Accueil | Nouvelles | Elections 2015 | Pierre Louis Opont a-t-il menti ?

Pierre Louis Opont a-t-il menti ?

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Pierre Louis Opont

Le chef du service de production des mandats a agi délibérément pour faire retarder le processus de production des mandats des partis politiques, c’est l’explication donnée par le président du CEP, Pierre Louis Opont, concernant les irrégularités enregistrées dans l’attribution des mandats aux partis politiques. Joseph Hébert Lucien, accusé d’être en cavale avec les matériels du CEP et des mandats, a apporté un démenti formel aux propos de Pierre Louis Opont.

Dimanche, quelques heures après la fermeture des bureaux de vote, le président du Conseil électoral était venu faire le point sur le déroulement de la journée du scrutin. L’opportunité pour l’ancien directeur général de Gaillot Dorsainvil de faire la lumière sur le problème de mandat qui a sérieusement entaché le déroulement du scrutin de dimanche. A la surprise générale, Pierre Louis Opont révèle que le système de production des mandats a été saboté de l’intérieur. Le responsable : Joseph Herbert Lucien. C’est sur cet homme qui travaille depuis sept ans au CEP, jusque-là inconnu du grand public, qu'est tombé toute la responsabilité.

« Pendant que l’unité travaillait, le chef de service est parti avec l’ensemble de la documentation, un stock de mandats et le matériel du CEP a révélé Pierre Louis Opont ajoutant que nous ne voulions pas le dire, ni hier, ni ce matin, pour ne pas alimenter la panique ». Selon le président du CEP, au niveau de l’unité qui produisait les bulletins, il y a eu un comportement anti-professionnel. Un comportement qui a ralenti le processus lui-même.

« Pendant que le directeur exécutif faisait pression sur le chef de service pour produire les mandats, il donnait des explications, des délais de jour en jour, il y avait une volonté interne du chef de service pour ralentir la production des mandats pour des raisons qu’on ne connaît pas encore aujourd’hui », a dit monsieur Opont, qui dit avoir déjà saisi la justice sur le dossier de Joseph Hébert Lucien. Une information que confirme le ministère de la Justice et de la Sécurité publique. Il a été formellement demandé au tribunal de première instance de Port-au-Prince de mettre l’action publique en mouvement contre Joseph Hébert Julien.

« Il n’est pas venu travailler le lendemain, on peut dire aujourd’hui que monsieur est en cavale. Il n’a pris aucun contact avec le CEP,  et il est recherché. Le CEP a porté plainte dès ce matin auprès des autorités publiques, parce qu’il s’agit d’un comportement qui pourrait porter préjudice à l’Etat et au processus électoral », a poursuivi le président du Conseil électoral qui intervenait dimanche soir.

L’intéressé n’a pas attendu longtemps pour porter un démenti formel aux accusations de monsieur Opont. Le soir même, Joseph Hébert Lucien a saisi les médias et les réseaux sociaux pour élucider les circonstances de son départ de l’instance électorale. « Monsieur Opont a menti, ses déclarations sont mensongères, a déclaré Joseph Hébert Lucien. Monsieur Opont veut régler ses problèmes personnels avec moi, ce qu’il a dit n’a rien à voir avec ce que je fais depuis 7 ans au sein du Conseil électoral».

« Je ne suis pas en cavale. Les gens qui ont besoin de moi m’appellent et me trouvent. Je suis en Haïti, je ne suis pas en fuite. C’est le président du CEP qui pourrait être en cavale dans les prochains jours lorsque d’autres révélations seront faites », a martelé l’homme considéré par Opont comme seul responsable des confusions concernant les mandats des partis politiques. 

Joseph Hébert Lucien, qui affirme avoir reçu des menaces venant des partis politiques ne montre aucune crainte de faire face à la justice. « Je suis mieux préparé que le président du CEP pour me présenter devant la justice », a dit l’ancien chef de service du CEP qui réagissait sur les ondes de radio Kiskeya.  Contrairement aux déclarations du président du CEP, Joseph Hébert Lucien affirme qu’il n’a plus aucun matériel du Conseil électoral provisoire en sa possession, qu’il a tout remis depuis samedi. 

En effet, tout a commencé la veille du scrutin quand des partis politiques informaient n’avoir pas reçu les mandats du CEP. Selon des leaders politiques, les mandats ont été distribués à des partis politiques proches du pouvoir. La journée de vote de dimanche est passée près de la catastrophe à cause de cette affaire de mandat. Dans de nombreux centres de vote, des heurts ont éclaté entre responsables de centre de vote et mandataires de partis politiques. Une situation qui a perturbé le début de la journée de vote un peu partout dans le pays.

Joseph Hébert a toutefois reconnu comme le président du CEP qu’il y avait un problème avec les matériels d’impression.  Il n’y avait pas d’encre. Il n’y avait pas non plus le support papier de couleur bleue sur lequel on devait imprimer les mandats, selon l’ancien chef de service du CEP. Une situation qui a occasionné beaucoup de retard dans le processus de production des mandats.

Louis-Joseph Olivier

Source le nouvelliste



Audionow:
Etats Unis: 641.552.5200 T-Mobile/MetroPCS: 360.398.4333 Canada: 438.795.4395 514.900.6012 Bresil 021 40 42 11 31 France: 01.90.14.14.75 Republique Dominicaine 849.936.7140 Mexique 08.99.27.46.700
Studio: 718) 355-9853 / (718) 303-2551 / (509) 2813-9450 / (509) 2813-9452 / (509) 2813-9456 Adresse: 45, Rue Chavannes Port au Prince, Haiti
Email: radiocaraibesfm<at>yahoo.fr
Tél: (509)4300-4300 / 3701-4300
WhatsApp: (509) 3701-4300

-->
Notes
Pas de note pour cet article
Estimez cet article
0