Google+
Accueil | Ranmasse | "La démission de Marie Carmelle Jn-Marie est un tsunami politique", Himmler Rébu

"La démission de Marie Carmelle Jn-Marie est un tsunami politique", Himmler Rébu

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Ranmase du 13 Avril - Colonel Rébu

L'ancien Officier des Forces Armées d'Haiti considère comme un fait extrêmement grave le départ cette semaine du gouvernement de la ministre des Finances arguant que si sa lettre était rédigée en créole, c'est-a-dire dans une langue et un style accessibles à tout le monde, elle provoquerait, à coup sûre, un tsunami politique tant les accusations de celle qui détenait la réalité des Finances publiques et des pratiques obsolètes des transactions douteuses du pouvoir lui paraissent graves. Sauveur Pierre est encore plus direct et s'est appuyé sur un article du quotidien floridien Miami Herald pour dénoncer une gestion neo-matrimoniale du pouvoir avec un couple présidentiel qui confond trop souvent les biens de l'Etat avec ses propres ressources personnelles. "Si Martelly grossit les chiffres pour parler de 400.000 emplois créés, c'est dans le but très précis de justifier les millions qu'il a détournés à ses propres profits comme par exemple les 1.5 mds de dollars laissés au départ de Préval dans les réserves stratégiques de la banque centrale et qui, comme par magie, sont réduits à un pot de chagrin (600 mns seulement)".
http://radiotelevisioncaraibes.com
 Le coordonnateur de l'Organisation du Peuple en Lutte indique par ailleurs que les mensonges du président Martelly font énormément de tort aux malheureux qui ont l'habitude de recevoir un petit transfert de leurs proches à l'étranger. "Ceux-ci, dupés par cette affaire d'emplois créés, ne veulent plus envoyer de l'argent au pays, accusant les proches restés sur place de paresseux qui ne veulent pas bénéficier des opportunités offertes par le Chef de l'Etat pour rentrer sur le marché du travail". Lucien Jura, le porte-parole de la présidence a essayé de jouer sur une éventuelle contradiction qui aurait existé entre les différents secteurs de l'opposition en arguant que "l'opposition est en opposition à elle-même" quand il a été porté à son souvenir par Me René Julien que le pouvoir ne fait pas mieux avec deux ministres qui ont démissionné dans l'espace de deux jours avec des sous-entendus qui ne laissent aucune garantie sur la cohésion nécessaire au sein d'une équipe dirigeante. Intervenant sur la démission de Mme Jn Marie, M. Jura a eu des mots gentils à l'endroit de la ministre des Finances tout comme pour Régine Godefroy et a indiqué dans le cas de la première que le chef de l'Etat était tout aussi surpris que la population car, les relations étaient toujours cordiales. Himmler Rébu était choqué lui-même de constater par les révélations du porte-parole qu'il n'y a aucun commandant à bord du bateau (allusion au pays): "Comment une autorité aussi importante qu'une ministre des Finances puisse endurer des difficultés de collaboration aussi graves que celles qu'elles a rapportées dans sa lettre au point de tirer sa révérence sans que le moindre soupçon n'ait attiré l'attention du président de la République", s'est offusqué le dirigeant du GREH qui en a profité pour dénoncer la retransmission en direct des conseils de gouvernement et des ministres . "Ces derniers sont comme des enfants à l'Ecole maternelle qui répondent aux questions du président ou du premier ministre sous les yeux rivés sur le petit écran de leur femme ou mari et des enfants restés à la maison; ceci est inadmissible".

Les tentatives de Lucien Jura et du porte-parole du premier ministre (Kedler Augustin au téléphone) pour justifier cette nouveauté en arguant qu'elle répond à un souci de transparence du pouvoir n'ont rien pu changer; le panel à l'unisson a aussi dénoncé la méthode. Agronome Michel William, en voulant diaboliser Mie Carmelle Jn Marie, sans doute pour plaire au président de la République, a provoqué une véritable tempête quand il a accusé l'ancienne ministre d'avoir favorisé le "Groupe Croissance" dont elle était un membre associé, dit-il, par l'octroi de plusieurs contrats d'Etudes. Kesner Pharel, le PDG du groupe (au téléphone) a menacé d'attaquer l'intéressé au tribunal car, dit-il, il n'a pas signé un seul contrat avec le ministère sous Mme Jn Marie. Le panel s'en est aussi pris à l'agronome William qui a du rentrer ses accusations. Dans le style-humour qu'on lui connaît, l'ancien sénateur Anacasis Jn Hector a fait part de sa déception face au pouvoir Martelly qui était arrivé avec la promesse de changement et qui se signale plutôt par la corruption, la propagande (sur des projets initiés par Préval) et le népotisme. "J'aimerais bien qu'il termine son mandat; ce devrait être le souhait de tout démocrate mais, si le peuple se soulève et lui demande de partir, j'aurai considéré que c'est par sa faute et je ne pourrai rien faire contre", a indiqué M, Jn Hector imité par les dirigeants de l'opposition du panel notamment par l'ancien sénateur Eddy Bastien, nouveau porte-parole du KID qui a un comité provisoire toujours dirigé par Evens Paul. M. Bastien a révélé toute une série de dérives dont le pouvoir s'est rendu coupable pour indiquer finalement que le KID n'est pas en face du pouvoir, c'est plutôt celui-ci qui est en face du KID.         

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
2.33