Accueil | Nouvelles | Elections 2015 | Annuler les élections serait une grave erreur selon le Club de Madrid

Annuler les élections serait une grave erreur selon le Club de Madrid

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Adelante Band - Caricature Nouvelliste

Le Club de Madrid a bouclé mercredi sa sixième mission en Haïti. Cette dernière, dirigée par l’ancien Premier ministre hollandais Wim Kok, a été présente en Haïti et en République dominicaine. Wim Kok s’est prononcé en faveur de la poursuite du processus électoral en appelant les candidats à présenter plus de propositions pour l’avenir.

Après une bonne partie de la communauté internationale, le Club de Madrid se prononce également en faveur de la poursuite du processus électoral. « Au nom du Club de Madrid, je l’ai dit et je le redis, pour moi l’annulation des élections serait une très mauvaise décision », a déclaré le chef de la mission, Wim Kok, dans une conférence de presse tenue mercredi après-midi dans le salon diplomatique.

« Je pense que  ces élections sont beaucoup trop importantes pour les annuler. Le plus important selon moi aujourd’hui c’est de tirer les leçons de ce qui s’est passé le neuf août dernier où il y a eu certainement un grand nombre d’imperfections, des erreurs qui devraient être corrigées », a poursuivi le fonctionnaire hollandais, qui a rencontré la presse avant de reprendre l’avion. 

Wim Kok s’est notamment attardé sur les problèmes de violence et de sécurité enregistrés lors du premier tour des législatives, se référant aux remarques faites par les observateurs internationaux. « Je demande à chacun qui a une responsabilité de s’investir positivement pour faire de ce deuxième tour un succès. De ne pas avoir cette attitude négative qui consiste à dire de toutes ses forces que ça ne va pas aller, on va annuler et on reste dans l’état où nous sommes actuellement », a martelé Wim Kok.

La sixième mission du Club de Madrid dirigée par l’ancien Premier ministre hollandais n’est pas seulement restée en Haïti. Cette fois, l’organisme formé d’anciens chefs d’Etat et de gouvernement s’est également penché sur la crise avec la République dominicaine.  La mission a rencontré des officiels, des personnalités politiques et de la société civile en Haïti et en République dominicaine. Monsieur Kok, qui s’est gardé d’intervenir sur le contenu de cette discussion, affirme qu’il s’est également entretenu avec des candidats à la présidence. 

« Haïti fait actuellement face à deux défis de taille : un processus électoral complexe à grande échelle – avec des élections présidentielle, législatives et locales – et la nécessité de renouer un dialogue constructif avec une vision globale et à long terme, avec la République dominicaine », peut-on lire dans un communiqué qui présente un état des lieux de la situation en Haïti. Dans ce contexte, cette mission s’est proposée de faire la promotion du dialogue pour la réforme démocratique dans le pays.

Selon le chef de la mission, les élections sont un grand test pour le peuple haïtien d’ici et de l’étranger. «Elle doit montrer aux investisseurs étrangers et à la communauté internationale qu’Haïti est en route pour la stabilité politique. Des élections libres, transparentes et inclusives représentent un prérequis pour parvenir à la stabilité politique », a dit plus loin Wim Kok avant d’ajouter que chacun en Haïti porte une lourde responsabilité de s’abstenir de tout acte de violence et de destruction durant ces élections.

Plus loin, le chef de la mission a invité les candidats à faire des propositions claires pour l’avenir du pays. « La population et les politiciens doivent comprendre que les élection ne sont pas une fin en soi. Il faut développer un agenda, faire des réformes politiques pour changer la situation socio-économique du pays. Pour plus de prospérité, plus de développement économique et d’inclusion », a dit l’ancien président du Club de Madrid. 

« A ce jour, la campagne n’a pas été suffisamment consacrée aux propositions concrètes des candidats concernant les priorités nationales, a déploré le Club de Madrid dans son communiqué. Dans ce contexte, le Club de Madrid souhaite contribuer au débat en invitant les candidats à examiner ses propositions en matière de gouvernance démocratique ».

L’institution a présenté en ce sens un document titré « Recommandations aux candidats à la présidence de la République en matière de gouvernance démocratique ». Dans ce document, le Club de Madrid fait des propositions portant sur des thèmes comme la réforme constitutionnelle, l’institutionnalisation des partis politiques, l’indépendance des institutions démocratiques, le renforcement de l’administration publique.

Louis Joseph Oliver le nouvelliste


Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
1.00