Accueil | Tele Caraibes 22 | Forum | Comment expliquer le très faible taux de participation aux dernières élections en Haïti ?

Comment expliquer le très faible taux de participation aux dernières élections en Haïti ?

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Dr Ricardo Augustin, Romel Pierre et Pierre Manigat Junior

Le Forum du samedi 4 février semble avoir offert – peut-être pour la première fois depuis leur démission du CEP de 2015 –, l’occasion aux conseillers Pierre Manigat Junior et DrRicardo Augustin de faire part, en direct, au public, outre dans leurs ouvrages respectifs, de leurs expériences au sein de cette instance électorale. Pendant presque toute la durée de l’émission, les deux invités, sans aucun regret ni amertume, se sont livrés au public pour parler de leur passage d’organisateurs des élections, de leur conception de la démocratie, et surtout pour débattre du très faible taux de participation aux élections dans le pays.

Pour répondre à cette question – qui constitue le thème de l’édition de ce samedi –, l’ancien vice-président du CEP de 2015, Pierre Manigat Junior, n’y va pas par quatre chemins. La faible participation populaire est liée, selon lui, à des questions d’ordre socio-économiques, démographiques, géographiques, à la crise flagrante de citoyenneté et d’espérance. Comment demander à des gens victimes de catastrophes naturelles, se retrouvant sans logement, n’ayant plus les moyens d’accéder aux soins de santé, d’aller voter lorsque les promesses électorales leur deviennent de moins en moins séductrices ? L’électorat semble de plus en plus désintéressé, sceptique sur la capacité des candidats à changer les choses ; les gens paraissent désillusionnés voire déçus des actions de leurs mandataires. Pour Pierre Manigat Junior – un véritable témoin, car pendant des années il a suivi, commenté et analysé les élections soit en tant que reporter soit en tant que rédacteur en chef –, cette faible participation populaire est aussi tributaire de la dégénérescence sociale, de la faillite de l’Etat, de la faiblesse du système politique, électoral, judiciaire. Il la fait remonter aux élections de janvier 88 qui avaient eu lieu après l’avortement dans le sang des joutes du 28 novembre 87, à moins de deux ans de la sortie de la dictature.  

Le Dr Ricardo Augustin voit plutôt dans cette faible participation la méfiance généralisée par rapport aux acteurs politiques et étatiques, laquelle semble nourrie de la mésinterprétation des informations, des méchancetés, des calomnies, des diffamations qui sont souvent proférées à leur encontre dans les medias et sur les réseaux sociaux. Ce qui porte davantage, malheureusement, les gens à être découragés de remplir leur devoir civique. Fort de ce constat alarmant, l’ancien trésorier du CEP de 2015 en appelle à beaucoup plus d’engagement et d’implication citoyens dans les élections. Il croit fermement que le changement  auquel aspirent les citoyens en est tributaire. Dans la même lignée, Ricardo Augustin estime que la rationalisation, la durabilité des partis politiques, la modernisation du vote, la dissociation du CEP du tribunal électoral aideraient, entre autres, à renforcer la confiance des électeurs, leur donneraient beaucoup plus d’engouement ou d’envie de remplir en masse leur droits.  

Mais pourquoi ces propositions n’ont-elles pas été appliquées lors de leur passage au CEP ? Le temps leur faisait défaut ! En effet, à leur arrivée en mars 2015, ils étaient pressés d’organiser en un temps record des élections qui n’avaient pas lieu alors depuis environ trois ans. A les en croire, ils ne pouvaient entamer aucune réforme au sein de l’appareil électoral, sinon de travailler sur le décret électoral à soumettre à l’Exécutif, aux partis politiques et à des acteurs non-étatiques impliqués dans les élections.

Malgré les pressions, les menaces affluant de toutes parts, les méchancetés dont ils ont été l’objet, les deux conseillers ont avoué à Forum avoir eu de grandes  expériences au sein du CEP de 2015. Si pour Pierre Manigat Junior l’expérience a été heureuse,  Ricardo Augustin l’estime pour sa part  enrichissante. Cela a permis à l’ancien vice-président de connaitre davantage les gens et les choses de notre pays et de s’engager encore. Pierre Manigat Junior s’est en effet dit déterminé à refaire cette même expérience si l’occasion lui en est encore offerte. Ricardo Augustin croit lui que son passage au CEP de 2015 lui a permis de grandir, de mûrir. Par ailleurs, ils affirment n’avoir représenté aucun secteur au CEP de 2015. Désignés par des secteurs respectifs (l’un par la presse  et l’autre par la Conférence épiscopale), ils disent pourtant y avoir été les représentants de l’Etat, et travailler pour leur pays selon leur foi, leur conception, leur vision des choses.         



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0