Google+
Accueil | Ranmasse | "Si Moyse a raison, l'étranger aura réussi à placer un des leurs au pouvoir pour mieux asseoir sa mainmise" déclare le sénateur William Jeanty

"Si Moyse a raison, l'étranger aura réussi à placer un des leurs au pouvoir pour mieux asseoir sa mainmise" déclare le sénateur William Jeanty

Taille de la police: Decrease font Enlarge font

La bombe du sénateur Moyse Jean Charles larguée récemment sur le pays concernant une ou des nationalités étrangères supposées du président Martelly continue de faire des vagues et d'alimenter les chroniques. Ranmase de samedi dernier n'a pas échappé à la règle et les opinions des invités étaient invariablement les mêmes : "si ça se confirme, on aura franchi le rubicon et l'on pourra dire bonjour la catastrophe", avertit le juriste Levelt Dorcil qui en a profité pour s'en prendre à ceux qui veulent clouer le sénateur Jn Charles au pilori et son entêtement à vouloir défier le chef de l'Etat sur ses points faibles:
"Cessez de répandre que Moyse peut être poursuivi en justice s'il se révèle qu'il avait tort dans ses accusations, la loi et la Constitution sont avec lui et il est en plein dans le champ de ses compétences et de ses responsabilités quand il provoque ce débat", a encore dit Me Dorcil appuyé par Me Osner Fevry qui a rappelé les dispositions  de la Charte fondamentale protégeant le parlementaire dans l'exercice de ses fonctions. Me Fevry en a profité pour prodiguer quelques conseils à la commission sénatoriale d'enquête sur la nationalité du président Martelly et de ses ministres ciblés: "Aux États-Unis, une telle enquête ne doit pas être trop difficile étant donné que le concerné a acheté des maisons, réalisé des transactions où son nom et sa citoyenneté sont apparus". Osner Fevry doute toutefois que la commission puisse aller jusqu'au bout dans cette affaire  en raison des suspicions qui pèsent  sur la nationalité de quelques parlementaires.


Le sénateur William Jeanty partage la même préoccupation que Me Fevry et déplore la faiblesse des institutions qui serait la seule explication à une telle impasse. Le parlementaire des Nippes estime que ce serait très grave pour le pays si cette affaire devait se révéler vraie. "La communauté internationale qui a organisé ses élections, proclamé ses résultats, pourrait alors se réjouir d'avoir installé un des leurs au Timon des affaires de l'Etat", s'est emporté le sénateur Jeanty.

L'ancien recteur Pierre Marie Paquiot croit qu'il est de bonne guerre que le sénateur Jn Charles ait provoqué le débat sur un sujet aussi crucial que nécessaire car, dit-il, on ne peut se permettre d'avoir un étranger au pouvoir. Un vif échange a ensuite été enregistré entre le sénateur Jeanty, membre de la commission d'enquête sur les élections qui a recommandé des poursuites judiciaires à l'encontre des conseillers électoraux et Me Osner Fevry, avocat de Gaillot Dorsainvil qui s'est emporté contre ce rapport qui comporterait, selon le juriste, de nombreuses failles techniques. De même, un débat sur l'université avec les modalités de la gestion du Campus de la nouvelle Université  Henri Christophe de Limonade et de l'entité qui devrait en avoir la charge a aussi été ouverte à cette émission de Ranmase.  Pierre Marie Paquiot  et Me Osner Fevry avaient du mal à se mettre d'accord sur tous les points discutés.

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0