Accueil | Nouvelles | Culture | Carnaval 2014 : le verdict (Ticket Magazine)

Carnaval 2014 : le verdict (Ticket Magazine)

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Comme après chaque carnaval, Ticket publie son classement. Notre choix se base sur la performance, la sonorisation, l’animation des groupes et la réaction du public pendant les trois jours. Le carnaval national a réuni aux Gonaïves, les 2, 3 et 4 mars 2014, les formations les plus prisées de l’industrie musicale haïtienne parmi lesquelles se sont retrouvés des groupes qui ne devraient pas être sur le parcours.


 Pito l pat la

• BBM
En voici une mauvaise surprise ! Sorti de nulle part, ce groupe, qui ne figurait pas sur la liste officielle des groupes musicaux devant prendre part au défilé des trois jours gras, est tombé comme un cheveu sur la soupe. Ses différents refrains en faveur du président Martelly pourraient même faire croire qu’on était en plein dans une campagne électorale. Personne ne sait à partir de quels critères ce groupe a été retenu. Un seul indice : l’un de ses membres a été musicien de Sweet Micky.

Les plus mauvais

• Le Konpa
Non, Le Konpa pa pi move ! Le ramassis de slogans tirés de méringues et autres chansons populaires servi par le groupe de Gracia Delva n’a pas drainé la foule. Les propos grivois, dénigrants vis-à-vis des femmes notamment, qu’on retrouve généralement dans les Ti sourit, tenus par la bande du député, ont beaucoup plus choqué que plu. Encore une fois, Gracia et les siens n’auraient pas dû être du cortège carnavalesque.

• Compas au Féminin
Formation peu populaire avec une méringue encore moins connue, les dames de Compas au Féminin, bien que porteuses de messages positifs en faveur des femmes, n’ont pas réussi à s’imposer sur le parcours. Elles n’ont pas pu faire la différence ni avec un refrain ni avec un slogan ou encore une danse. Les femmes méritent mieux comme représentation.

• Simbie Xtra
Le parcours carnavalesque peut être un véritable cauchemar pour un débutant. Simbie Xtra en a fait l’expérience cette année. Peu populaire, le groupe, qui avait en prime hérité d’une très mauvaise sonorisation, n’a pas pu faire honneur à sa ville qui était sous les projecteurs. Gazzman, qui devait leur  prêter main-forte, ne s’est finalement pas manisfesté. Mais on doute fort que sa présence eût changé quoi que ce soit. Avec Simbie, l’âge semble n’avoir rien arrangé. Mais, au fait, quel Simbie était sur le parcours ? Le groupe de plus de 40 ans ou un nouveau-né formé à l’occasion du carnaval des Gonaïves ?

• Bèl Plezi
Les talents d’animateur de Black Easy n’ont pas suffi pour convaincre la foule des carnavaliers qui est restée sur sa faim. Bèl Plezi était porteur d’un beau projet, mais n’a malheureusement pas pu délivrer la marchandise. Dire que leur méringue et leur clip étaient très bons justifie encore une fois que le carnaval se passe sur le béton.

Les déceptions

• Kreyòl La
Ce n’était pas le Kreyòl La des grands jours. Le groupe, qui a dû se passer des services d’un de ses membres à la dernière minute, a eu beaucoup de mal à s’imposer. Ti-Djo, connu pour ses talents d’animateur, ne s’est pas non plus montré à la hauteur de sa réputation. La maladie subite du maestro Ansyto Mercier a pesé très lourd dans la balance. Son fils, T-Ansyto, a dû rester sur les claviers et son absence au haut du char a fait un grand tort au groupe.

• Vwadèzil
Il manque toujours cette connexion entre l’autoproclamé King Rabòday et le public. Bien que la méringue du groupe soit parmi les plus sollicitées cette année, Vwadèzil n’a pas pu combler toutes les attentes des carnavaliers qui, à bien des moments, se sont contentés de le regarder passer. Vwadèzil n’a pas encore acquis la maturité pour bien faire sur le béton.

• T-Micky
Les deux frères Martelly ont encore une fois partagé le même char. Mais, tout en étant très bien placés sur le parcours, avec en plus l’apport de Top Adlerman et de Roody Roodboy, ils n’ont malheureusement pas réussi à bien mener la danse. T-Micky prouve encore une fois que l’on peut tout avoir et ne pas réussir l’examen de passage du carnaval.

• Team Lòbèy
Entre playback flagrant et désagréable et différentes pannes sur le parcours, la bande à Pooh Bear n’a pas pu satisfaire toutes les attentes des fans qui ne demandaient pourtant qu’à faire du « lòbèy » avec le groupe. Définitivement, le carnaval est une campagne stratégique qui doit être bien planifiée et non une chance, un « lòbèy ».

• Chachou Boys
Très populaire au début des années 2000, Chachou Boys a hérité de la lourde tâche de représenter la ville des Gonaïves à cette édtion du carnaval national avec Simbie. Malgré le support des Gonaïviens, la bande à Dedjy Love n’a pas réussi à se distinguer. Chachou Boys a râté une occasion en or de ressuciter sa légende.

• Boukman Eksperyans
Le grand Boukman Eksperyans n’était pas au rendez-vous cette année. Le groupe a beaucoup souffert du manque de popularité de sa méringue et a d’ailleurs dû ressortir ses anciens succès pour survivre au défilé des trois jours gras. Boukman a fait un très mauvais pari et a récolté les fruits du tournant négocié par la bande à Lòlò.

Révélation

• K-Zino
De tous les nouveaux groupes qui ont pris part au défilé des trois jours gras, K-Zino est le seul à avoir réussi à tirer son épingle du jeu. Ils n’ont certes pas drainé la grande foule, mais leur animation relayée par une bonne sonorisation a tenu la route. Gérald et ses collègues ont sans doute appris de cette première participation et devraient pouvoir faire mieux s’ils sont retenus pour le carnaval des Fleurs.

Les bons

• T-Vice
Fidèle à sa réputation de mèt beton, le groupe T-Vice s’en est tenu à sa méringue 2014, qui n’était pourtant pas des plus populaires, pour mener à bien sa particiapation au carnaval. Très bonne sonorisation et animation de tonnerre, les Vice2K ont fait le bonheur des fans. Il lui manquait simplement l’euphorie suscitée par le voisin. Pour récupérer le titre de champion, il faut aux frères Martino une étincelle, un petit plus, un «elikoptè» tout neuf ou une autre faute de Shabba...

• Barikad Crew
Le phénomène Barikad s’est encore manifesté. Les poulains de Fred Hype ont tiré le meilleur de leur très populaire méringue 2014 et ont draîné une horde de fans satisfaits en dépit des divers problèmes de sonorisation rencontrés par le groupe. Barikad reste ce qu’il est depuis que le groupe participe au carnaval : un phénomène !

 • Rockfam
Le groupe Rockfam a encore fait les frais du manque de popularité de sa méringue. Mais, animateurs confirmés, les soldats, menés notamment par un Toppy X dédoublé, ont réussi à tirer le meilleur de leur « Tetanos». Le groupe a prouvé encore une fois qu’il est le maître de l’animation et des prestations live.

• Carimi
Aidé de MikaBen, Carimi, qui n’a pas pu compléter le parcours le premier jour, s’est dignement rattrapé le second jour. Très appréciée, « Eklate », la méringue 2014 du groupe, a permis à la bande à Michael Guirand de tenir la route. Mais il faut rendre à Mika ce qui est à Mika. C’est le Benjamin de Carimi qui a apporté la touche magique au groupe de Carlo, de Richard et de Michael cette année.

Les très bons

• Anbyans
Révélation du carnaval 2013, Anbyans joue désormais dans la cour des grands. Oky Jems, plus énergique que jamais, a confirmé ses talents d’animateur. Méringue populaire, animation d’enfer, bonne sonorisation, Anbyans a semé l’ambiance aux Gonaïves ! Jamais en playback, chantant du début à la fin sans jamais perdre sa voix, Oky Jems, en esclave libéré, a été le roi du carnaval, un spectacle à lui tout seul et l’arbitre de la polémique grivoise entre Djakout #1 et T-Vice. Oky Jems a été au-dessus de la mêlée. Un acteur principal dans la foule des hurleurs et le meilleur chanteur du carnaval national 2014.

• Djakout # 1
Avec une méringue aussi populaire que « Avili yo », Djakout #1 avait déjà la part belle. Ils ont su exploiter cet avantage à bon escient. Une bonne sonoriation alliée à un Shabba toujours aussi performant et le concours d’un Tonton Bicha en super forme et aimé du public lui ont permis de se détacher du lot et de remporter haut la main le duel l’opposant au groupe T-Vice.
Pour battre Anbyans, Djakout a utilisé les recettes d’un ténor qui a déjà fait les 400 coups au carnaval. Pour le mardi gras, Djakout # 1 a fait le ladènye et a remporté le lamayòl. 

Ticket



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
4.00