-->
Accueil | Ranmase | "Un pays en Etat d'urgence et sous les eaux, ses chefs en week-end familial en Floride"

"Un pays en Etat d'urgence et sous les eaux, ses chefs en week-end familial en Floride"

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Jean Monard Metellus, Rudy Heriveaux, Lucien Jura, Patrice Dumont, Thomas Jacques, Wesner Emmanuel (Photo par Wilner Saint Val)

Le malaise du porte-parole de la présidence pour expliquer le déplacement à la cloche de bois du président Michel Joseph Martelly en Floride mercredi dernier (il est de retour ce dimanche) en dit long sur l'inconfort de toute l'équipe à justifier l'injustifiable, selon l'ancien sénateur Wesner Emmanuel. Lucien Jura aura beau clamer que M. Martelly, tout comme tout citoyen, a droit à sa vie privée ou qu'il n'aurait pas besoin d'émettre des communiqués pour expliquer ou informer de ses déplacements privés qu'il ne convaincra personne, en tout cas pas l'ancien sénateur Roody Heriveaux qui estime que M. Martelly ne s'appartient plus et qu'il ne peut se permettre de quitter le pays sans que la nation n'en soit informée. http://radiotelevisioncaraibes.com

Le professeur Patrice Dumont s'est lui-même étonné de l'étonnement du panel face à des comportements coutumiers de l'artiste-président qui nous a tellement habitués avec ces attitudes qui frisent souvent l'indécence et un manque de respect flagrant des notions élémentaires d'éthique en matière de gestion de l'Etat. "Un président qui se permet de se présenter à la cathédrale de Marchand Dessalines le jour-anniversaire de la mort de l'Empereur en jeans (abacot), chemise et bottes, pourquoi s'étonner qu'il ait choisi d'aller se la couler douce en famille en Floride alors que le peuple est sous la "graba" et s'inquiète pour son avenir avec ses plantations agricoles ravagées et des villes sous les eaux", s'est énervé l'ancien responsable de Communication de la campagne de Mme Manigat. D'ordinaire réservé et modéré, le professeur Wesner Emmanuel n'a pu s'empêcher de faire remarquer au porte-parole de la présidence qu'il était lui-même sous le choc quand il a entendu Jean-Monard Metellus annoncer que le président Martelly était en voyage sans que le pays ne soit mis au courant. "Cela ne peut pas se faire ainsi; tous les déplacements du chef doivent être annoncés et les motifs clairement définis", a dit l'ancien sénateur Emmanuel. Lucien Jura a tenté d'expliquer que son chef était tellement conscient de sa responsabilité qu'il avait antérieurement annulé une visite importante à Cuba pour accompagner le peuple dans ses péripéties liées au passage du cyclone Sandy aux larges du pays. "Maintenant qu'il a passé ses instructions et remettre charge à son chef de gouvernement pour les suivis, il peut partir tranquille pour la Floride pour son voyage privé", a dit Lucien Jura. Question du modérateur au porte-parole: "Ou se trouve pour le moment le premier ministre Laurent Lamothe M. Jura" ? Surpris et visiblement mal à l'aise, le porte-parole a répondu qu'il n'en sait rien; lui qui venait d'annoncer que le chef de la primature était en charge en absence du président Martelly. M. Metellus qui a cité une source de l'aéroport a appris à M. Jura et à la nation que le président Martelly avait laissé le pays mercredi et son premier ministre l'avait imité le lendemain (en fait, celui-ci ne passe presque jamais ses week-end au pays).

Silencieux sur cette question particulièrement délicate, le ministre Thomas Jacques (Agriculture) était particulièrement abondant lorsqu'il s'agissait d'évaluer les dégâts causés par Sandy sur le secteur agricole. 70% des plantations dans le grand Sud ont été détruites, a t-il et le No 1 de l'Agriculture est conscient des mois difficiles de famine à venir mais, il annonce des mesures gouvernementales pour y faire face en même temps qu'il a remercié certains pays comme le Venezuela qui ont accepté spontanément et généreusement d'apporter une assistance humanitaire et alimentaire d'urgence au pays. Lucien Jura est revenu sur la rhétorique habituelle avec son discours sur le programme de scolarisation universelle gratuite du président Martelly ou les cinq grands E. En choeur, Roody Hériveaux et Patrice Dumont ont crié à la mauvaise propagande. "C'est un colossal échec, allez questionner les gens dans les rues, 8/10 vous diront que les programmes du président Martelly ont échoué", a dit le Dr Hériveaux reconnaissant toutefois un certain mérite au pouvoir pour l'Etat de droit puisqu'il n'y a pas de persécutions politiques. Cependant, Patrice Dumont et le professeur Emmanuel contestent la concession faite par le sénateur Heriveaux au pouvoir arguant que l'Etat de droit ne peut se résumer  seulement à ce seul facteur et que sur les autres aspects le pouvoir a lamentablement échoué.

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
1.83