Accueil | Nouvelles | Culture | Hommage bien mérité à Frantz Duval

Hommage bien mérité à Frantz Duval

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Frantz Duval est depuis 15 ans le directeur de Ticket, une publication du journal Le Nouvelliste, faisant la promotion des activités culturelles. Dès son lancement le 26 octobre 2002, le magazine, sous la direction de Frantz Duval, a eu un succès fou. Ticket a révolutionné la couverture de l’actualité culturelle en Haïti. Une partie du mérite revient à Frantz Duval qui a su donner de l’élan à l’initiative de la direction du quotidien Le Nouvelliste, monter et animer les équipes pour mener à bien le projet.

Ticketest sans conteste l’une des plus grandes réalisations à mettre à l’actif de Frantz Duval. D’ailleurs, il le raconte toujours, comme un gamin, « c’est mon plus grand succès ». Ticket, une publication du journal Le Nouvelliste, a été confié au dynamique Frantz Duval à sa création par la direction, mi 2002.  « On a fait choix de Duval pour son dynamisme et sa capacité d'innover », a fait savoir le directeur général du Nouvelliste, Max E. Chauvet. Et la direction du doyen de la presse haïtienne n’a pas eu à regretter d’avoir confié la publication à Frantz Duval. Sous la baguette de ce dernier, le magazine est passé d’un hebdomadaire pour  jeunes à la publication la plus vendue du journal.Ticket est devenu une marque, une référence.

 Karl Foster Candio, qui a travaillé pendant 10 années aux côtés du concerné, parle d’un homme qui aime les challenges. Il aime faire avancer les choses. Un leader. À la tête de Ticket, Frantz Duval a fait bouger les choses dans le milieu culturel haïtien. « Il a pris le pari de Ticket, « Le Podium des Stars », et a inventé la « Star attitude » en Haïti en mettant les projecteurs de Ticket sur tous les artistes du pays.

 Avec Ticket, Frantz Duval a orienté la jeunesse vers la lecture. D’abord avec le magazine en soi, qui est une publication écrite. Bien sûr, Ticket fait dans le People, une lecture décriée. Mais Duval a su y amener des écrivains confirmés, connus internationalement comme Gary Victor et Kettly Mars à publier des feuilletons, à l’intérieur du magazine (Kool Club, Le Revenant, Bredjenn Blues, Dossiers interdits). Dans Ticket, Frantz Duval a réuni plusieurs générations pour parvenir au succès.  Il a aussi  pensé à ajouter la bande dessinée Alain Possible de Teddy Kesser Mombrun, très appréciée par le jeune public de Ticket. 

« Avec Ticket, tenant mon appareil photo d'une main et mon flash de l'autre, j'avais vécu des sensations très fortes entre l'euphorie et le risque fou. Même si certains reportages me permettaient de mettre plus en évidence mon talent de portraitiste et d'artiste-photographe, d'autres, par contre, exigeaient de moi l'objectivité du reporter professionnel que je devais être », c’est le témoignage  du photographe de carrière Ulrick Cola, un des tous premiers du journal avec Paul E. Viala. Ticket a fasciné tant ses lecteurs que les professionnels qui y ont travaillé. Leurs témoignages lors de la publication du 1000e numéro ne laissent aucun doute. 

 Il y a également les multiples initiatives prises par le Magazine pour booster la culture haïtienne. À travers Ticket magazine, Frantz Duval a aidé la production musicale. Les groupes stratégiquement sortaient leurs CD à Musique en folie où ils écoulaient des fois l’équivalent d’une année en un jour. Quand Ticket a fait passer la petite foire du Complexe Promenade à un grand festival de 30 000 entrées sur deux week-end. C’est également lui qui a initié les Tickets d’Or, des distinctions dans le but de stimuler la production musicale et cinématographique. Seul ou en partenariat, Frantz Duval, via Ticket Magazine, a créé une panoplie d’événements culturels : Musique en folie, Bonjour Haïti, Bonne fête compas, Ticket en fête, Vol au vent, Artisanat en fête,  CD en fête,  Dimanche Gospel Show sans oublier les concours tels que Ticket Bond Girl, Ressembles-tu à ta mère ? À qui ressembles-tu ? qui ont fait des heureux. … et accompagné plein d’autres vers un peu de célébrité.

 Avec Ticket Magazine, Frantz Duval est également devenu un grand promoteur de la musique haïtienne.  Du compas national en particulier, il a soulevé les débats, et les soulève encore. Il a aussi appuyé et certaines fois stimulé les grands événements compas : Ayiti men Konpa de Joubert Charles, Haitian Compas Festival de Rodney Noel, pour ne citer que ceux-là. M. Duval a promu les talents en instituant Ticket Max Académie, un grand concours qui a permis de découvrir un grand nombre de jeunes talents, en collaboration avec Télémax. Celui-ci a aussi collaboré étroitement avec d’autres grands concours de talents, notamment Digicel Stars. 

Les concours de beauté patinaient. Frantz Duval a offert sa collaboration au concours de Miss de Télémax  (Miss Vidéomax) et a carrément boosté l’audience de ce concours. A répété cette collaboration avec d’autres concours de Miss (Miss Anayizz) et continue aujourd'hui a supporté Miss Haïti à chaque édition . Il a aussi offert au cinéma haïtien un de ses moments de gloire, en initiant « La Fête du cinéma ». Cette foire du film haïtien a boosté la production de films locaux et dans la diaspora. Donc, l’influence de Ticket Magazine sur le milieu culturel haïtien n’est point à démontrer. 

Ticket rythme la vie culturelle en Haïti. C’est le baromètre à partir duquel on mesure le succès de diverses activités. Bal, festival ou carnaval, Ticket a son mot à dire et le verdict de Ticket fait autorité. Au carnaval, en été ou en fin d’année, le Palmarès Ticket suscite fièvre, euphorie, grincement de dents aussi. Si Ticket pa di w chanpyon ou pa chanpyon ! Cela est dû au sérieux dont a su faire montre Ticket dans un milieu où le copinage est la règle. Duval le dit toujours: «Ticket préfère se fâcher avec un artiste ou un promoteur, mais jamais ne perdra son âme pour garder un ami ».

De l’hebdomadaire qu’il fut au départ, Ticket est devenu un quotidien publié à l’intérieur du Nouvelliste après le choc du tremblement de terre de 2010 qui a vu l’équipe se disloquer et la publication régulière s’arrêter. Il a fallu la persévérance et tout le poids de Duval pour reconstruire le projet Ticket. En dépit de la disparition de toute publicité des pages du magazine, Max Chauvet accepta de poursuivre l’effort pour permettre à Ticket d’exister. Cela allait durer cinq ans. 2012-2017. 

En 2017, Ticket passe au tout numérique. Sans perdre aucun employé, le journal renonce à sa version papier pour devenir gratuit sur le net. Le « Podium des Stars » n’est publié qu’en ligne. Mais les missions, les objectifs restent les mêmes. S’armant du même sérieux et du professionnalisme de ses débuts, le journal a pu, à chaque fois, se renouveler, trouver les bonnes équipes, les bonnes stratégies pour perdurer à travers le temps. C’est en quelque sorte la formule simple mais magique à la base du succès de Ticket. 

« Je suis arrivée à Ticket en décembre 2010. Le journal était logé sur la cour du Complexe Promenade là où tout avait commencé en 2002. On n’avait même pas une salle. Ticket c’était une table et six chaises sous un manguier. Monsieur Duval avait pour bureau un pan de mur à la belle étoile. En dépit de tout, je l’ai vu conduire l’équipe, maintenir la flamme, animer le projet. Des fois, je me demandais dans quoi je me suis fourrée. Petit à petit, j’ai gravi les échelons pour devenir aujourd’hui secrétaire de rédaction de Ticket. De Frantz Duval, je garderai toujours la générosité, les attributions de tâche à la dernière minute et les colères aussi violentes qu’éphémères », relate Daphney Valsaint Malandre. 

« J’ai rejoint le journal en juin 2017. À ce moment l’on était en pleine préparation pour Livres en folie. D’entrée de jeu, j’ai découvert un Frantz Duval, patient, toujours prêt à vous donner votre chance, à vous pousser, du moment que l’on a l’envie et la volonté de travailler», confie Sindy Ducrépin, une des toutes nouvelles rédactrices du journal. Des propos que partage Glorieuse Nelson, une autre nouvelle. «  Il faut ajouter quand on ne le connait pas, on pensera qu’il est un rustre. Mais au fond, c’est quelqu’un de très compréhensif, un philanthrope, une de ces personnes qui exigent le meilleur ». Avec Frantz Duval on ne finit jamais de travailler. On ne peut jamais dormir sur ses lauriers car il est toujours possible de faire mieux. Et donc avec lui pas de place pour les paresseux. Mais il donne l’exemple. Il met toujours la main à la pâte.  Sur  ces deux pieds de journaliste tôt le matin, il est celui que l’on verra tard dans la nuit ou au tôt au petit matin, réviser les textes, aider un rédacteur ou s’assurer que tout est prêt. Et bien fait. 

Prompt à faire des critiques pour démonter une idée boîteuse ou vouée à l’échec, Frantz Duval, qui a conservé sa fraicheur et sa jeunesse sans parler de son étonnante vivacité d’esprit, est aussi un moulin à conseils. Du haut de ses mille et une expériences, ce mentor guide, conseille, dirige et enseigne à prendre la relève de ce bébé à qui il a donné naissance il y a quinze ans. Grâce à lui et au staff qu’il a su mettre en place, on a l’assurance que Ticket a encore de longues et belles années devant lui. Joyeux quinzième, Ticket!  Bonne route à son Poto Mitan.

Winnie Hugot Gabriel Duvil avec la rédaction du Nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0