Accueil | Nouvelles | Culture | Le groupe Djakout #1 a rebondi avec force sur la scène HMI

Le groupe Djakout #1 a rebondi avec force sur la scène HMI

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Nou Pap Dormi Deyo - Djakout #1

Le Djakout #1 a récemment produit un nouveau disque et déjà les résultats sont satisfaisants pour les fans et musiciens de cette formation musicale. Il y a de quoi s’enorgueillir puisque le produit bénéficie de commentaires jusqu’ici positifs. Le passage de Djakout #1 aux États-Unis à l’occasion du weekend de la Thanksgiving a confirmé une telle assertion. Toutes les soirées qu’il a animées pendant cette courte période avaient réussi. 

La fanfaronnade de Shabba intimide certains compétiteurs

Shabba est sorti de son silence et se jette en plein dans la fanfaronnade (fè dyòlè) qui le caractérise, et cela sans réserve. Son mode de fonctionnement exerce un effet psychologique sur ceux qui l’entourent et beaucoup plus sur les compétiteurs de Djakout #1. Une analogie permettra de mieux comprendre ce qu’il fait. C’est comme quelqu’un qui se prépare pour un combat et l’adversaire crée la peur et la panique à l’esprit de celui-ci, qui se laisse facilement prendre au piège du fanfaron (dyòlè). Shabba est un rodomont (un vrai fanfaron de bravoure qui essaie de se faire craindre). Ce serait une perte de temps de parler de théorie musicale avec Shabba, telle que progression d’accords II, V, I, où de II à V on crée une tension et une résolution de V à I (les chiffres II, V et I représentent le deuxième, cinquième et premier accord d’une gamme). Pourtant,  Shabba maîtrise bien les techniques de fanfaronnade (fè dyòlè), le faisant passer pour champion dans ce domaine.  

C’est un combat que le taquin Shabba pense que Djakout #1 a gagné d’avance. Ce n’est pas sans raison qu’il crie haut et fort : Ansyen kapab, bay nouvo kapab plas.  A-t-il raison?  Djakout #1 n’a pas encore détrôné les groupes musicaux qui occupent les meilleures positions au classement de la compétition. Mais il s’est taillé une meilleure place, considérant la période de sécheresse qu’il avait connue. Il faut dire que Djakout #1 a bousculé le temps avec agressivité, au point d’intimider certains de ses compétiteurs, qui déjà perdent contrôle. Ils se voient menacer par le grand bond qu’a fait Djakout #1 en si peu de temps. 

Certains disent que la curiosité a motivé les gens à assister aux prestations live de Djakout #1. D’autres déclarent que tout est pour un temps. Ces derniers font allusion à l’avant-dernière production musicale de ce groupe, qui avait causé la chute de cette formation musicale après le départ de Steeve Khé.  La réalité avait alors sauté aux yeux et elle était palpable. Djakout #1 se présente aujourd’hui avec une nouvelle formule qui pourra lui garantir une longue période de succès si les responsables et musiciens comprennent le côté business de la musique, dans le cadre de ce marché musical imprévisible. Plus d’un pensent que Steeve Khé mérite une augmentation de salaire cette fois, sans discussion. Sa voix et sa présence contribuent grandement à replacer Djakout sur la scène HMI. La nouvelle configuration de Djakout avec trois chanteurs marche bien.   

L’ancienne stratégie de promotion et de marketing n’est plus de mise

Le terrain sur lequel Djakout #1 évoluait dans ses années de gloire a changé avec le temps. Le champ n’est plus libre, puisque d’autres groupes ont eu le temps de s’imposer quand Djakout #1 avait sombré dans l’incertitude.  Trois bonnes prestations ne suffisent pas pour consolider le succès d’un groupe musical. Il faut que les musiciens se mettent en tête que l’ancienne stratégie de promotion et de marketing n’est plus de mise. La donne a longtemps changé. Aujourd’hui, un bon produit doit être accompagné d’une promotion agressive et d’un marketing convaincant. 

Certains responsables d’orchestres pensent que la production de plusieurs vidéos de chansons du même album peut aider beaucoup plus à la visibilité de leur groupe musical. Lajan jete. Ils se trompent grandement, et bon nombre de groupes emboîtent le pas dans cette direction, ignorant que le marché musical compas direct n’a pas la capacité d’absorber toutes ces vidéos. Ils n’utilisent pas vraiment ce support visuel comme élément de marketing, conformément aux principes de gestion. Ils misent trop sur la quantité plutôt que sur la qualité. Que de gaspillages de temps et d’argent investis dans la production de vidéos? On doit aussi souligner que toutes les thématiques des support-vidéos des groupes musicaux du monde compas direct montrent une certaine ressemblance. Le Djakout #1 doit sortir de ce carcan pour faire la différence.  

Les musiciens doivent aussi comprendre qu’il faut un budget pour garantir la promotion de leurs œuvres.  Certains animateurs pratiquent la Payola, exigeant un cachet (lajan anba tab) des groupes musicaux, à l’insu de l’administration d’une station de radio, pour diffuser leur musique. Mais les musiciens les tolèrent puisqu’ils adhèrent à leur mode de fonctionnement. Dès lors, ils sont aussi coupables que les animateurs. Ils n’exigent aucun reçu de ces derniers, qui, non plus, n’ont jamais l’intention de leur en donner un.  On est en plein dans une situation où évoluent des corrupteurs et des corrompus, le plus grand problème d’Haïti. Et cela ne date pas d’aujourd’hui. À la lumière de toutes ces observations, le groupe Djakout #1 saura comment s’y prendre cette fois-ci pour éviter de revivre la situation qu’il avait connue dans un passé pas trop lointain. En plus de tout cela, une projection pour 2018 s’avère nécessaire. 

La saison des fêtes de fin d’année 2017 s’annonce fructueuse pour Djakout #1. La période de vaches maigres va commencer après la fête des Rois, le 6 janvier 2018. Puis viendra le Carnaval haitien qui marquera le début de la saison morte. Car, avant les Pâques, le marché compas direct fonctionne toujours au ralenti. Le mois de mai est la saison des réceptions de première communion. Au mois de juin, commencera la Coupe du monde de football 2018 en Russie, un sport que l’Haitien ne négocie jamais. Il faudra que Djakout #1 emploie une bonne stratégie par rapport à ce calendrier s’il veut tenir ferme et consolider sa position. « Djaz peyi a », surnom donné à Djakout #1, se trouvera dans l’obligation d’ajuster ses activités en fonction des pressions que va lui imposer la nouvelle année.  Djakout #1 ne peut se permettre de commettre  les mêmes erreurs du passé. Qu’on soit fans de Djakout #1 ou pas, il mérite des félicitations. On doit aussi souhaiter du succès aux musiciens de cette formation musicale qui ont déployé un grand effort qui leur a valu cette attention particulière aujourd’hui.  

[email protected] 



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
1.00