Accueil | Nouvelles | Elections 2015 | Maguy Durcé, en selle vers la présidence!

Maguy Durcé, en selle vers la présidence!

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Maguy Durcé

Vêtue d’une de ses créations, Maguy Durcé nous reçoit dans son bureau à la Primature où elle fait office de conseillère spéciale du Premier ministre Evans Paul. Cette styliste aux yeux noisette, bien connue dans le milieu de la mode en Haïti, se révèle être une personne très impliquée dans le social, le culturel et la politique de son pays. Une femme de caractère qui, désormais, est à califourchon sur le cheval du KID pour briguer la magistrature suprême de l’État aux prochaines joutes électorales.

Ancienne élève des sœurs de la Charité de Saint-Louis de Bourdon et du lycée Louis Joseph Janvier, cette Pétion-Villoise née en 1969 a grandi à Carrefour. Sitôt ses études secondaires bouclées, Maguy Durcé intègre l’École normale supérieure et en sort quatre ans plus tard avec un diplôme en lettres classiques et modernes. Elle enchaîne avec des études pour décrocher une licence en Gestion à l’Institut national d’administration, de gestion et des hautes études internationales  (INAGHEI). Une maîtrise en développement urbain et régional du Centre technique de planification et d’économie appliquée (CTPEA) ainsi que des formations en genre effectuées au Japon en 2001 et 2004, qui complètent le background de cette femme qui crie sans nuance sa foi inébranlable en Dieu.

 « Je suis une femme bénie ! » comme une ritournelle, cette petite phrase revient de temps à autre dans le discours de la quadragénaire qui raconte, avec un sourire aux lèvres et le visage resplendissant de reconnaissance, son parcours qu’elle estime être, sans modestie feinte, très intéressant. L’église, qu’elle fréquente depuis son enfance, a façonné le caractère de la fille d’Edith et de Mélicel Borno Durcé. Grâce aux missions évangéliques auxquelles elle participe constamment, elle fait le tour du pays. Elle chante aussi dans différentes églises et chorales à seulement 8 ans. Ce qui lui communique l’amour de ses prochains.   

Éprise des idéaux de partage et de solidarité, toute jeune, Maguy Durcé se sent concernée par les conditions de vie des personnes défavorisées. Elle s’engage en faveur d’un changement du niveau de vie des plus faibles. Outre les réunions de jeunesse des églises qu’elle fréquente, sa vie associative est très riche. Dès l’âge de 20 ans, elle intègre un mouvement syndical, «Le  Syndicaliste », qui lui insufflera son appartenance à la gauche. Dans la même période, elle devient membre fondateur de l’Union nationale des normaliens haïtiens (UNNOH) ainsi que du Corps national des enseignants d'Haïti (CONEH), deux associations qui œuvrent en faveur d’une éducation de qualité, de l’amélioration des conditions de vie des enseignants et de la population haïtienne en général. Elle fit aussi partie de la Confédération des ouvriers et des travailleurs haïtiens (COTAH).

On est toujours en 1990 et la jeune universitaire est touchée par les campagnes pour l’émancipation de la femme haïtienne. Elle a eu la chance de côtoyer des figures de proue du féminisme en Haïti qui ont marqué cette époque telles que Magalie Marcelin, Myriam Merlet, Marie Laurence Jocelyn Lassègue, Danièle Magloire qui, pour elle, ont accompli un travail remarquable, même si elle avoue trouver que le mouvement a perdu de sa force, ces derniers temps. Celle qui croit cependant que l’homme et la femme doivent se compléter, confie que « depuis des millénaires, le monde a appartenu aux hommes. Regardez la parabole de la multiplication des pains dans la Bible, où l’on rapporte que ceux qui avaient mangé étaient environ 5000 hommes, sans compter les femmes et les enfants. C’est la preuve irréfutable que les femmes étaient des quantités négligeables. Il serait temps qu’on fasse l’expérience contraire, qu’on donne le monde aux femmes. Car il est prouvé que les femmes, qui sont  douceur, amour, pardon, tempérance, force, gèrent mieux. Avec elles au pouvoir, on connaîtra la croissance … »

Pendant environ 15 ans, Maguy enseigne le français, les littératures haïtienne et française dans divers établissements scolaires, notamment à son alma mater, le collège Saint-Louis de Bourdon, au Nouveau Collège Bird, au lycée Toussaint, etc. En 1997, lauréate d’un concours, Maguy Durcé  intègre le ministère de l’Éducation nationale comme chef de service de Coopération externe. Depuis, la dame sillonne divers couloirs de l’administration publique haïtienne en occupant diverses fonctions.

Conseillère technique principale de la ministre de l’Éducation, Marie Carmelle Paul Austin, en 2001, elle se compte parmi les membres du cabinet du Premier ministre Gérard Latortue en 2004. Forte de son expérience, elle devint porte-parole de la Konvansyon Inite Demokratik (KID) et candidate au Sénat en 2005, un an après avoir intégré ce parti.

Si elle n’est pas élue, elle n’abandonne pas pour autant le parti et la politique. De 2006 à 2008, Maguy Durcé est nommée à la tête du ministère du Commerce et de l’Industrie. Ministre, elle se targue d’avoir donné la priorité à deux points importants, à savoir la protection des consommateurs et la promotion des investissements en mettant en œuvre le Centre de Facilitation des Investissements (CFI).

Poursuivant sa carrière, elle fut conseillère du président René Préval en investissement privé de 2008 à 2010 pour ensuite devenir directrice du cabinet de la première dame d’alors, Madame Elizabeth Delatour Préval. « Ce  parcours au niveau du pouvoir et de la fonction publique m’a fait comprendre tous les rouages du système public, comme je l’appelle. Et ce n’est pas évident d’arriver à aider Haïti avec un tel système. Il faut donc une rupture. Un mouvement. Une autre dynamique, de nouvelles perspectives », explique l’actuelle conseillère spéciale du Premier ministre Evans Paul.

Pour son poste actuel, Maguy Durcé estime qu’on ne lui a pas fait de cadeau. « Vu l’expérience que j’ai accumulée, je crois que je suis à ma place pour aider le PM à accomplir sa mission. Je m’occupe particulièrement des dossiers sociaux ayant rapport aux femmes, aux enfants, à la culture, au sport, à la santé, des domaines dans lesquels j’ai déjà fait mes preuves», avance pour expliquer celle qui en 2007 a lancé le label AYITIMOD qui comprend, outre le Haïti Fashion Week, l’atelier et les boutiques de Modayiti.

Car il faut le dire, en Haïti et dans la Caraïbe, Maguy se passe de présentation dans ce domaine particulier où elle a mis en valeur sa créativité et son talent.  Elle fut lauréate de la 5e édition du concours international de la mode afro-caribéenne organisé par l’association Afro.k, à Paris en 2013. Et par cette passion qui l’a animée très tôt à cause de sa mère qui fut couturière, la fondatrice et vice-présidente du Réseau des Designers Haïtiens (HAND en anglais) a inspiré beaucoup de jeunes designers, notamment, ses deux enfants, Maille Timothée et Jerry W. Timothée, qui étudient présentement aux États-Unis.

A la tête du Programme européen de soutien aux initiatives culturelles (PESIC) de l’Union européenne depuis deux ans, Maguy Durcé visite les différents départements pour donner des séances de formation au profit des jeunes dans les filières de la culture, de la mode, de l’artisanat et des arts visuels. « Je travaille avec un réseau de plus de cinq cents organisations au niveau de tous les départements du pays. Je me consacre à l’épanouissement de la culture qui pour moi est un ciment qui peut aider à construire un capital humain pour développer le pays », assure-t-elle.

Sous son léger maquillage qui fait ressortir son charme, cette chrétienne pentecôtiste reconvertie baptiste possède beaucoup de charme et un goût sûr. Elle semble savoir exactement ce qu’elle veut en toute situation. Avec un caractère bien trempé, elle assure : « Je n’ai pas peur des situations difficiles. Elles me servent de catalyseur pour continuer à avancer. » Elle avoue avoir le don d’amuser ses collaborateurs. « J’aime être en contact avec les gens. J’aime beaucoup rire. Je suis une humoriste. Parfois, je cherche quels humoristes avec qui je pourrais me mettre pour faire un show en duo, par exemple. J’avais même pensé à Brégard Anderson. Mais au bout du compte, j’ai préféré garder le côté sérieux que l’on connaît de moi au lieu de me lancer dans la voie du rire sur scène », raconte cette femme très courtoise et spontanée qui s’est aussi distinguée en poésie en remportant le prix René Philoctète de la poésie décerné par les Presses Nationales d’Haïti pour son recueil de poème « Décalage » en 2005.

Maguy Durcé, ses modèles

Celle qui a fait fi d’une carrière de chanteuse a beaucoup d’estime pour Émeline Michel. « J’aime sa force de caractère et ce désir d’aller toujours plus loin qui l’anime. Cette femme de ma classe, qui chantait comme moi à l’église, est entrée en musique dans une période difficile, mais a su s’imposer tant en Haïti qu’à travers le monde en dépit de toutes les difficultés. J’ai beaucoup adoré son tube où elle dit « Gade papi sa pa pi mal » paske vrèman lè ou ap gade sa pa pi mal ! »

L’autre femme qu’elle admire est une figure politique, Mirlande Manigat. « Je le dis toujours, mon mentor, c’est Madame Mirlande Manigat. Je me rappelle quand on était candidate au Sénat en 2005, quoique l’on ne fût pas du même parti, on se considérait comme des coéquipières et non des adversaires. Comme il y avait trois postes à combler au Parlement, on se plaisait à dire que les trois sénateurs de l’Ouest seraient Maguy, Mirlande et un autre ! On s’entraidait dans la campagne. J’admire la professeure, ainsi que son  amour pour la recherche. Elle a été peut-être critiquée par certaines femmes du courant féministe quand elle a refusé son siège de sénateur aux termes des élections de 2005, mais moi j’ai été frappée par sa constance et son engagement auprès de son feu mari à ce moment-là. ». Il y aussi une autre femme, Naomi Prudent, qui l’inspire aussi. Cette femme pasteure qui dirige, aux États-Unis, une église aux côtés de son mari, le révérend pasteur Prudent -son père adoptif- représente pour elle cette figure religieuse, chrétienne, mais féministe dans le milieu protestant.

Maguy, la mentore d’Evans Paul

Derrière les réussites de  Maguy Durcé, se cache une grande figure de la politique haïtienne. Son compagnon, l’actuel Premier ministre Evans Paul. Sans ambages, elle témoigne : «Pendant ces 11 dernières années où j’ai vécu à ses côtés dans tous les sens du terme, -je le dis et je pèse mes mots-  il m’a beaucoup marquée », fait-elle remarquer avec un regard appuyé qui ne laisse pas de place au doute. « Il m’a appris à mieux comprendre la politique et je lui dois des éclairages sur divers concepts tels que démocratie, stabilité, consensus. Avec lui, des  valeurs telles que le pardon et le vivre-ensemble ont pris tout leur sens. Il m’a aussi aidé à me perfectionner pour atteindre l’excellence que le pays attend de moi. Et, depuis quelque temps, mon slogan est devenu : « De la performance à l’excellence », le titre d’un livre de Jim Collins qu’il m’avait lui-même offert. C’est drôle, les prix que j’ai obtenus ont commencé à partir du moment où j’ai commencé à le côtoyer en 2004 », assure-t-elle avec une affection visible pour cet homme qui partage sa vie et qui l’a initiée à la politique.

Maguy Durcé, présidence d’Haïti ?

Certains diraient qu’ils ne l’ont pas vu venir, celle-là. Mais dans cette période électorale, le cheval du KID sortira de l’écurie avec en selle Maguy Durcé comme candidate à la présidence. Cette leader qui raconte que ses activités lui permettent d’être en contact avec près d’un millier d’organisations féministes à travers tout le pays. Présidente des comités de classe à l’école et au faîte des multiples associations qu’elle a fondées : «j’imagine que je peux  être présidente partout ! ». Et, poursuivant, elle explique : « En 11 ans, j’ai pu faire mes preuves au niveau de mon parti, KID (Konvansyon Inite Demokratik) et je suis une tête qui a été choisie ou qui va assurément être choisie pour représenter le parti aux joutes électorales de 2015 comme candidate à la présidence. Je vais continuer la philosophie de mon parti qui est d’arriver au développement par le  changement, par le social. Je veux voir une nouvelle Haïti où le peuple vivra ensemble quelles que soient la couleur des uns et des autres ou leurs origines sociales», explique-t-elle. La sécurité sociale pour tous, un changement profond dans le système éducatif, l’énergie verte font partie des armes qu’affûte la future candidate dans le cadre de son programme.

Dans un superbe ensemble rouge -sa couleur préférée-, cette touche-à-tout se sent concernée par la situation socio-économique du pays, notamment celle des femmes et de la classe moyenne à laquelle elle s’identifie. « Il n’y a plus de mixité sociale, les classes sociales ne se rencontrent pas entre elles, sinon aux funérailles. Haïti devient comme une pâte feuilletée tant elle est stratifiée. Il y a une dynamique de classe et de couleur qui revient et un tissu social froissé et chiffonné», déplore la styliste.

Un changement, c’est ce qu’elle va proposer ! Maguy Durcé est candidate à la présidence d’Haïti et annonce déjà la couleur.

Winnie Hugot GABRIEL-DUVIL

lenouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0