Accueil | Nouvelles | Elections 2015 | Le pacte national pour une éducation de qualité présenté aux candidats à la présidence

Le pacte national pour une éducation de qualité présenté aux candidats à la présidence

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Nesmy Manigat

Le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, accompagné des membres de l’Office national du partenariat en éducation (ONAPE), a présenté vendredi, à l’hôtel Marriott, le « pacte national pour une éducation de qualité » à quelques candidats à la présidence. Le but, c’est de les sensibiliser aux défis, aux enjeux et aux priorités du système éducatif. Ce document rédigé en sept points sera ouvert pour signature dès le lundi 19 octobre.

Si tout se passe bien, le 7 février, il y aura un nouveau président de la République. Le ministre de l’Éducation, Nesmy Manigat, le sait et veut porter l’attention de celui qui accédera à la magistrature suprême sur les défis, les enjeux et les priorités du système éducatif. Nesmy Manigat a réuni à l’hôtel Marriott des candidats à la présidence, des membres de la société civile, pour les présenter le nouveau deal : « Le pacte national pour une éducation de qualité. »

C’est un document rédigé en sept points faisant obligation aux signataires notamment de doubler au moins le financement de l’éducation, d’accroître et de réhabiliter l’offre publique scolaire.

 « Les signataires s’assurent qu’au cours de la période 2016-2020, l’État haïtien consacrera au financement public de l’éducation le plus élevé des deux montants suivants : soit 35% du budget national, soit 8% du Produit intérieur brut (PIB) du pays. C’est le montant minimum à consacrer au financement public de l’éducation », tel est l’engagement no 2 de ce document qui sera ouvert pour signature le lundi 19 octobre.

Au lycée Alexandre Pétion, les candidats à la présidence, les candidats aux législatives, les membres du gouvernement en place, les membres de la société civile sont invités à venir donner leur approbation », a invité le ministre Manigat fièrement, rappelant que, depuis plus de deux ans que la Constitution a déclaré la gratuite de l’école, on n’a même pas une loi qui définit, de manière claire, les conditions et moyens garantissant la mise en œuvre de cette déclaration.

Ce pacte impliquerait  le gouvernement, la communauté éducative, les partis politiques et les secteurs organisés de la société civile à prendre l’engagement  que la mise en œuvre  de la politique de gratuité et d’obligation scolaires se fera prioritairement par le biais d’un accroissement de l’offre publique d’éducation en fonction d’une nouvelle cartographie scolaire qui tient compte des infrastructures disponibles .

« L’État mobilisera une partie des ressources allouées au secteur pour réhabiliter son réseau d’écoles nationales et de lycées de façon à en faire des établissement de référence quant à la qualité des formations dispensées.

Les signataires valideraient les points 6 et 7 qui leur font obligation de s’engager à mettre tout en œuvre pour la ratification d’un ensemble de lois se rapportant à l’enseignement, de répondre aux besoins du marché du travail, de créer un organe de régulation, d’améliorer les capacités d’accueil, et de favoriser le développement de la recherche.

Dans son intervention, le représentant du secteur privé des affaires, Grégory Brandt, a plaidé pour une augmentation du budget alloué à l’éducation. 

« J’ai entendu les candidats. Ils ont parlé de la production nationale, du développement de l’agriculture, de la protection de l’environnement et du développent de l’agro-industrie. Ce sont certes des axes de développement fondamental, mais ils dépendent… de la qualité des ressources humaine que nous avons », a argué le membre de l’ONAPE. 

« Il faut faire les sacrifices qu’il faut pour renforcer la qualité de l’éducation », a-t-il dit avant d’indiquer:  «  Et si on veut le faire, on ne peut payer une éducation à prix réduit.  Il faut prendre les mesures qu’il faut pour faire des choix politiques sérieux. » 

Selon Grégory Brandt, les pays en développement font de l’éducation un axe capital de leur politique. Il déplore le nombre d’enfants non scolarisés en Haïti. « On ne devrait pas avoir, en ce temps, 400 000 enfants non scolarisés », a-t-il martelé expliquant qu’on ne peut parler de croissance économique, de développement, de création d’emplois, si on n’aborde pas la question d’éducation.

Le coordonnateur de l’Union nationale des normaliens d’Haïti (UNNOH), Josué Mérilien, dit appuyer la démarche de créer un pacte national pour une éducation de qualité. Il rappelle qu’il est « on ne peut plus » urgent d’investir dans l’éducation pour avoir les écoles qu’il nous faut, les cadres qu’il nous faut, pour une Haïti meilleure.

« L’éducation fait de nous ce que nous sommes. C’est l’outil dont nous disposons pour fasciner l’humain. Sans projet d’éducation, il n’y a pas d’avenir. Il est important comme citoyen avisé de lutter pour forcer l’État à investir dans l’éducation », a-t-il déclaré, invitant les leaders politiques, la population en général à venir donner quorum à ce projet de pacte national pour une éducation de qualité.

Dans un discours imagé, la secrétaire générale de la Confédération nationale des éducateurs haïtiens, Magalie Georges, demande de voter l’éducation comme la seule solution.

Les candidats à la présidence qui ont répondu à l’invitation du ministre de l’Éducation ont réagi après la présentation du document.  Poincy Jean, Maxo Joseph, Jean Hervé Charles… sont parmi ceux-là qui ont répondu à l’appel.

 Les candidats à la présidence les plus en vue ont brillé par leur absence. EdridStJuste Source lenouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0