Google+
Accueil | Ranmasse | ‘’Le CSPJ doit prouver dans le dossier de Lamarre Bélizaire qu’il n’est pas l’esclave du président Martelly’’, Me Samuel Madistin

‘’Le CSPJ doit prouver dans le dossier de Lamarre Bélizaire qu’il n’est pas l’esclave du président Martelly’’, Me Samuel Madistin

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Fednel Bazile, Hugues Celestin,Lucien Jura,Samuel Madistin, Kedlaire Augustin, Himmler Rebu,Jean Monard Metellus (Photo par Wilner Saint Val)

Le juriste est imperturbable : Le conseil supérieur du pouvoir judiciaire doit se rappeler qu’il avait sorti une circulaire pour demander aux chefs de juridiction de surseoir sur toute installation qui n’aura pas été approuvée par le conseil ; or, dans le cas du juge Bélizaire, la loi portant création de la Magistrature a été violée et ce juge n’a rien à faire dans le système. Samuel Madistin qui était très critique à l’encontre du juge Lamarre Bélizaire soutient que celui-ci est un instrument au service du pouvoir Martelly et qu’il est aux services du ministre de la justice, Jean Renel Sanon. http://radiotelevisioncaraibes.com

« Le dossier fomenté pour André Michel est un dossier vide et le pays entier le sait ; Lamarre Bélizaire répond tout simplement aux appétits démesurés d’un chef qui apprend le métier de dictateur », a indiqué le juriste qui a aussi justifié son refus de se présenter devant le commissaire du gouvernement par devant lequel il avait pourtant porté plainte dans le cadre du dossier du décès du juge Jean Serge Joseph.  Le colonel Himmler Rébu est aussi d’avis que le dossier de Me André Michel est éminemment politique et qu’on cherche à réduire au silence un opposant déclaré au président de la République. « Martelly est entré dans une spirale et il ne pourra vraisemblablement pas la freiner depuis le jour où il avait décidé de sortir un arrêté illégal pour nommer sa femme et son fils dans des postes de responsabilité », a dit l’ancien officier des Forces Armées d’Haïti qui conseille au pouvoir d’utiliser la pêche tendue par Me Madistin en utilisant le CSPJ pour éteindre l’incendie qu’il a allumé dans le dossier de Me André Michel (Le CSPJ pourra contester la légalité de la nomination du juge Bélizaire en le révoquant). Sur ce dossier, l’ancien député de Limonade/Quartier Morin, Hugue Célestin estime que Me Michel a eu le malheur de se trouver dans l’œil du cyclone Martelly dans son projet d’empêcher à cette clique aux teints clairs d’accumuler les richesses du pays. « Aujourd’hui, c’est André Michel, demain, ça peut être n’importe quel autre démocrate ; un leader de l’Opposition ou un journaliste ; alors, tous on a intérêt à se serrer les ceintures pour contrecarrer la vague de répression qui s’annonce», a dit Hugue Célestin. http://radiotelevisioncaraibes.com

Les deux représentants du pouvoir à l’émission ont été extrêmement prudents sur ce dossier. Me Kedler Augustin, en sa qualité de membre du conseil de l’Ordre du Barreau se trouvait dans le dilemme de ne pas appuyer une injustice contre un collègue avocat et en même temps en sa qualité de porte-parole du premier ministre, il ne peut ouvertement désapprouver un juge du système qui a décidé d’arrêter un avocat doublé de militance politique. Finallement, il s’est fendu d’un « Je suis solidaire de Me André Michel » qui a satisfait Me Madistin qui le pressurait justement sur ce point. Lucien Jura, lui préfère parler de l’indépendance du pouvoir judiciaire pour bien montrer qu’il a bien intérêt à ne pas s’immiscer dans cette question. L’ancien directeur de l’Information à Signal FM est revenu sur les ‘’avancées’’ de son pouvoir dans ce domaine, particulièrement la mise en place du CSPJ pour bien expliquer que l’Administration du président Martelly n’a aucun intérêt à « domestiquer » la justice comme les opposants l’ont souligné à l’émission. Dans le dossier à scandale du décès suspect du juge Jean Serge Joseph, Me Samuel Madistin a parlé de la maladresse du pouvoir qui préfère se complaire dans un tissu de mensonge au lieu d’expliquer pourquoi ils avaient décidé de rencontrer le juge. « Tout le personnel de l’appareil judiciaire à Port-au-Prince sait que la rencontre avait eu lieu ; le parking du ministère de la Planification peut contenir jusqu’à 80 véhicules, l’on voit mal comment le premier ministre et son cortège pourraient ils se trouver dans le parking du cabinet de Me Garry Lissade », a encore dit Me Madistin  qui dénonce la démagogie de Me Lucmane Delile, le commissaire du gouvernement dans l’enquête annoncée sur cette affaire. Me Kedler Augustin s’est lui-même évertué  à démontrer que le parlement n’a pas l’autorité de mener l’enquête dès lors que l’appareil judiciaire s’en est saisi. Himmler Rébu  prévoit des jours sombres pour ce pouvoir, particulièrement le mois de Novembre à venir.

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
2.67