consider scale.

We are very happy with these investments and are doing our very best to realise their potential; but to somehow equate them in scale terms to what is being proposed here in this US$3bn merger is preposterous in the extreme. These were all quite small acquisitions and nothing at all comparable to in size, scale or regional expanse as what is being proposed here by Columbus and Cable and Wireless.

In fact, what we have done is bring real competition to Cable and Wireless in these countries in the product markets for Broadband access and for Cable TV. These acquisitions have meant that these markets are now competitive and getting more competitive. I am happy for you to check in with your colleagues in those markets to confirm this.

Secondly, the key issue in any mergers approval process is the impact on competition. Will competition be lessened in the relevant product market? This is the issue. There was no lessening of competition in these Digicel transactions because Digicel was not acquiring a competitor. Digicel was seeking to enter into new product markets and actually drive competition in those product markets. All required regulatory approvals were properly applied for and properly granted.

To put this in some context, the submarine fibre network that Digicel purchased last year has 3,000 Kms of sub-sea fibre. This submarine fibre network that this enlarged entity will own post-merger is over 42,000 Kms. This deal took over 10 months to receive all required regulatory approvals. This is despite the fact that the transaction involved no lessening of competition or elimination of competition.

Digicel’s deals were driven by a desire to compete; this merger here between Columbus and Cable and Wireless is about eliminating competition and creating a super monopoly; a key competitor is leaving the stage completely. This was not the case in any of these Digicel acquisitions in Cable TCC in Jamaica or in the Eastern Caribbean.

Again, the issue is what does this deal do to competition? If every acquisition was the same; then you would never need mergers approval processes at all. This is completely apples and oranges; this is another complete misdirection. Our deals clearly increased competition. This merger is taking players out of the market and is, quite clearing, reducing competition.

There really is only one question that concerns the people in this room that are charged with protecting competition and protecting the consumer and ensuring that the telecoms industry is vibrant and moves forward; not backwards. The question is; what do we do in the face of this merger to protect competition?

The answer is the big D; Divestiture. This is the answer. Cable and Wireless and Columbus will have duplicate fixed line, Cable TV and submarine fibre infrastructure in your markets if this deal is approved. If this merger is to be approved, Regulators in the region will have to insist on the conditions precedent that these duplicate assets are sold. This is what will preserve competition.

Why will LIME / FLOW need two networks in your markets anyway? I am not saying that they need to be sold to Digicel; but they do need to be sold to some third party so that competition can prevail. This is the only answer and the only effective solution. This spinning off of assets, as it can be known, happens time and time again in merger processes; particularly in Telecommunications. This is what is required to preserve competition; that the long and short of it. Divestiture is your answer.

The time to protect the consumer is now. The time to protect competition in the telecommunications industry in your market is now in the context of how you approach this merger and the conditions that you insist on applying. It will not be possibly to regulate this right after the event. As is the case with all mergers approvals frameworks, it is for the Regulator to highlight where the concerns exist. It is for the parties applying for the permission to merger that must put forward solutions to address these problems. I think we would all greatly benefit here this morning is Cable and Wireless and Columbus would talk about what solutions that are proposing to address your concerns. I would invite them to please do so.

Digicel is not saying that this merger cannot happen. We are not saying that the merger necessarily means Armageddon for the Caribbean telecoms industry. But the risks are huge. It is only with a comprehensive and thorough economics driven merger impact analysis and the imposition of proper approval conditions and safeguards that we can prevent our industry sliding back to the dark days of a monopoly services. Divestiture is your answer.

I am not asking anyone here to go about protect Digicel’s interests or to do what is right for Digicel per se. I am asking that all of you focus on the consumer and on the maintenance of real competition. All of the focus needs to be on the consumer. If you never lose sight of what is good for the consumer, then you will not go wrong. What we all know is that monopolies are not good for consumers. The memories of the people of the Caribbean are sharp enough not to want to ever go back to monopolies in telecommunications, least of all a Cable & Wireless monopoly. But this is the challenge that we all face here this morning.

I know that our team at Digicel have engaged with all of you in this process to date. I have asked all of them to engage with every Regulator and appropriate body in a constructive and responsible manner. I have asked our team to provide each affected country with a detailed brief of all the product markets and what we believe the impact of the proposed merger will be in those markets and what steps are needed to foster competition. These country specific briefs will be supplemented by independent expert economic analysis provided by one of the world’s leading authorities on telecommunications. I would respectfully ask that each of you would give some consideration to these documents as relevant to your own markets.

As I have said, we need to deal in facts; and not these spurious propaganda LIME ‘fact sheets’ which have been doing the rounds. Making up statistics (which we have seen); setting about to deliberately misrepresent issues or engaging in misdirection manoeuvres has no place in this room. This is a room for serious business and the people in this room deserve to see the plain, unvarnished truth about what is being proposed here. Let’s please deal with the real issues and let’s front up to the challenges that we have to meet. The future of the telecoms industry in the Caribbean depends on it.

Thank you all very much for your kind attention here this morning.

________________________________________________________________________________________________________________________________

Presentation de Denis O'Brien , Chairman de la Digicel, aux organismes de réglementation lors d'une conférence spéciale tenue à l'Hôtel Cascadia (Trinidad) le 10 Décembre 2014 pour discuter de la réponse de la région à l'acquisition proposée de "Columbus Communications" par la " Cable and Wireless"

Ce discours a été publié par SWF Associés tard dans la journée du 10 décembre 2014 pour la consommation publique.

 Bonjour Messieurs les Ministres,  et bonjour à tous les invités venus de partout de la région des Caraïbes qui nous ont rejoints  aujourd'hui pour cette très importante discussion sur le projet de fusion de Cable and Wireless et Columbus. Tout d'abord, je tiens à remercier M. Selby Wilson, président de la CTU, et le personnel et les membres de la CTU pour avoir donné à la Digicel cette occasion de donner  son point de vue sur ce projet de fusion et sur les questions cruciales soulevées .
 
J'ai hâte d'entendre les points de vue de certains des autres opérateurs; et bien sûr de nos concurrents  Cable and Wireless et Columbus. J'attends certainement   la séance de questions pour plus tard ce matin. J'espère que nous pouvons tous profiter de l'avantage d'un bon et animé débat. Mais avec toutes les civilités.
 Personne dans cette salle aujourd'hui n'a le  moindre doute sur l'importance de ce projet de fusion. Personne ici n'a  aucun doute sur l'impact que cette fusion aura sur l'industrie des télécommunications des Caraïbes et bien sur sur l'économie en général dans toute la région des Caraïbes.

 Nous sommes ici à Port of Spain pour parler ici de la fusion d'entreprise la plus importante jamais produite dans la région dans toute l'industrie en général, pas seulement dans celle des télécoms. Les décisions qui seront prises par les Régulateurs, dont beaucoup sont présents dans cette salle, dans les prochains mois vont façonner le paysage des télécommunications dans la région pour la prochaine décennie et peut-être même au-delà.

L'importance du processus de fusion, de son examen et approbation qui est en cours ne peut pas être sous-estimée. Nous nous trouvons à un carrefour pour l'industrie. Nous devons tout simplement nous assurer que ce processus va dans le bon sens. Les conséquences d'une mauvaise décision dans le processus   sont trop difficiles à imaginer.

 L'industrie des télécommunications a le choix entre revenir en arrière aux temps  sombres du monopole des services de télécommunications des années  1990 ou s'engager dans la voie  de la concurrence dynamique  dans les décennies à venir. Aller de l'avant de façon positive ne peut se produire que là où il y a   une concurrence réelle et effective; chacun d'entre vous le sait.

 Cette préservation de la concurrence dans chacun de vos marchés doit être le but ultime. Par cela, nous voulons dire une concurrence réelle;   pas seulement une simple promesse . Nous ne pouvons pas compter sur les propos rassurants du type  «tout va bien se passer dans la nuit».
 Nous sommes impliqués ici dans une affaire très sérieuse ce matin. Je comprends que cette discussion se déroule selon les règles de Chatham House; et je vous en félicite.

 Ce n'est pas un temps pour la filature ou pour les fanfaronnades ou  les statistiques peu fiables et non pertinentes . Ce n'est pas un temps pour brouiller délibérément les questions ou pour introduire des 'harengs rouges" (red herrings).  C'est une salle pleine de gens sérieux qui ont un grave devoir et le mandat de conduire ce secteur et nous devons, nous tous ici, agir en conséquence.

 Je sais que les medias accordent une grande importance aux activités relatives à cette fusion ;  c'est peut-être inévitable et ce n'est probablement pas tout à fait bien accueillie par tous ceux qui ont un travail important à faire. Je ne veux clarifier qu'une chose cependant; parce que je pense que c'est très important et cette question a été soulevée avec moi plusieurs fois.

 Dans la matinée que cet accord a été annoncé à Londres, nos amis de Cable and Wireless ont décidé de dire au monde que Digicel souffrait de «raisins aigres»( sour grapes). Cette déclaration a été faite immédiatement après que l'accord ait été annoncé; c'était bien sûr avant que Digicel ait la  possibilité d'examiner la fusion ou de dire quoi que ce soit à propos de l'affaire. C'est à dire donner une opinion bonne, mauvaise ou indifférente.


 Mais Cable and Wireless a pensé qu'il était approprié d'attaquer agressivement la Digicel avant qu'un mot ait été prononcé par nous. Je pense que c'était très malheureux et c'était vraiment abaisser le débat qu'on doit maintenir à un certain niveau.
Oui, la Digicel s'etait engagée dans un processus confidentiel relatif à la  possibilité d'acquérir Columbus il y a plusieurs mois; cela  se passe dans l'entreprise tout le temps. Ce que nous ne attendions pas, c'est que cette confidentialité serait manifestement violée après l'événement dans un effort pour obtenir un certain avantage au niveau de la perception.
Nous ne nous attendions pas à voir que la partie avec laquelle nous avons signé  des accords de non-divulgation ( non disclosure agreements) se presenter et parler de nous d'une manière agressive devant les caméras le matin même qu'elle annonce un accord avec quelqu'un d'autre.
 
Après avoir été attaqué d'une manière concertée et preventive; nous avions tout simplement pas d'autre choix que de clarifier notre position publiquement. Je veux être  clair à ce sujet pour vous tous. Il n'y a pas de " raisins verts" ou quelque chose du genre de notre part; loin de là. La vérité, c'est que nous avons fait une appréciation du prix  de Columbus . Il semblerait Cable and Wireless était prêt à payer une prime très significative sur ce prix. Il est clair pour moi que cette prime reflète le fait que cette fusion présente une option de création de monopole  qui ne serait pas réalisable avec la  Digicel.
 
Il a également été suggéré que Digicel aurait été heureux d'acquérir Columbus et que en quelque sorte notre position actuelle sur la nécessité d'une surveillance complète et réglementaire du processus de fusion et d'approbation de l'accord Cable and Wireless serait indigne et méprisable - c'est le sens du terme " raisins aigres".
 
Peut-être c'est pourquoi Cable and Wireless et Columbus ont lancé cette manœuvre offensive de «raisins aigres" , de toute évidence hors contexte; C'était un jeu stratégique visant à convaincre les régulateurs en quelque sorte que nous devrions être ignorés. Mais cette attaque de 'raisins aigres' n'est tout simplement pas à la hauteur. La diminution de la concurrence sur les marchés de produits spécifiques que vous voyez maintenant dans la fusion Cable and Wireless / Columbus est très différente  de celle  qui aurait existé avec tout accord Digicel / Columbus.
 
Les chevauchements horizontaux entre Columbus / Câble and Wireless dans les principaux marchés de produits d'accès large bande, les services de téléphonie fixe et de la télévision par câble sont tres éloignés  de ceux qui seraient impliqués si Digicel, qui est avant tout un opérateur de téléphonie mobile aujourd'hui, devait acquérir Columbus.
 
Je sais que les gens dans cette salle sont trop expérimentés et trop bien informés sur les marchés de produits distincts de télécommunications des Caraïbes généralement  pour se laisser tromper de cette manière. Dire que la fusion entre Digicel et Columbus serait exactement la même que la fusion entre Cable and Wireless et Columbus est en fait prendre une position ridicule.
 
Je pense que vous pouvez tous voir la stratégie  mal conçu qui a été déployé ;  tout est basé sur une manœuvre fondamentale de diversion. Cela ne veut pas dire que toute acquisition par la Digicel de Colombus n'aurait pas mérité l'examen réglementaire; bien sûr, il l'aurait  mérité. Cependant Nous  n'aurions certainement pas allé publiquement  chercher à dicter des délais ridicules aux organismes de réglementation régionaux . Nous n'aurions certainement pas dit à  ECTEL  et  à la OECO qu'ils  n'avaient aucun rôle à jouer dans tous les cas et que nous allions conclure l'affaire indépendamment de leurs objections ou autrement.

 Nous sommes ici ce matin pour traiter des faits et des preuves objectives. Nous sommes ici pour parler de la fusion qui était sur la table; pas la fusion qui pourrait éventuellement, dans certains univers parallèle, avoir été mise sur la table ou d'une fusion qui s'est passée il y a 5 ans. Ne soyons pas les victimes de régimes élaborés de diversion. Vous, en tant que régulateurs, aurez sans doute à parcourir le déluge d'informations qui vous sont présentées et chercher à distinguer les faits de la fiction; d'identifier la substance à côté du détail. Même dans un secteur où les relations publiques   peuvent être banales, j' ai été très surpris par l'audace  de certaines des revendications mal fondées qui ont été faites autour de cette affaire. C'est le sénateur américain Hiram Johnson qui a dit au lendemain de la Première Guerre mondiale que «... .la première victime de la guerre est la vérité .... '. Il semble que Cable and Wireless et Columbus ont décidé que l'annonce de leur accord le 6 Novembre était une déclaration de guerre; Je ne sais pas si c'est une déclaration de guerre à la concurrence dans la région; ou une déclaration de guerre au consommateurs des Caraïbes ou à la Digicel peut-être; mais la vérité semble avoir été sacrifié très tôt dans ce débat qui est très regrettable.
 
Occupons-nous de quelques faits incontestables ici. J'ai cinq faits pour vous; et occupons-nous de ces faits ici ce matin. Laissons l'imagination et l'écriture créative fiction à  l'extérieur de cette salle.
 
Fait n ° 1 Le projet de fusion conduira à une diminution très sensible de la concurrence dans au moins six marchés géographiques. La raison est parce que, Columbus est essentiellement  un concurrent direct  pour Cable and Wireless dans ces marchés.

 Ces marchés sont la Jamaïque, Trinidad, la Barbade, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines et la Grenade. Ce sont les marchés où l'impact clé de cette transaction proposée sera plus vivement ressenti par les consommateurs.
 
Fait n ° 2 Dans ces six marchés, le projet de fusion conduira à la création d'un monopole complet ou un quasi-monopole sur les marchés de détail ou des produits de consommation suivants: Accès Internet (à la fois commercial et résidentiel) Fixed Line Services Services de télévision par câble fondés sur les installations des services de TIC.
 
Vous savez tous que c'est vraiment le cas. Aucun montage de diaporamas fantaisistes ou camemberts asymétriques ne peut cacher ce que vous savez être la vérité évidente et pleine.
 L'accord, tel que présenté, signifie un monopole sur ces marchés clés de produits dans ces pays. Un concurrent majeur est sorti; la concurrence a été éliminée. C'est ce qui est proposé; purement et simplement C'est ce que cela signifie quand Cable and Wireless et Columbus disent à leurs investisseurs qu'ils agitent le mouchoir blanc  face à la concurrence des prix.
 
Fait n ° 3 Les Monopoles conduisent presque toujours à des prix plus élevés, des services médiocres, des niveaux inférieurs de l'innovation et une réduction des investissements. Nous serons de retour aux années 1980 ou 1990. C'est aussi vrai aujourd'hui comme cela était quand le célèbre économiste Adam Smith écrivait la richesse des nations, il y a près de 250 ans. Personne ne peut raisonnablement entrer dans cette chambre et essayer de vous vendre l'idée que les monopoles sont bons pour les consommateurs ou pour l'industrie en général. Les Monopoles ne servent qu'aux monopoleurs.
 
Fait n ° 4 L'accord proposé va conduire à une mainmise presque totale sur la fibre sous-marin / connectivité internationale dans toute la région des Caraïbes. En Jamaïque seulement, cette entité de fusion sera propriétaire des 4 câbles de fibres sous-marins qui vont dans le pays. C'est moins facile à comprendre par les consommateurs étant donné que c'est un service de gros; mais il est en fait extrêmement important pour les consommateurs .
 
La connectivité internationale est une des   principaux coûts entrants dans la fourniture de services de télécommunications. Cet accord permettra à Columbus et Cable and Wireless de terminer le trafic de leur concurrent dans la fourniture de la capacité internationale dans toute la région. L'impact , ce sera probablement très significatif en termes de coût de la fourniture des services de télécommunications.
 
Fait n ° 5 Cable and Wireless a été publiquement identifié comme ayant secrètement donné accès à des gouvernements étrangers et aux organismes de sécurité étrangers aux systèmes de fibres sous-marin en vertu d'une entente commerciale pour laquelle Câble and Wireless a été payé par des millions de livres sterling. Cet accès a été utilisé essentiellement pour espionnage sur les gouvernements et les citoyens dans de nombreux pays à travers le monde. Il a été rapporté que les installations comprises dans ces arrangements secrets d'espionnage étaient aussi drs câbles sous-marins de fibre dans la région des Caraïbes; y compris une fibre sous-marine entre les îles Caïmans et la Jamaïque.

 Si quelqu'un veut venir ici et contester ces cinq faits, alors je serais très heureux d'écouter son point de vue. Mais ce sont les questions que nous devons débattre et considérer ici ce matin. Vous avez sans doute entendu beaucoup (et ce sera probablement le cas ici plus tard ce matin) sur une apparente nouvelle domination de Digicel dans la région. Eh bien, j'ai su depuis quelque temps que Digicel est le principal fournisseur de services mobiles dans la région des Caraïbes et je serai reconnaissant que M. Bentley vienne confirmer cela publiquement pour la première fois. Cette confirmation serait   un revirement complet de la part de Cable and Wireless qui  , jusqu'à très récemment, en effet, disait qu'il était toujours le premier opérateur de téléphonie mobile dans les Caraïbes. Il chante une mélodie très différent maintenant , semble t-il. Ce discours sur la taille de Digicel dans le marché du mobile à travers le monde est une directive erronée complète. Quelle est la pertinence qu'une question comme la suivante peut  presenter dans cette discussion ce matin :  combien d'abonnés nous avons en Papouasie-Nouvelle-Guinée ou combien nous avons à Fidji?

 Dans les marchés qui sont affectés ici, dans cette région, Digicel et Cable and Wireless sont en concurrence agressive sur le marché mobile et la bataille pour la part de marché est toujours très forte. En effet, Cable and Wireless a  récemment annoncé triomphalement qu'il prend des parts de marché dans celles du mobile de la Digicel. Les choses ne peuvent pas donc être trop mauvais pour le Câble and Wireless si c'est le cas. Ce n'est pas à propos de la création d'un monopole sur le marché de produits mobiles. Les marchés de produits ici qui sont  concernés par ce nouveau et super monopole  proposé sont l'accès Internet haut débit, la télévision par câble, services de téléphonie fixe et les réseaux de fibres sous-marin (un service de gros principalement ).
 
C'est ce dont nous avons besoin de nous préoccuper  ce matin. J'ai aussi entendu l'argument  que la Digicel est en concurrence sur le marché large bande en utilisant son réseau mobile. C'est tout à fait trompeur,  ici comme tout le monde sait les vitesses du réseau mobile  sont limitées par rapport à l'accès en ligne à large bande fixe. Mobile Broadband et Broadband fixe sont des produits différents et sont utilisés différemment par les consommateurs. Encore une fois, vous devez comprendre les marchés de produits avant de pouvoir évaluer des question telles que celles des monopoles.

 Cette notion que Cable and Wireless et Columbus devraient être autorisés à créer des monopoles complets dans l'accès haut débit, service de ligne fixe et la télévision par câble dans la région simplement parce LIME a, au fil du temps, glissé derrière Digicel dans le marché mobile est une absurdité complète. Quel que soit le poids des relations publiques  , ce genre de logique loufoque  ne devrait pas être apporté dans cette salle. Nous avons besoin de nous attaquer aux vrais problèmes et ne pas se laisser entraîner dans les mauvaises herbes de la non-pertinence de ceux qui veulent éviter les vraies questions.
 
J'ai également noté certaines références  sur  l'acquisition de Digicel/Claro  faite il y  quelques années. Encore une fois, il semble que il y a ceux qui préfèrent parler de Digicel, ou parler d'autre chose en effet, plutôt que de parler des questions réelles et dures présentés dans cette  affaire de fusion Câble and Wireless/Columbus. La Digicel est entrée dans un accord avec Claro il y a  un certain nombre d'années où Digicel a conclu un accord pour vendre ses activités au Honduras et El Salvador à Claro; et a acquis les activités de Claro en Jamaïque. En tant que tel, il y avait un marché unique des Caraïbes à être affecté. Comme c'est arrivé, le régulateur à El Salvador a refusé d'approuver la transaction sur leur marché. En tant que tel, à ce jour, Digicel continue de fonctionner en El Salvador. C'est un exemple de la puissance que les régulateurs ont en la matière quand il s'agit d'évaluer les fusions. Bien que Digicel reste le plus grand joueur, la concurrence sur le marché mobile jamaïcain reste dynamique. Ces références à la fusion de Claro  révèlent donc  encore une autre tentative erronée. Il y a   vraiment rien à ajouter à la tâche qui incombe à vous tous ici aujourd'hui et au cours des prochains mois. Je dois aussi souligner que l'approbation réglementaire requise en Jamaïque pour cette opération Claro a pris plus de huit mois . C'est le délai normal pour ces questions. Je ne comprends pas tout simplement  comment Cable and Wireless et Columbus pensent qu'ils peuvent dicter des échéances aux régulateurs régionaux dans le contexte de ce projet de fusion. Ce n' est pas aux  candidats à la fusion de dire à tous les organismes de réglementation à travers les Caraïbes combien de temps ils ont à faire leur travail. Je suis sûr que ces partis ne chercheraient pas à dire la FCC aux États-Unis ou l'OFCOM dans le Royaume-Uni comment faire leur travail ou combien de temps ils devaient le faire. Je  ne comprends pas du tout non plus la position prise publiquement  qui voudrait faire croire que les régulateurs des marchés de l'ECTEL peuvent être évités ou ignorés complètement dans ce processus. Encore une fois, les véritables enjeux ici sont la création d'un quasi-monopole dans l'accès Internet haut débit, télévision par câble et l'abonnement des services de téléphonie fixe; ainsi  que l'accès de la fibre sous-marin. Ce sont les marchés de produits qui sont extrêmement touchés par cette affaire. Les questions soulevées dans ces marchés de produits ne peuvent pas être traitées en pleurnichant  après avoir perdu la première place au profit de la Digicel dans le marché mobile concurrentiel. Le marché mobile est, au mieux, tangent aux questions clés ici. Vous ne pouvez pas, sérieusement, aller à un organisme de réglementation et dire «bien, j'ai glissé derrière un peu dans un marché hautement concurrentiel après avoir eu un monopole pendant des décennies; pouvez-vous me redonner mon monopole maintenant dans les autres marchés de produits clés pour compenser cela? . Vous avez seulement besoin de prendre du recul et de regarder la logique de cette proposition pendant une seconde pour voir comment il est stupide. J'ai également noté les références faites  à certaines acquisitions réalisées par Digicel au cours des dernières années; comme si d'une certaine manière, cela équivaut en quelque sorte à ce que Colomb et Cable and Wireless proposent maintenant avec ce 3 milliards de dollars de fusion.

Ces références méritent quelques brefs commentaires : Digicel a récemment acquis les opérations de télévision par câble en Jamaïque (Telstar), Anguilla, Montserrat et Nevis (CCCH) et à la Dominique (SAT). Nous avons également acquis un réseau de fibres sous-marin dans la région des Caraïbes orientales connu comme GCN. Le premier point que je voudrais faire, c'est que la valeur combinée de ces récentes acquisitions de Digicel équivaut à une simple fraction de la transaction Columbus / Cable and Wireless; en fait moins de 5%. Donc, vous devez tenir compte de l'échelle.

 Nous sommes très heureux de ces investissements, et nous faisons de notre mieux pour réaliser leur potentiel; mais delà à  les assimiler en quelque sorte en termes d'échelle à ce qui est proposé ici,  ce 3 milliards de dollars US fusion, est absurde à l'extrême. C'était tous de très petites acquisitions et en rien du tout comparable à la taille, l'échelle ou l'étendue régionale de ce qui est proposé ici par Columbus et Cable and Wireless. En fait, ce que nous avons fait, c'est apporter une réelle concurrence à Cable and Wireless dans ces pays dans les marchés de produits d'accès haut débit et de télévision par câble. Ces acquisitions ont fait que ces marchés sont maintenant  plus concurrentiels. Je suis heureux que vous puissiez  vérifier avec vos collègues sur ces marchés pour le confirmer. Deuxièmement, la question clé dans tout processus d'approbation des fusions est l'impact sur la concurrence. La concurrence  diminuera t-elle sur le marché de ces produits ? C'est  la question qu'il faut se poser. Il n'y avait aucune diminution de la concurrence dans ces transactions parce Digicel n'a pas fait l'acquisition d'un concurrent . Digicel a été cherchée à entrer sur de nouveaux marchés de produits et de fait stimuler la concurrence sur les marchés de produits. Toutes les approbations réglementaires nécessaires ont été correctement appliquées et dûment accordées. Pour mettre cela dans un certain contexte, le réseau de fibre optique sous-marin qui Digicel a acheté l'année dernière a 3000 km de fibre sous-marine. Ce réseau de fibres sous-marin que cette entité élargie détiendra après la fusion proposée est plus 42 000 Kms. Cet accord a pris plus de 10 mois pour recevoir toutes les approbations réglementaires requises. Ceci en dépit du fait que l'opération ne comportait aucun diminution de la concurrence ou l'élimination de la concurrence. Les offres du Digicel ont été entraînées par un désir de rivaliser; cette fusion ici entre Columbus et Cable and Wireless veut  éliminer la concurrence et la création d'un super-monopole; un concurrent clé quitte complètement la scène. Ce n'etait pas le cas dans aucun de ces acquisitions Digicel à Cable TCC en Jamaïque ou dans les Caraïbes orientales. Encore une fois, la question est la suivante: 
Qu'est-ce que cette transaction fait à la concurrence?
 Si chaque acquisition était la même; alors vous n'aurez jamais besoin d'un processus d'approbation de la fusion du tout. C'est complètement différent; c'est une autre mauvaise orientation . Nos offres font croître la concurrence . Cette fusion prend des joueurs sur le marché en réduisant la concurrence. Il n'y a vraiment qu'une seule question qui concerne les gens dans cette salle qui sont chargés de protéger la concurrence et protéger le consommateur et d'assurer que l'industrie des télécommunications soit dynamique et se déplace vers l'avant; pas en arrière. La question est : que faisons-nous face a cette  fusion pour protéger la concurrence? La réponse est la Cession. C'est la réponse. Cable and Wireless et Columbus auront en double  ligne fixe, télévision par câble et de l'infrastructure de fibre sous-marin dans vos marchés si cet accord est approuvé. Si cette fusion doit être approuvée, régulateurs de la région devront insister sur les conditions préalables pour ces actifs en double soient vendus . C'est ce qui permettra de préserver la concurrence. Pourquoi LIME / FLUX aura besoin de deux réseaux dans vos marchés de toute façon? Je ne dis pas qu'ils doivent être vendus à Digicel; mais ils ne doivent être vendus à un tiers afin que la concurrence puisse prévaloir. C'est la seule réponse et la seule solution efficace. Cette filialisation des actifs, car il peut être connu, se produit maintes et maintes fois dans les processus de fusion; en particulier dans les télécommunications. C'est ce qui est nécessaire pour préserver la concurrence; à court et long terme. Cession est votre réponse. Le temps de protéger le consommateur est maintenant. Le temps de protéger la concurrence dans l'industrie des télécommunications dans votre marché est maintenant. Cela dépendra  de la façon dont vous vous approchez  cette fusion et les conditions que vous insisterez pour l'application. Il ne sera pas possible de réglementer ce droit après la fusion. Comme c'est le cas avec tous les cadres  d'approbation de fusion, il est du devoir du régulateur de mettre en surbrillance où les préoccupations existent.
 
Il revient aux  personnes qui demandent la permission de faire une fusion de proposer des solutions pour résoudre ces problèmes. Je pense que nous serions tous contents de pouvoir en bénéficier ici ce matin si Cable and Wireless et Columbus étaient capable de parler  des solutions qu'ils proposent afin de répondre à vos préoccupations. Je les invite à le faire s'il vous plaît. Digicel ne dit pas que cette fusion ne peut pas arriver. Nous ne disons pas que la fusion signifie nécessairement Armageddon pour l'industrie des télécommunications des Caraïbes. Mais les risques sont énormes. C'est seulement avec une économie axée sur une analyse exhaustive et approfondie de l'impact de la fusion et l'imposition de conditions et de garanties d'approbation appropriées que nous pouvons empêcher notre industrie de glisser en arrière vers les jours sombres du monopole dans les services de télécommunications. Cession est votre réponse. Je ne demande à personne ici  d'aller proteger   des intérêts de la Digicel ou pour faire ce qui est bon pour la Digicel en soi. Je demande à chacun de vous de se concentrer sur le consommateur et sur le maintien d'une concurrence réelle. Tout l'accent doit être mis sur le consommateur. Si vous ne perdez jamais de vue ce qui est bon pour le consommateur, alors vous ne vous tromperez pas.
 
Ce que nous savons tous, c'est que les monopoles ne sont pas bons pour les consommateurs. Les souvenirs du peuple des Caraïbes sont assez tranchants pour vouloir ne jamais revenir à des monopoles dans les télécommunications, et surtout pas un monopole Cable & Wireless. Mais c'est le défi  auquel que nous sommes tous confrontés ici ce matin.
 
Je sais que notre équipe chez Digicel s'est engagée avec vous tous dans ce processus à ce jour. J'ai  demandé à chacun des membres de l'équipe Digicel de  s'engager avec chaque organisme de réglementation et organisme approprié, de manière constructive et responsable. J'ai demandé à notre équipe de fournir à chaque pays touché par cette fusion  un rapport  détaillé de tous les marchés de produits et présenter ce que nous croyons que l'impact de la fusion proposée sera dans ces marchés et quelles mesures sont nécessaires pour favoriser la concurrence. Ces mémoires spécifiques de pays seront complétées par l'analyse économique d' experts indépendants fourni par l'une des principales autorités du monde sur les télécommunications. Je voudrais respectueusement demander que chacun donne une certaine considération à ces documents pertinents relatifs à vos propres marchés.
 
Comme je l'ai dit, nous devons faire face à des faits; et non à ces parasites propagandes de LIME qui ont fait le tour de la salle. Presenter des statistiques (que nous avons vu) c'est vouloir déformer délibérément certaines questions ou de se livrer à des manœuvres de détournement qui n'ont pas leur place dans cette salle. C'est une chambre pour les affaires graves et les personnes dans cette salle méritent de voir  la vérité sans fard sur ce qui est proposé ici.
 
Nous devons nous attaquer  aux vrais problèmes et nous allons au devant des défis que nous devons relever. L'avenir de l'industrie des télécommunications dans les Caraïbes en dépend.
 
Je vous remercie  beaucoup pour votre aimable attention ici ce matin.

 

 



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0